Dans la rando aussi, le plus important, c’est le planté du bâton ! Ainsi que 2 ou 3 autres bricoles à avoir avec soi si on veut faire face à la majorité des situations, sans pour autant avoir besoin d’un sherpa pour porter son sac à dos !

1. Une carte à grande échelle et une boussole

Pourquoi s’emmerder avec une carte alors qu’un GPS de randonnée fait parfaitement le job ? Parce que ces saloperies ne tiennent pas toujours la charge lors des longues randos et qu’elles ont tendance à se vider lors de conditions climatiques un peu extrêmes. Et on ne vous parle pas du fameux coup de la panne susceptible de vous laisser en plan au milieu de nulle part. Pendant que vous y êtes, pensez à embarquer avec vous une boussole, pour vous diriger même quand vous n’y voyez pas à 2 mètres.

2. Des sacs poubelle pour jouer les Mac Giver

Le sac poubelle peut vous sauver la vie en randonnée. En plus de protéger la nature en stockant vos déchets, il est capable de vous protéger du froid et de l’humidité. Vous pouvez par exemple vous en servir pour garder les pieds au sec quand vous traversez une rivière en les enfilant comme de chaussettes. Si vous tombez dans l’eau, remplissez votre sac poubelle d’air en l’utilisant comme un filet à papillon… et miracle : vous obtenez une bouée de sauvetage ! Mac Giver, c’est vous.

3. Un couteau de Rahan (ou multifonction, ça fera aussi l’affaire)

Il est possible de partir en randonnée avec sa bite (ou celle de son copain) et son couteau, mais à une seule condition : que ce dernier soit bien multifonction (on parle bien du couteau). A défaut de vous permettre de repousser les ours un peu trop entreprenants, cet accessoire vous sera utile dans plein d’occasions à commencer par ouvrir une bonne bouteille de vin par exemple.

4. De quoi purifier l’eau pour éviter la golden shower

Avant de commencer à boire votre urine pour ne pas mourir de soif comme le conseille Mike Horn qu’on soupçonne au passage d’être adepte des golden showers, mettez dans votre sac à dos de quoi purifier l’eau que vous trouverez sur votre chemin. Les comprimés de purification type Micropur font généralement bien le job, à condition de ne pas lésiner sur la dose de pastilles en fonction de la qualité de l’eau à filtrer.

5. Un réchaud (et un briquet)

Pour faire bouillir de l’eau ou de la bouffe en rando, le réchaud est indispensable. Reste à bien le choisir. Le réchaud à gaz est le plus simple à utiliser grâce à des cartouches qui viennent se visser sur l’appareil. Pratique sauf si vous partez en avion à l’étranger. Ces dernières sont strictement interdites à bord comme en soute. L’autre option consiste à utiliser un réchaud à bois. Il en existe des petits et légers pensés pour la randonnée. Une alternative intéressante (et écologique) à condition de ne pas bivouaquer en plein désert… ou vous risqueriez de galérer pour trouver du bois !

6. Une lampe frontale pour tenter un remake du Projet Blair Witch

On ne va pas vous faire un dessin (surtout si vous êtes dans le noir) pour vous expliquer l’utilité d’une lampe frontale lors d’une rando. Si vous partez longtemps sans possibilité de recharger ses accus, préférez une lampe moins puissante et donc moins énergivore. Si elle fonctionne avec des piles bâton c’est bien (pensez à emporter des piles de rechange), si elle est compatible piles bâton et batteries lithium, c’est encore mieux.

7. Une couverture de survie plutôt qu’une petite laine

Déjà ça prend moins de place. Ensuite, c’est nettement plus efficace pour conserver la température du corps et se protéger du froid en cas d’hypothermie (face dorée vers l’extérieur), ou inversement pour se protéger de la chaleur en cas d’insolation (face argentée vers l’extérieur). Par contre, niveau swag, on est quand même super limite.

8. Des pansements contre les ampoules

On ne va pas vous faire le détail de quoi mettre dans une trousse de soins lors d’une randonnée, mais s’il y a bien un truc qui peut vous sauver la mise, c’est bien les pansements contre les ampoules. Surtout si vous étrennez vos chaussures toutes neuves dont vous êtes si fiers, mais qui ont des chances de vous faire chialer de douleur. Car rappelons-le : ce ne sont jamais les chaussures qui se font à vos pieds, c’est bel et bien l’inverse !

9. Des coupes faim pour éviter la fringale

On ne parle pas de la popote pour les repas du midi ou du soir, mais des encas en cas de coup de mou. Barres céréales, pâtes d’amende, fruits secs… c’est rarement la teuf niveau goût mais l’objectif est de vous requinquer le plus rapidement possible.

Source photo : Giphy

10. Des boules quiès

Qui dit randonnée, dit aussi nuit en refuge ou sous la tente, avec le risque d’avoir des voisins bruyants. Sans parler des éventuelles bestioles nocturnes susceptibles de bien vous pourrir la nuit, comme des crapauds en rut au bord des étendues d’eau…

Source photo : Giphy

Vous aussi, vous aimez quand on vous envoie balader ?

Source : altituderando.com