Les pilotes sont des humains comme vous et moi même s’ils ont plus la classe et qu’ils voyagent gratuitement. Mais c’est bien en cela qu’ils nous ressemblent : ils voyagent eux aussi et parfois en avion et parfois sans être en charge de piloter ledit avion. Mais à la différence des passagers lambda, ils savent comment fonctionne un vol de l’intérieur et peuvent prêter attention à des détails qui échappent à tous ceux occupés à boire de la vodka tomate en faisant des mots-fléchés.

1. Le gel qui s'accumule sur les ailes

Les ailes des avions ne sont pas censées geler. Elles disposent d’un dispositif antigel pour éviter tout problème. Un pilote qui aurait une vue claire sur les ailes remarquerait très rapidement si ce dispositif venait à dysfonctionner et saurait que l’avion s’apprête à faire demi-tour pour palier le problème.

2. Les odeurs zarbi

La cabine passager de l’avion est insonorisée, aussi les voyageurs ne peuvent-ils pas savoir que le gros BOUINK qu’on vient d’entendre était en réalité le dernier son qu’ils entendraient de leur vie. En revanche, les problèmes techniques des machines s’accompagnent bien souvent d’odeurs bizarres, comme du fuel ou tout autre truc qu’on ne devrait pas sentir.

3. L'angle de la lumière

Quand l’angle de la lumière du soleil change sur le hublot, les pilotes savent que l’avion vient de changer de route. Or, les avions ne sont pas censés changer de route, sauf en cas de problème technique ou de climat défavorable. Un changement de route implique nécessairement un retard à l’arrivage dont aucun passager ne se doute.

Source photo : Giphy

4. Les raisons des retards

Lorsqu’un avion va partir en retard, les passagers sont non seulement en droit d’en connaître la raison mais on n’a pas le droit de le leur refuser. Il suffit de demander au staff de la compagnie aérienne. Les pilotes ne s’en privent pas.

5. Les pilotes savent qu'il est important de bien repérer les issues de secours

Généralement, les passagers ne prêtent jamais attention aux consignes de sécurité d’avant-décollage. En réalité, ils devraient. Repérer les issues de secours, c’est se donner 0,1% de chances de survivre en cas de crash, notamment si l’accident implique de la fumée et de l’obscurité dans la cabine. Et ils auront tendance à se mettre tout à côté.

6. Les annonces du pilote

Pendant le vol, il arrive parfois que le pilote enjoigne l’équipage à venir vers le cockpit. Personne ne s’en émeut : après tout, rien de plus normal. Non, en fait : dans 90% des cas, un tel appel signifie HOUSTON ON A UN PROBLEME ON VA PEUT-ÊTRE TOUS MOURIR. Seuls les pilotes le savent et y prêtent une attention soutenue.

Source photo : Giphy

7. Les accoudoirs sont tous amovibles : même ceux du couloir ou de la fenêtre.

Il existe un petit bouton caché à la base de l’accoudoir qui permet de le lever. Histoire de pouvoir dormir sans avoir un truc qui te rentre dans les côtes.

8. Les habitudes du pilote à l'oeuvre

Chaque pilote a ses petites habitudes d’atterrissage. Un pilote qui voyagerait dans l’avion serait capable d’anticiper le moment exact où l’équipage va annnoncer le début de la procédure d’atterrissage. Il suffit pour cela de prêter attention aux deux petits bruit cling cling qui interviennent souvent quelques minutes avant l’annonce. Mais on peut même prévoir quand les cling cling vont retentir. A partir du moment où l’avion commence à se courber, il suffit de connaître la checklist que doit parcourir le pilote avant d’envoyer le petit ding pour prononcer cling cling pile au bon moment.

9. Un conseil : toujours mettre son passeport dans sa poche arrière

Histoire glauque, histoire vraie : en cas de crash, c’est l’endroit où il aura le plus de chances d’être protégé. Autant dire que si vous avez envie que votre famille soit informée rapidement de votre décès et pas des semaines après et ainsi épargner des espoirs vains à vos proches, c’est la meilleure chose à faire.

10. L'équilibre de l'avion

Quand les hôtesses et les stewards parcourent l’avion en comptant les passagers, ils évaluent aussi la répartition du poids total au sein de la cabine, notamment sur les petits porteurs. Les pilotes savent déceler quand il y a un problème et que des passagers plus corpulents doivent être déplacés.

Source photo : Giphy

Toute ma vie j’ai rêvé d’être une hôtesse de l’air.

Sources : Brighside, Business Insider, Quora