Le vaudou fascine autant qu’il effraie. Exploitée dans de nombreux films et romans, comme Angel Heart d’Alan Parker et L’Emprise des Ténèbres de Wes Craven, cette religion est beaucoup plus complexe qu’on ne le pense. En gros, il n’est pas toujours question de sacrifice rituel autour d’un feu ou encore de poupées qu’on darde d’aiguilles…

1. C'est le vaudou qui a engendré les zombies

Rien à voir avec les walkers de The Walking Dead même si au fond, les « vrais » zombies présentent des similarités avec leurs homologues au cinéma ou à la télévision. Un zombie est donc dans la culture haïtienne, une victime d’un prêtre vaudou appelé bokor. Une personne qui a été privée de son âme à la suite de l’administration d’une puissante drogue à base de tétrodotoxine. Le procédé peut ainsi se résumer comme ceci : drogué, le futur zombie est enterré puis déterré moins de 24 heures plus tard. On lui donne ensuite des potions à base d’atropine ou de datura afin de le faire sortir de sa léthargie, avant de le forcer à prendre une drogue hypnotique. Complètement à la ramasse car encore sous l’effet de la tétrodotoxine, le pauvre gus est alors conscient, très docile mais a aussi l’apparence d’un mort. Et si de telles pratiques sont interdites, elles sont encore relativement courantes.

Source photo : Giphy

2. Les poupées vaudou n'ont en fait rien à voir avec le vaudou

C’est une idée reçue persistance mais néanmoins fausse, faisant appel à un mythe plutôt européen (on le retrouve dans « Le Jour d’Avant » d’Umberto Eco). En réalité, de telles poupées, ensorcelées pour nuire à distance à une personne bien précise, sont issues du houdou, un folklore africain.

Source photo : Giphy

3. C'est un prêtre vaudou qui a initié la Révolution haïtienne

Dutty Boukman, c’est son nom, esclave de son état, organisa dans la nuit du 14 août 1791 une grande cérémonie vaudou devant un grand nombre d’esclaves. Une cérémonie censée notamment conférer l’invulnérabilité aux participants, qui précéda le soulèvement général qui mena par la suite à la victoire et à l’indépendance du pays le 1er janvier 1804. Ce fut pour info la première révolte d’esclaves réussie du monde moderne.

Crédits : Wikipedia photo : La Révolution haïtienne par January Suchodolski

4. Les pratiquants du vaudou furent longtemps persécutés

Dans les années 40 et 50, les catholiques essayèrent de mettre fin à la pratique du vaudou à Haïti, en brûlant notamment des sanctuaires. Aujourd’hui, la pratique est protégée par la constitution du pays.

5. La religion catholique a désormais accepté le vaudou

Longtemps sujet à controverse au sein de l’Église, le vaudou est aujourd’hui accepté, notamment en Afrique, où les représentants des deux religions collaborent en faveur de la paix et de la prospérité. Le Pape Jean-Paul II, de par ses propos bienveillants au sujet des prêtres vaudou, a également entériné ce rapprochement, alors qu’il n’y a pas si longtemps, comme indiqué dans le point précédent, l’entente était loin d’être aussi cordiale.

6. Il existe d'ailleurs plusieurs similitudes entre le vaudou et le christianisme

Les deux religions croient ainsi en l’existence d’un dieu unique qui règne sur le monde entier. Certaines figures importantes du christianisme ayant également des équivalences dans le vaudou, comme la Vierge Marie (Ayida Wedo, qui représente en outre la richesse, la chance et le bonheur) ou Saint Pierre (Papa Legba, le messager de Dieu). À noter néanmoins que certaines similitudes ne sont pas toujours valables en ce qui concerne le vaudou africain.

7. On compte trois écoles de vaudou

Plusieurs millions de personnes pratiquent le vaudou de nos jours. Des adeptes qui se divisent en trois grands groupes situés en Afrique de l’Ouest (Ghana et Bénin principalement), dans le sud-est des États-Unis (surtout en Louisiane) et en Haïti. On trouve néanmoins des pratiquants à Cuba, au Brésil, à Puerto Rico ou encore en République Dominicaine.

Source photo : Giphy

8. Le vaudou croit en l'égalité des sexes

Contrairement à l’Église Catholique par exemple, où seuls les hommes sont autorisés à devenir prêtres (curés en l’occurrence), le vaudou ne fait pas de distinction. Les femmes sont ainsi appelées Mambo et les hommes, Hougan.

9. Le vaudou est une religion qui a pour vocation de guérir

Autant dire qu’on est loin des clichés véhiculés par le cinéma et la littérature qui ont souvent mis en scène des prêtres vaudou experts en malédiction. À la base, cette religion est beaucoup plus utilisée pour guérir. On invoque alors les esprits pour aider des personnes touchées par la maladie et non pour les accabler. Il est bon de souligner que dans les cas les plus graves, les prêtres et prêtresses vaudou font aussi appel à la médecine moderne.

Source photo : Giphy

10. Les sacrifices d'animaux ne sont pas si courants qu'on le pense

On associe souvent le vaudou à des rituels bien sanglants durant lesquels des animaux sont sacrifiés. Si ces pratiques font bel et bien partie de la religion et ont pour but de donner de la force à l’esprit auquel la cérémonie s’adresse, elles ne sont pas non plus monnaie courante.

Si vous allez à la Nouvelle-Orléans, passez dire bonjour à Marie Laveau, la grande reine du vaudou, qui selon les dires, roderait toujours, plus de 130 ans après son décès, dans les rues de la cité…