La fellation procure beaucoup de bonheur par monts et par vaux. Si, si. Indéniablement. Tu vois, le monde se divise en deux catégories, ceux qui pratiquent la fellation et ceux qui creusent. Ou un truc comme ça, je me souviens plus très bien de la réplique de Clint Eastwood. Toujours est-il que la fellation aussi bienveillante soit-elle, implique parfois quelques désagréments qu’il est bon de montrer enfin au grand jour.

1. La mâchoire qui prend cher

On parle trop rarement des douleurs de la mâchoire causées par une pipounette un peu longue. Pour peu que le le membre honoré soit légèrement au dessus de la moyenne en termes de volume, c’est ta mâchoire qui va douiller. N’hésite pas le cas échéant à varier entre léchouille et ingestion buccale histoire de ne pas y laisser ta mandibule.

Source photo : Giphy

2. Le tif qui fait mal

Une situation plus courante chez les suceurs/euses à la chevelure longue et douce dont certains éléments capillaires n’hésitent pas à se fourvoyer dans le prépuce du sucé. Délicate manœuvre que voilà quand tu dois alors extirper le long tif du gland, pire que de désamorcer une bombe cet acte dangereux nécessite une pause de quelques minutes si on n’est pas très agile avec ses dix doigts.

3. Le cheveu sur la langue

Sacrés poils rebelles, quand c’est pas dans le prépuce que se logent tes cheveux c’est sur ta langue que se logent ses poils. Oui parce que du poil il y en a dans tout ce bordel et que tu auras peu de chance de ne pas te retrouver avec un exemplaire dégueu entre les incisives.

Source photo : Giphy

4. Le gars qui t'appuie sur la tête

Moui, et ça arrive plus souvent qu’on ne le croit. Parfois ça passe, parfois ça passe pas. Tout dépend de la courtoisie avec laquelle on saisit la tête de l’élément suceur mais globalement c’est pas forcément agréable de se sentir écrasé/e sur l’appareil génital surtout si l’on n’est pas armé d’un tuba.

5. Du mauvais usage des dents

Mh. Les dents. Vaste sujet de souffrance. Bah oui parce que nous autres suceurs possédons la même dentition que tout le monde, alors comment faire pour que ces magnifiques chicots ne soient pas sentis lors de l’absorption pénienne ? Il n’y a pas de solution miracle mais il semblerait que protéger ses dents par l’usage de sa bouche un peu comme si on faisait un sourire de mamie qui aurait perdu son dentier (une image très excitante en plus dans le cadre d’un préliminaire) soit un remède efficace.

Source photo : Giphy

6. Calloté/décalloté, UFC que choisir ?

Quand le partenaire pompé n’est pas circoncis, on a alors à faire à cette épineuse question décallotage. Ni trop tôt , ni trop brutalement, il faut faire preuve de dextérité, de bon sens et surtout de bon goût pour opérer convenablement. Le tout étant de ne pas tirer n’importe comment la peau du prépuce sinon le gars va crier de souffrance comme une mouette malade.

7. Les sécrétions surprises

L’éjaculation, on connaît, c’est un classique. La question ici n’est pas de savoir s’il faut avaler ou pas, mais plus de gérer les petites saillies séminales qui arrivent en infime quantité pendant l’acte suçationnel. Et quand on n’est pas au courant au début, ça peut surprendre.

Source photo : Giphy

8. L'envie de pisser

Une question qui concerne certes le/la suceur/euse mais surtout le sucé. Car tel est sucé qui croyait prendre. Une fellation peut durer un certain temps (variable entre 30 secondes et 7 heures selon ce que tu as mangé la veille) et si tu t’y attelles avec une certaine envie d’uriner, malheur à toi.

9. L'envie de péter

Pire encore que l’envie de pisser, l’envie de péter est un problème bien courant de la fellation et vous allez être déçu mais je n’ai aucune solution à vous soumettre si ce n’est de vous retenir. Ça vous apprendra à bouffer une choucroute avant une partie de jambes en l’air.

10. L'envie d'avoir envie

Non en fait je n’ai rien à dire de particulier dans ce point je pense juste que c’était le bon moment de rendre hommage à Johnny. Qu’on me donne la peine pour que j’aime dormir, Qu’on me donne le froid pour que j’aime la flamme, Pour que j’aime ma terre qu’on me donne l’exil, Et qu’on m’enferme un an pour rêver à des femmes !

11. L'odeur

Parce que quand ça sent pas bon, ça sent pas bon.

Source photo : Giphy

12. Le positionnement

Encore un problème d’adéquation physique de ton corps et de son inéluctable rapport à la gravité : comment sucer quand on n’a aucun muscle dans les bras ? L’acte demandant généralement un effort conséquent pour le suceur dont le corps repose sur le seul appui des bras qui doivent supporter un perpétuel mouvement de va et vient. Le mieux c’est de faire quelques altères le matin et éventuellement de pousser de la fonte à la salle pour être sûr/e de ne pas défaillir.

13. Quand tu t'es trompé de personne

Un peu gênant J’AVOUE, mais que dire ? L’erreur est humaine.

Source photo : Giphy

Ceci n’est pas un top sur la pipe.

Et sinon, t'as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre notre dernière vidéo !