Admettons que je décide, par caprice ou par jeu, de rédiger ce top en chinois. A moins que vous ayez étudié le mandarin dans vos jeunes années, vous n’y comprendriez goutte. Et moi non plus, d’ailleurs, puisque je ne parle pas chinois, contrairement à ce que pourrait laisser entendre cette idée. Bref : tout ça serait assez surprenant. On aime ça être surpris. Par capillarité, on aime la Chine.

1. Ils ne parlent vraiment pas anglais. Vraiment pas.

Ni d’ailleurs aucune autre langue. Ils parlent mandarin. Ou cantonais. Ou d’autres trucs intermédiaires. Ou toutes ces langues-là. Mais pas d’autre langue du tout. Même pas genre les chiffres et I am happy. Même à Pékin ou à Shanghai. Ca va être compliqué compliqué la communication. Et vous n’aurez pas le fin mot de l’histoire concernant la viande que tu t’apprêtes à commander.

2. On ne comprend rien à la bouffe, mais c'est très bon

Non on comprend rien. Tu peux essayer de repérer des idéogrammes pour pouvoir commander à peu près, mais il y a quand même 100% de chances pour que tu te retrouves avec des abats non désirés ou tout autre type de nourriture dont on ignore exactement de quoi il est composé. Cela dit, à quelques exceptions de type cœur de poulet dans du bouillon près, la bouffe est généralement extrêmement bonne, surtout du côté de Canton.

Source photo : Giphy

3. Si tu es blond, tu vas te faire prendre en photo h24

En fait, même si tu es brun, mais surtout si tu es blond. Là il y a deux techniques : la première, c’est la technique « je te prends en photo un minimum discrétos ». Par discrétos, j’entends : sans interrompre ton activité pour te prendre en photo. La deuxième, c’est la technique : « arrêtez tout faut que je prenne une photo avec cette personne blonde », qui consiste à te foncer dessus en te prenant par l’épaule et en te parlant en chinois tout en te mitraillant et avant de disparaître.

Etonnant, qu’on vous dit.

4. Ta sphère intime est sans intérêt

Parce que le corollaire de ça, c’est que l’espace vital personnel est totalement sans objet. Si tu regardes un tableau ou un truc, des gens n’hésiteront pas à te prendre en photo en se positionnant entre le tableau et toi. Ou à te toucher les jambes parce que tu es une meuf et que tu as trois poils sur les jambes et que c’est super surprenant. Ou à s’asseoir sur ta couchette pour bouffer des pâtes, dans un train, en faisant des prouts sur ton oreiller.

Source photo : Giphy

5. Ils kiffent vraiment Mao

Genre les Chinois passent 7 milliards de contrôle et font des queues infinies pour aller voir la dépouille momifiée de Mao au mausolée qui l’accueille. Des queues infinies, pour de vrai. Jusqu’à 4 ou 5 fois plus longues que pour la Cité interdite. Qui est déjà blindée. Et dont l’entrée est recouverte d’un portrait de Mao qui doit bien faire 700 pénis de Rocco Sifredi niveau dimensions.

6. C'est super développé, en fait

Avant de fouler le sol chinois, j’imaginais ça comme un genre d’Amérique du Sud en termes de développement : une sorte de niveau intermédiaire fait de ruines, de démerde et de routes en super mauvais état. Mais dans les grandes villes, le niveau de vie moyen est tout à fait comparable à celui de la France, en parité de pouvoir d’achat. Et des petites vieilles sont capables de capter la 4G dans la montagne la plus reculée au milieu de nulle part quand je galère à avoir du réseau dans le village de 1000 habitants où vit mon père. Et les métros sont hyper modernes et hyper efficaces.

Source photo : Giphy

7. Il fait très très très très très chaud à Pékin en été

Si le concept de douche sans douche ne vous parle pas, sachez qu’il consiste à mettre un pied dehors et à être immédiatement trempé. La chaleur est étouffante à Pékin, à Shangai, à Canton, à Guillin, à Hong-Kong, partout en fait.

8. Les mecs se branlent éperdument de l'Europe

Les Français continuent de croire qu’ils appartiennent à la meilleure nation du monde, exemple universellement connu d’émancipation de l’homme et de séduction à la fraîche de l’autre. On a parfois le sentiment qu’il suffit d’annoncer sa nationalité pour que l’on nous propose une cigarette, un coup d’Etat, et du sexe.

Globalement, le mot France éveille chez la plupart des Chinois autant d’intérêt que le mot Romorantin chez les Français. C’est un truc dont on a vaguement entendu parler, qui doit pas être très loin de l’Allemagne et de l’Afrique.

Source photo : Giphy

9. Les trajets en train sont d'une lenteur extrême

La Chine, c’est grand, mais on suppose que vous vous en doutez. Mais bon, même le plus grand des pays peut se traverser en train.

A condition d’accepter de passer plus de 45 heures à s’emmerder dans des odeurs de nouilles en se faisant bousculer et prendre en photos continuellement. Les trains ne dépassent jamais 120 km/h. On a l’impression de faire le Paris-Roubaix en déambulateur.

10. Les musées sont complètement nazes

Il n’existe pas en Chine une culture de la culture comme on la connaît en France. C’est évidemment réducteur, mais l’idée de présenter un patrimoine n’est pas si naturelle pour les Chinois. Si l’on ajoute à ça l’écrasement idéologique réalisé par le communisme, on se retrouve, dans les musées ou les lieux à visiter, avec des cartels extrêmement détaillés concernant les dimensions d’une pièce ou le matériau utilisé pour bâtir des piliers, sans aucun élément de contexte sur l’époque où la fonction sociale de telle ou telle pièce ou bâtiment. Bref, à moins d’avoir un guide qui s’y connaît, on ne comprend rien.