Chercher un métier, c'est pas facile, surtout dans un climat où on n'a de cesse de répéter que le chômage des jeunes nianiania c'est une aberration gnagnagna oulalala la vie va mal on fonce dans le mur. En vrai, il y a plein de filières qui recrutent. L'industrie forme et recrute dans des métiers auxquels on ne penserait pas forcément : électrotechnicien, technicien R&D, big data analyst, technicien de maintenance, roboticien… Pourquoi ne pas te diriger vers l'Industrie pour trouver un emploi ?

Top partenaire [?]

1. Y'a plein de différences avec les vacances

Comme par exemple, en vacances, tu peux partir loin alors que là, quand tu pars loin, il faut prévenir les gens du chômage et tu peux pas non plus partir pendant longtemps. Ou aussi en vacances, c’est bien vu de boire une pina colada à 14 heures alors qu’au chômage, ça la fout mal. Ce genre de différences.

2. Avoir plein de temps libre, c'est cool, être tout seul pour en profiter, pas tant que ça

Parce que le problème du chômage, c’est que les gens autour de toi, en général, eux, ne sont pas au chômage. Et ça fait un sacré distingo dans vos horaires respectifs. Si toi personne ne t’attend dans un endroit mal climatisé le matin, il n’en va pas de même de tes potes qui ne pourront pas sortir le lundi jusqu’à 3 heures du mat. Mais vu que toi tu n’auras personne à voir de la journée, tu n’aurais qu’une envie, c’est de voir des gens le soir. Raté. Soli, solitude.

3. Y'a VRAIMENT rien à la télé l'aprem

Toute ta vie, tu es allé à l’école et le mercredi tu faisais du sport avec tes copains. Ensuite, soit tu as bossé, soit tu as cherché à bosser, toujours est-il que tu n’as pas idée du vide intersidéral que représente la télévision l’après-midi. Autant te le dire tout de suite : si tu n’es pas fan de téléfilms allemands doublés en français, tu vas mal vivre ton chômage.

Source photo : Giphy

4. Pôle Emploi t'embête de plus en plus au fur et à mesure de ton chômage

Ils sont pénibles, à Pôle Emploi. Ils veulent que tu bosses absolument. Ils t’appellent. Il te relancent. Ils te proposent des rendez-vous. Et plus le temps passe, plus ils insistent. Bref, c’est pas du tout du tout la glandouille les doigts dans le nez.

5. C'est socialement très dévalorisant à terme

Parce que tes potes qui bossent, eux, partent en vacances et savent bien que pour toi ça va être juste. Puis ton rythme de vie, tout ça, il n’est plus vraiment compatible avec le leur donc on se voit moins, on s’éloigne, on s’isole. Et enfin un jour, ça fait un moment qu’on n’a pas bossé et on commence à se demander pourquoi on ne bosse plus, on se dit qu’on doit être un nul. Et les autres, s’ils ne le disent pas, le pensent tellement fort que tu en deviens parano.

6. Tu touches vraiment pas grand'chose

Quand tu es indemnisé, tu ne touches pas tripette, sauf si tu étais PDG d’une boîte d’industrie pharmaceutique, mais je ne pense pas que ce soit ton cas. En réalité, les indemnisations chômage, c’est rien. 60% de ton brut d’avant, que tu dois déclarer dans tes impôts, à peine de quoi payer ton loyer. Pour la grande vie, on repassera.

7. Plus l'échéance approche, plus le stress monte

Et tout ça étant circonscrit dans le temps, tu sais qu’à un moment la petite indemnisation qui te maintient à flots va s’arrêter. Face à cette idée-là, tu auras plutôt tendance à te cacher la tête sous les draps qu’à prendre ton destin en mains. Et c’est dommage parce que sous les draps il n’y a pas de solution miracle.

Source photo : Giphy

8. Il faut vraiment chercher du travail

Parce que sinon, finies les indemnités. Il faut faire montre de proactivité et tu as un point régulier avec ton conseiller pour déterminer le niveau d’avancement dans ta recherche. Impossible de se tourner les pouces.

9. Tout truc social devient plus compliqué

Rencontrer un mec ou une meuf ? Plus compliqué quand tu es au chômage. Te faire de nouveaux potes ? Plus compliqué quand tu es au chômage. Avoir la paix avec la banque ? Partir en vacances ? Te faire prêter de la thune ? Retrouver un boulot ? Tout pareil.

10. Ça n'aide pas à retrouver un boulot

On ne prête qu’aux riches, c’est le principe même. Il est beaucoup plus facile de trouver un boulot quand on en a déjà un que quand on est au chômage. C’est comme ça, c’est le désir : on a davantage envie de quelqu’un qui semble stable que de quelqu’un dont la stabilité est douteuse. Être actif paye toujours.

Mais sinon, pendant 15 jours, au début, c’est sympa.