L’Egypte ancienne, on l’étudie vite fait au collège, puis on voit Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, et c’est à peu près tout. On parle relativement peu de cette période et donc on n’en connaît que les clichés, alors qu’il y a plein de choses sympa à apprendre. Et c’est ce qu’on va voir. En plus on va parler de chats, et ça c’est cool. Mais avant ça, juste une petite précision : l’Egypte antique ça a duré environ 3000 ans, entrecoupés de plusieurs périodes différentes avec des coutumes qui ont évolué au fil du temps, donc ici on va faire comme si toutes ces époques étaient confondues, sinon on n’est pas sortis de la pyramide.

1. La femme était l'égale de l'homme

Ou, si l’on préfère : la femme était reconnue à sa juste valeur. C’est du moins ce que les textes de loi indiquaient. Les femmes pouvaient gérer leur argent, divorcer, exercer des métiers importants comme médecin, et elles gardaient leur nom après le mariage. Mais comme on a retrouvé pas mal de textes rappelant aux hommes leurs devoirs envers leur femme, on imagine que ça n’était pas toujours respecté. En tout cas, l’Egypte antique était bien en avance sur son temps, et ça ça amène de la joie dans nos slips.

Source photo : Giphy

2. Le pharaon avait un premier ministre et des ministres

Bien sûr, ça s’appelait pas comme ça et le fonctionnement était différent de notre gouvernement, mais ça y ressemble. Le pharaon a un vizir, qui est responsable de l’administration, des finances, et de l’exécutif (chez nous, c’est le législatif.) Il est la deuxième personne avec le plus d’autorité après le pharaon, et bien souvent il en est le fils, comme ça on garde bien le pouvoir en famille. Et en dessous du vizir, il y a le conseil gouvernemental, composé de dix personnes, qui aident le pharaon à prendre ses décisions. Ils sont pas vraiment en dessous du vizir dans l’espace hein, c’est une image.

3. Les paysans étaient des saisonniers

Les paysans qui cultivaient sur les bords du Nil passaient une partie de l’année à travailler sur les chantiers, quand le Nil était en crue. C’est un peu comme ton moniteur de ski qui devient guide de montagne dès qu’il n’y a plus de neige. Sauf que les Égyptiens, eux, ils n’avaient pas de traces de bronzage ridicules en forme de lunettes de soleil.

4. Les Égyptiens étaient de bons médecins

Ça peut paraître étonnant, parce que leur médecine était toujours en lien avec la religion et qu’ils utilisaient des formules magiques, mais leurs traitements étaient en général efficaces. Après il ne faut pas trop idéaliser le truc non plus, ils utilisaient quand même parfois des excréments ou de l’urine d’animaux pour certains rituels. Mais pour leur époque, ils surpassaient les autres, et en plus le système de soins était gratuit. La Sécu avant l’heure, vous l’avez pas vu venir hein ?

5. Scribe était la fonction la plus respectée

On a tous en tête l’image d’Otis dans Asterix et Obelix : Mission Cléopâtre, mais on sait pas vraiment à quoi il sert. Le scribe était un fonctionnaire qui maîtrisait trois types d’écriture et qui avait différentes fonctions selon son grade. L’une d’elles était de rédiger les contrats pour les citoyens qui étaient quasiment tous analphabètes. C’était un peu l’instit’ de l’époque, celui que tout le monde respecte parce qu’il possède le savoir. Les scribes supérieurs ne payaient même pas d’impôts. Finalement, c’est plutôt une bonne situation, scribe.

6. Quand un chat mourait, sa famille se rasait les sourcils en signe de deuil

On savait que les chats avaient une place particulière chez les Égyptiens, entre autres parce qu’ils chassaient les rats, souris et autres serpents et qu’ils étaient associés à la déesse Bastet (celle qui a une tête de félin, bien entendu.) Mais on ne savait pas que le délire allait aussi loin : à la mort du chat, en plus de se raser les sourcils, les membres de la famille pouvaient être en deuil pendant 70 jours. Certains momifiaient même les chats ou plaçaient une statuette en forme de chat dans leur tombeau pour que l’animal les accompagne dans l’au-delà. C’est quand même plus classe qu’un trou au fond du jardin.

7. Pour dire chat, on disait "miou"

Les Égyptiens étaient fans d’onomatopées pour nommer les choses, et c’est vachement pratique. Ce qui l’est moins, c’est que le mot qui désigne le chat s’écrit avec quatre hiéroglyphes dont aucun ne représente un chat. On peut les pardonner en se disant qu’un hiéroglyphe par mot ça aurait fait beaucoup à retenir, mais ils auraient pu faire un effort pour les chats.

8. On avait des moyens de contraception à base d'excréments de crocodile

Avec ça, du miel et de la gomme arabique, les femmes faisaient une pâte qu’elles calaient à l’entrée de l’utérus. On mettait aussi parfois des épines d’acacia et du miel, réputés pour être spermicides. C’est un peu cra-cra, mais un bébé aussi c’est cra-cra, alors il faut bien faire un choix.

9. On se masturbait dans le Nil

Les crues du Nil étaient associées au dieu Atum, qui selon les croyances de l’époque se masturbait pour provoquer les pluies qui rendaient la région fertile. Alors, en son honneur, les hommes se touchaient la nouille dans le Nil, histoire qu’il ne s’assèche jamais.

10. Les nains étaient très respectés

Il y avait certaines divinités qui étaient des nains, et par conséquent les nains dans la société égyptienne étaient très bien vus et pouvaient occuper des postes à haute responsabilité (n’y voyez pas là une blague de mauvais goût.) Certains auraient même été des auxiliaires de pharaons, rien que ça.

« Nil, Nil, Nil, fleuve impétueux et tumultueux, tu es comme notre reine la source de la vie ! »

Sources : NouvelObs, Wikipedia.