C’est bien connu, les Français sont de gros hypocondriaques incapables de survivre à la moindre petitE maladie. Du coup, ils ont tendance à consommer en masse des antibiotiques. Mais savent-ils vraiment de quoi il s’agit? HEIN ? Les antibiotiques sont des substances synthétiques ou naturelles utilisées pour lutter contre les infections causées par les bactéries. Donc pas les virus, champignons et parasites ? COMPRIS ?

1. Ils sont, en général, inutiles pour les maladies d'hiver (les virus)

On vous connait. En hiver, au moindre petit rhume ou mal de gorge, vous foncez chez le médecin vous faire prescrire tout plein de médicaments. Sauf que ça ne sert à rien et à part vous recommander de prendre du Doliprane, le mec ne pourra rien faire pour vous. C’est votre organisme qui, en quelques jours, fabriquera les anticorps pour buter les infections virales qui vous ont assailli. En revanche, si votre état s’aggrave ou que la maladie se transforme en sinusite ou en bronchite bactérienne, allez consulter, un traitement peut être nécessaire.

2. On est toujours contagieux pendant 48 heures même sous antibios donc on évite de choper en boîte, merci bien

Bon, vous n’êtes pas non plus un gros pestiféré et si vous prenez bien votre traitement, vous pourrez serrer en soirée rapidement même avec la goutte au nez donc on respire.

3. Les médecins les surnomment "ATB" et c'est plutôt logique

Quand vous parlez avec votre généraliste, il fait l’effort de donner l’appellation complète puisque vous êtes un petit barbare d’inculte qui se soigne sur Doctissimo. Mais entre eux, entre sauveurs de vie du quotidien, les professionnels de la santé parlent d’atb. Et c’est très perturbant.

4. La consommation d'alcool peut bien saboter votre traitement

A priori vous le savez très bien mais ça ne vous empêche pas d’aller prendre une bière avec vos potes le soir-même. On le sait. L’alcool n’annule pas forcément l’action du médicament mais il peut l’altérer. D’abord, cela peut provoquer des effets secondaires (nausée, vomissements et autres élégantes réactions). Et puis les conséquences naturelles de la consommation d’alcool qui sont la déshydratation et l’affaiblissement du système immunitaire ne vont certainement pas contribuer à améliorer votre état. DONC ON S’ABSTIENT POUR QUELQUES TEMPS. Il est d’ailleurs conseillée de ne pas boire jusqu’à deux jours après la fin de votre traitement.

5. Il existe des super-bactéries résistant aux antibiotiques

Trois familles de bactéries -dont nous ne citerons pas le nom pour cause d’orthographe beaucoup trop compliquée- sont devenues si résistantes que même les antibiotiques les plus récents ne parviennent presque plus à lutter contre ces dernières. Et c’est un peu problématique puisque certaines sont à l’origine d’infections qui peuvent être mortelles. C’est l’OMS (encore une fois) qui est à l’origine de cette alarme et qui incite vivement à réorienter la recherche dans ce sens et surtout à utiliser les antibiotiques avec mesure et parcimonie.Et non, je ne répondrai pas à la question « Qui est donc cette Parcimonie »? Parce que ce n’est pas drôle.

6. C'est à la suite d'une bourde d'Alexander Fleming en 1928 que l'on a créé le premier antibiotique

Oui, il y a eu des précurseurs avant. D’ailleurs, sachez que fut un temps, en cas de blessures, on utiliser les germes présents sur le harnais d’un cheval ou des moisissures de pain pour soigner l’infection qu’elle pouvait provoquer. Mais bref, en 1928, le scientifique, Alexander Flemming, laisse traîner sur son bureau un petit récipient transparent contenant une culture bactérienne. Le lendemain, cette dernière a créé des moisissures qui ont empêché la croissance de staphylocoques. Ainsi quand vous laissez pourrir vos assiettes sales dans l’évier, vous êtes en fait en pleine expérimentation scientifique. Tout va bien.

7. Vous augmentez vos chances de vous faire casser la gueule par un médecin si vous en demandez pour rien

Vraiment. Ça les énerve beaucoup. On peut observer la violence dans leurs yeux à l’instant même où vous ouvrez la bouche dans leur cabinet. D’ailleurs quand vous ramenez vos fesses pour un vieux rhume avec l’espoir d’obtenir un certificat médical pour glander toute la journée, et que vous balbutiez un mytho pour crédibiliser votre requête, ils ne sont pas dupes. Leur petit cœur saigne et ils ont très envie de faire un carnage, mais ils vous feront quand même votre certif’. Bande d’assistés.

8. Se laver les mains permet de lutter contre la résistance aux antibiotiques

Vraiment n’hésitez pas. Frottez bien fort. C’est à la suite d’une campagne lancée par l’OMS que l’on a vu fleurir dans tous les sacs à mains et autres contenants de merveilleux gels hydroalcooliques. Et même si l’odeur de certains donne vraiment la nausée, ils sont plutôt très utiles pour protéger l’hygiène de ses mains. On a du mal à mesurer l’importance de ce geste quotidien qui pourtant permet de sauver des vies… Donc arrêtez de faire semblant de vous laver les mains quand vous êtes aux chiottes en vous passant vaguement (et mollement) les mandibules sous l’eau, on vous a grillé de toute façon.

9. On les utilise sur des animaux parfois et c'est plutôt une mauvaise idée

L’OMS a publié un rapport sur ces pratiques le 7 novembre 2017. Dans certaines industries alimentaires, on a recours aux antibiotiques pour augmenter la croissance d’animaux sains et les prévenir de la maladie. Le problème de cette méthode, c’est qu’elle est nocive puisqu’elle provoque le développement d’une résistance aux médicaments. 80% des médicaments utilisés sur ces animaux sont les mêmes que ceux pour la médecine humaine. Ce que l’institut mondiale propose, c’est de sélectionner les antibiotiques les moins employés sur les êtres humains et d’en faire un usage raisonnable sur les bêtes (par exemple lorsqu’elles sont malades, on prend le temps de choisir le traitement le plus adapté).

10. Si vous commencez un traitement, il faut aller jusqu'au bout sinon c'est inutile

Et il faut les prendre au bon moment. Tout est une question de cinétique : vous devez respecter les prescriptions de votre médecin et ne pas les avaler n’importe quand à tout va (en plus vous risquez la fausse route et c’est un peu la honte). Par ailleurs, selon certains médecins, le risque en ne continuant pas votre traitement jusqu’au bout, c’est que toutes les bactéries ne soient pas éliminées et que les plus résistantes perdurent dans votre organisme. Donc c’est un peu ballot de laisser traîner des miasmes de bactéries dégoûtantes.

Et pis comme on n’est pas des professionnels, si vous avez encore des questions, on vous conseille de demander à votre généraliste qui, lui, sera tout à fait qualifié pour vous répondre (bien heureusement)

Source : OMS, Le Monde, Vie2sciences, une interne en médecine très bg

Source image : Wikipédia