On ment entre 2 et 80 fois par jour. Alors oui mentir c’est mal mais franchement c’est aussi bien pratique. On essaye tous de mettre en place des astuces pour paraître le plus crédible possible en prétendant que notre arrivée à 11h n’est pas due à notre gueule de bois mais à un dégât des eaux (lol). En vrai à force de mensonges on s’en sort bien mais pourtant notre corps réagit véritablement et ce malgré nous à nos mensonges. Voici tout ce qui se passe dedans quand vous mentez, ça se voit pas forcément, mais c’est bien là. Vous pouvez pas mentir à la science.

1. Le système limbique est en éveil, en particulier le complexe amygdalien (c'est compliqué mais en gros plus tu mens moins t'as mauvaise conscience)

Alors oui dit comme ça c’est pas très parlant je vous l’accorde. On va essayer de résumer parce qu’on est pas là pour faire un cours sur le cerveau mais pour comprendre ce qui se passe dedans quand on dupe sciemment les autres. Le système limbique c’est notre cerveau émotionnel, un ensemble de structures dans notre boite crânienne qui joue un rôle très important dans notre comportement et nos émotions. Lorsque l’on ment le complexe amygdalien (qui fait parti du système limbique) se met en éveil. En temps normal celui-ci suscite le sentiment de culpabilité, mais quand on ment cette zone du cerveau s’accoutume au mensonge et plus on ment moins on a mauvaise conscience.

C’est pas merveilleux ça ? Plus on raconte un gros bobard qui devrait nous faire sentir comme une petite daube, plus notre cerveau se dit « ok pas mal ce petit mensonge, en vrai c’est cool, continue j’aime ça ».

2. Le nez se modifie au contact du mensonge

Vous connaissez tous l’histoire de Pinocchio et vous pensiez que ce n’était qu’une légende urbaine (enfin une légende Disney) sauf que ça part d’un fait scientifique un peu vrai quand même. Votre nez s’allonge de 1 millimètre quand vous mentez. Ça se voit pas à l’œil nu mais si vous mettez une loupe sur le nez de quelqu’un quand vous le soupçonnez de mentir peut-être que vous arriverez à le démasquer.

3. On une variation de température au niveau du visage et des mains

On chauffe quoi, pratique en hiver pour les mains quand on froid, ça remplace les moufles et c’est pas si vilain les mains rouges.

4. On un afflux de sang dans le lobe frontal ce qui fait monter notre température

Dans la partie avant du lobe frontal – pour rappel c’est dans le cerveau au niveau du front hein – les neurones miroirs s’activent fortement lorsque l’on ment. Ce sont les neurones miroirs qui permettent de comprendre l’état émotionnel d’autrui et cette sur-consommation d’énergie entraîne un échauffement des joues qui fait monter la température. C’est pour ça que parfois le menteur peut se mettre à rougir, surtout quand il se rend compte que l’autre sait qu’il ment.

Source photo : Giphy

5. Ton nez et tes doigts se refroidissent

Lors d’un mensonge à forte compétence émotionnelle, genre si tu dis que t’es enceinte à ta mère alors que c’est faux, ton nez et tes doigts se refroidissent tandis que la température de ton front et tes joues augmentent (si vous avez bien suivi vous devriez savoir pourquoi). La température revient à la normale quand tu arrêtes de mentir. Ça ce sont les mensonges les plus faciles à détecter (à condition d’avoir une machine qui les détecte, évidemment).

6. On a une activité physiologique accrue au niveau du nez et du majeur

Autant le nez on peut se dire bon, c’est au milieu de la figure donc why not, mais le majeur ? Est-ce d’ailleurs une coïncidence si c’est le doigt qu’on utilise pour dire aux autres d’aller se faire voir ?

A méditer.

7. La conductibilité de la peau augmente, en gros ta transpiration

Pour faire simple la conductibilité de ta peau va augmenter car le surcroît de transpiration rend ta peau plus humide. Ton corps réagit parce qu’il sait que tu dis n’imp. Du coup tu peux faire de l’électricité. Pratique non ? En fait Donald Trump pourrait alimenter une centrale avec ses fake-news.

Source photo : Giphy

Eh oui avec plus 8 000 mensonges depuis son arrivée au pouvoir selon le Washington post, Donald Trump est décidément notre maître dans l’art de duper. Son complexe amygdalien doit-être très puissant.

Sources : Arte , Mashable