À l’heure où l’humanité vit à crédit avec ses ressources naturelles, on cherche des solutions pour avoir un mode d’existence beaucoup plus écologique. Et l’une de ces solutions peut passer par le biomimétisme. Mais justement, même si on a déjà entendu le nom on sait pas tous ce que c’est. Alors voilà, il suffisait de demander.

1. Le biomimétisme, c'est le fait de s'inspirer du vivant pour produire de nouvelles technologies

C’est simple : en grec, bios c’est la vie, et mimesis l’imitation. Donc le biomimétisme, c’est faire comme ce qu’on trouve dans la nature. En gros, on observe les animaux, les plantes, les organismes vivants en général (même celui de l’homme) jusqu’à l’échelle du nanomètre, pour fabriquer de nouveaux objets ou concevoir de nouvelles technologies. Le truc c’est que les êtres vivants sont le fruit de millions d’années d’évolution, donc ils sont naturellement bien foutus. Et comme ils sont bien foutus, ils peuvent nous servir de modèle pour qu’on construise nous-mêmes un monde bien foutu, et surtout plus éco-responsable. Finalement, on veut retourner vers quelque chose de plus naturel mais qui serait en même temps beaucoup plus évolué que nos technologies qui consomment beaucoup trop.

2. En vrai, on fait du biomimétisme depuis très longtemps

Les premiers hommes en apprenaient sûrement déjà pas mal en observant ce qui se passait autour d’eux dans la nature. Mais on a aussi des vieux exemples plus précis de biomimétisme, comme les plans de la machine volante imaginés et dessinés par Leonard de Vinci d’après l’observation d’oiseaux. C’est simplement le mot biomimétisme qui est apparu dans les années 50 pour conceptualiser tout ça.

Crédits photo (creative commons) : Arnaud 25

3. On a un centre de biomimétisme en France

C’est le Centre européen d’excellence en biomimétisme que les intimes appellent le Ceebios. Il se trouve à Senlis au Nord de Paris et existe depuis 2015 seulement. C’est, entre autres choses, parce qu’on s’intéresse vraiment depuis peu sérieusement au biomimétisme. Avant on était un peu teubé.

4. Le martin-pêcheur a inspiré le TGV japonais

Le concepteur du Shinkansen, qui est l’équivalent de notre TGV au Japon, a voulu améliorer le confort de ses passagers en supprimant les sons assourdissants que fait le train en rentrant dans un tunnel. Pour ça, on s’est demandé comment faisait le martin-pêcheur pour plonger dans l’eau sans faire de bruit. En fait, c’est la forme de son bec qui lui permet de faire ça, donc on a façonné l’avant du train comme ce bec-là. C’est astucieux, et en plus c’est stylé.

Crédits photo (creative commons) : Sui-setz

5. Le velcro imite un fruit

Le truc avec lequel on fait les scratchs a été inventé en 1941 par un ingénieur suisse qui a reproduit le système qui permettait au fruit de la bardane de s’accrocher à pas mal de surfaces différentes avec tous ses petits crochets. Grâce à ce fruit, on n’a pu éviter d’apprendre à faire ses lacets pendant des années.

Crédits photo (creative commons) : https://pixabay.com/en/users/Biedermann-895301/

6. On veut faire des verres anti-reflets en prenant pour modèle un papillon

Le Greta Oto est un papillon trop stylé avec des ailes en partie transparentes. Et le truc, c’est que les parties transparentes en question ne reflètent pas la lumière. En voyant ça, des chercheurs allemands se sont dits qu’ils pouvaient créer des nouveaux verres ayant les mêmes propriétés. C’est encore en étude, mais ça devrait être réalisable.

Crédits photo (creative commons) : David Tiller

7. On aura à l'avenir des avions dont les ailes s'inspireront des rapaces

On s’est dit que les aigles, les buses et leurs potes volaient quand même plutôt pas mal, en utilisant un minimum d’énergie, en plus. Donc depuis quelques années on travaille pour donner des ailes plus aérodynamiques à nos avions en imitant tout ça. Enfin quand je dis « on », moi je travaille pas dessus en vrai.

8. Les termitières nous ont donné des bâtiments bien ventilés

L’intérieur des termitières, c’est plein de galeries qui permettent de faire des sortes de courants d’air et qui refroidissent le tout. Pas besoin de dépenser de l’énergie, tout est naturel et renouvelable. Ce qui fait qu’on a utilisé ce principe pour faire des bâtiments avec des petites galeries de cheminées qui gardent l’intérieur au frais. En hiver, on peut boucher les cheminées pour éviter de se geler les miches.

9. Les robots s'inspirent constamment des animaux

Les robots en forme d’humain c’est sympa, mais c’est un peu galère de leur donner un bon équilibre, de leur faire faire des sauts, porter des charges lourdes etc. Donc quand les ingénieurs réalisent des robots, ils utilisent plein de modèles d’animaux différents, comme des pieuvres, des abeilles, des robots, des poissons, et tutti quanti. Bref, on peut prendre les capacités de chacun pour faire des super-machines, qui avec un peu de chance ne se retourneront pas contre nous (on te fait confiance Asimov.)

See Spot Run — Dog vs. Robot

10. Malheureusement, le biomimétisme ne sert pas qu'à faire des bonnes choses

L’armée s’intéresse à la chose aussi pour tenter de créer de nouvelles armes moins chères (donc éventuellement plus nombreuses), plus efficaces ou plus meurtrières. Bref, tout ce qu’on n’a pas envie de voir.

Et on parle même pas de Batman, Ant-man, Spiderman et toute la team.

Source : wikipedia