La Roumanie n’est pas que le pays du groupe O-Zone et de leur tube Dragostea din tei (ils chantaient en roumain mais étaient Moldaves paraît-il) et des voitures Dacia. Non, la Roumanie c’est plein de jolies choses à voir et une culture à découvrir de toute urgence, et en voici même la preuve.

1. Un voyage dans les abysses de la mine de sel de Turda

Située à plus de 120 mètres de profondeur, cette ancienne mine de sel a été reconvertie en abri lors de la seconde guerre mondiale, avant de servir de cave à fromages (si, si) et aujourd’hui d’attraction touristique. Le lieu accueille dans ses abysses une sorte de station futuriste donnant accès à un lac souterrain que l’on peut parcourir en canoë, mais aussi à un centre spa, à des pistes de bowling, des terrains de sport, de tennis de table et même de billard. Le site Business Insider a même élu le lieu, la plus belle structure souterraine au monde.

2. Sur les traces de Vlad l’empaleur au monastère de Snagov

Ce bon vieux Vlad aurait inspiré l’écrivain Bram Stoker au moment d’imaginer son personnage de Dracula. Un joli coup de pub pour la vie tumultueuse de l’intéressé et pour le monastère de Snagov à quelques kilomètres de Bucarest, qui accueillerait ses restes (de son corps, pas de son dernier déjeuner) depuis sa disparition au XVe siècle. Personne n’a jamais rien trouvé qui confirme cette histoire, mais tout ici est mis en scène pour entretenir le mythe. Le gouvernement roumain aurait même pendant un temps envisagé de créer un parc d’attraction sur le thème de Dracula, avant finalement de mettre l’idée au placard (avec on l’espère un pieu en argent enfoncé dans le cœur)

3. Le cimetière joyeux de Sapanta

La mort c’est suffisamment triste pour ne pas en rajouter une couche. Ça tombe bien, puisque ce cimetière peu orthodoxe, même s’il se trouve en Roumanie, accueille près de 800 stèles de couleur bleue sur lesquelles ont été gravées des scènes de la vie du défunt, voire les circonstances de sa disparition. Le tout est souvent accompagné de quelques traits d’humour et autres blagues sur la vie du disparu. Génial surtout si vous avez fait Roumain en LV3 (sinon y a Google trad au pire).

4. La cascade (sur)naturelle de Bigar

Cette cascade de 8 mètres de haut est surtout remarquable pour déverser ses eaux sur un gros rocher en forme de cloche recouvert de mousse, qui absorbe ce déluge avant de le laisser échapper en fins jets d’eau dans la rivière en contrebas. Les habitants appellent ce lieu « the miracle from the Minis Canyon » et c’est encore plus beau à voir en vrai, qu’à lire sur Topito (encore heureux). Sauf en été où le manque de pluie rend le spectacle un peu tristounet.

5. La plus grande statue de pierre d’Europe

Ce visage taillé dans la pierre mesure 40 mètres de haut et représente le visage du dernier roi de Dacia (pas la voiture, l’ancien royaume qui jusqu’au IIe siècle après JC recouvrait la Roumanie et la Moldavie) : un certain Decebal qui vainquit les Romains avant de se faire fesser par ces derniers (il se suicida pour éviter de tomber entre leurs mains baladeuses). Bref, si vous passez dans le coin, allez le saluer de notre part.

6. Le village submergé de Geamana

En 1978, le village de Geamana fut rayé noyé de la carte, inondé par un lac artificiel de déchets toxiques créé pour permettre l’exploitation des ressources de cuivre de la région. À l’époque de Ceausescu (un sanguinaire dictateur communiste), on ne s’embarrassait guère des états d’âme et des problèmes de logement des habitants. Près de 40 ans plus tard, le toit de l’église reste visible au dessus d’un lac devenu multicolore à force d’y déverser tout un tas de saloperie.

7. Le Vaser Valley Mocanita

Ces vieilles locomotives à vapeur et leurs wagons datent de l’entre-deux guerre. Elles furent partiellement détruites lors de bombardements en 39-45, tout comme les voies ferrées qui transportaient alors passagers et matières premières à travers la vallée. Aujourd’hui, après plusieurs années de travaux, tout est de nouveau opérationnel, à condition d’avoir le temps. En vitesse de pointe, la bête dépasse rarement les 10 km/h. Ça vous laissera le temps d’observer tranquilement les magnifiques paysages escarpés de la région.

8. Les églises en bois de Maramures

Comme on connaît votre passion pour les églises, on se sent un peu obligé de vous parler de celles en bois de la région des Maramures. Elles datent d’environ 200 ans et furent édifiées pour contourner l’interdiction des autorités de construire des églises en pierre. En plus d’être bâties en bois, la plupart possèdent des murs peints à la main (parce qu’au rouleau c’est tout de suite moins propre…). Bref, c’est joli et ça fera très bien sur votre compte Instagram ou FB.

9. Les pistes de ski de Poiana Brasov

Il s’agit de la station de ski la plus populaire de Roumanie avec 25 km de pistes (dont 14 pour le ski alpin), 11 remontées mécaniques (le reste se fait très bien à pinces) et une altitude max de 1765 mètres. L’avantage, c’est qu’en hiver, il fait tellement froid et moche dans la région, qu’au moins vous êtes sûr d’avoir de la neige. Ah et on a failli oublier : la ville est réputée pour son eau de vie à base de prunes : la tuica (on sait vous prendre par les sentiments)

10. Un saut dans le temps à Bucarest

La capitale roumaine offre un vrai voyage dans le passé. Comme si on remontait dans les années 80. Tout y est un peu suranné et plus calme, les familles flânent dans les parcs le weekend, les plats traditionnels ressemblent à la tambouille des Bronzés font du ski (goûtez voir la ciorba de burta, de la bonne soupe aux tripes), sans parler des stigmates de la révolution roumaine de 1989. Finalement, il n’y a que la nuit que Bucarest se met à l’heure occidentale, partageant sans vergognes ses mêmes vices.

#bucaresti #romania #nightlife #bucarest #bukarest #beer #summer

A post shared by Andreas ?? (@x_trex) on

On ne va pas se quitter comme ça, sans s’écouter un petit « Ma-ia-hii,Ma-ia-huu, Ma-ia-hoo, Ma-ia-haa »