Sorti le 22 mars aux Etats-Unis, il aura suffi de trois jours au film Us pour qu’il batte des records au box-office ce qui en fait le meilleur démarrage jamais vu pour un film d’horreur (juste après Ça et Halloween). Du lourd. On attendait beaucoup de ce deuxième film de Jordan Peele qui nous avait déjà retourné le cerveau avec Get Out, et on n’a pas été déçus. Il est vrai qu’on n’a pas tout capté, et que l’histoire nous laisse avec pas mal de questions en suspens, mais au moins ça nous force à nous creuser un peu la caboche.

PETIT RAPPEL DE CE QUI SE PASSE

Alors que son père s’amuse à la fête foraine, sa fille, Adélaïde Wilson, se perd dans la galerie des miroirs où elle rencontre son double. Mystère. 25 ans plus tard Adélaïde revient dans le coin-coin avec mari et enfants pour y retrouver d’autres amis. Mais après une série de coïncidences troublantes, la famille se retrouve persécutée dans sa propre maison par une famille qui semble être leurs doubles. Ils mettront peu de temps avant de se rendre compte que l’Amérique entière est victime de ces doubles-tueurs. Mais quiiiii sooont-iiiils ? Bouh, ça fait peur.

1. Adélaïde Wilson n'est pas Adélaïde Wilson mais le double d’Adélaïde Wilson

En l’occurrence c’est pas vraiment une théorie c’est tout ce que révèlent les dernière minutes du film. On le rappelle, Adélaïde alors petite fille, s’est perdue dans la galerie des miroirs d’une fête foraine, dans laquelle elle rencontre son double. Il faudra attendre la fin du film pour qu’on comprenne que son double l’a étranglée et enfermée au sous-sol avec les « autres » et a ainsi pris sa place à la surface. Ce qui explique qu’après ce traumatisme Adélaïde n’ait pas parlé pendant quelques temps et qu’à l’inverse, son double soit la seule apte à communiquer. Par ailleurs, la vraie Adélaïde emprisonnée au sous-sol se révèle comme un messie à l’âge de 14 ans alors qu’elle lâche une danse giga cool qui montre aux autres qu’on peut être autre chose que des zombies tout pétés. Tout ça peut donc expliquer l’origine du mouvement de rébellion des doubles, enfermés injustement dans le réseau souterrain.

Source photo : Giphy

2. Les doubles (ou les "Tethered" = "les attachés" ) n'ont qu'un seul gant parce qu'Adélaïde (qui est en fait Red qui est en fait Adélaïde) a eu sa main attachée toute une partie de son enfance

Bon, c’est une théorie. Peut-être pas la plus plausible, mais on prend quand même. Lors de « l’échange » entre les deux petites filles, celle qui venait d’en haut a été attachée donc peut-être que sa main a été blessée et que comme elle était la seule douée de parole ce qui lui a permis de lever une armée, on peut imaginer que les gens l’ont copié sur le délire du mono-gant…

3. OU... cette histoire de gant serait liée au t-shirt de la petite fille à l'effigie de Michael Jackson

… Dont le style se reconnait parmi tant d’autres choses à un unique gant blanc. C’est un peu tiré par les cheveux mais écoutez on fait avec ce qu’on a sous le coude.

Source photo : Giphy

4. La chaîne humaine de la fin : une façon de dénoncer les injustices sociales aux Etats-Unis ?

Le film s’ouvre sur une vieille pub qui date de 1986 (et qui a réellement existé) qui communiquait sur cette manifestation caritative de grande envergure : 6.5 millions de personnes, main dans la main, formant une chaîne humaine à travers le pays. Le problème c’est que sur les 34 millions de dollars levés grâce à cette manifestation, seuls 15 millions ont été redistribués. Pas cool. Bref on peut imaginer que la reconstitution de cette chaîne ait pour but de dénoncer les injustices sociales dont souffre le pays.

5. Jason pourrait bien avoir été lui aussi victime d'un "échange" comme sa mère

Son regard final en dit long : Jason semble avoir compris que sa mère n’était pas sa vraie mère. Par ailleurs, quelques indices disséminés dans tout le film permettent d’émettre cette hypothèse. Dès le début, ses parents parlent de lui comme d’un jeune ado qui a récemment changé de comportement. Par ailleurs, il a toujours sur lui un objet pour faire des tours de magie mais ne sait plus comment il l’a récupéré. Et enfin quand il joue avec le sable sur la plage, il ne construit pas un château mais un tunnel ce qui ressemble plus à l’imaginaire des gens du dessous que des gens du dessus…

Source photo : Giphy

6. Les doubles seraient en fait des clones créés par le gouvernement censés contrôler leur doubles vivant à la surface

C’est pas vraiment explicité dans le film mais c’est ce qu’on comprend vers la fin. Même si en substances on n’y comprend pas grand chose… En gros, les doubles sont liés à leurs « originaux » à la surface, et reproduisent tous leurs gestes, à moins que ce ne soit l’inverse. Démerdez-vous avec ça.

7. MAIS... ces doubles ne sont pas vraiment des copies, mais plutôt des êtres qui partagent leur âme avec ceux de la surface

C’est cette espèce de partage d’âme qui fout le bordel et qui crée supposément un lien entre les deux corps (peut-être d’ailleurs que c’est ce qui explique comment il les retrouve aussi facilement alors que les gars ils ont même pas Mappy). Mais on capte bien vite que ce n’est pas en tuant leurs doubles à la surface que des doubles du sous-sol parviendront à les remplacer. En revanche, ça peut les aider à s’affranchir de ce lien indéfectible.

8. L'inscription qui revient à plusieurs reprises "Jeremiah 11 : 11" annonce très clairement l'Apocalypse

Le verset fait référence à ce texte : « C’est pourquoi ainsi parle l’Eternel : voici, je vais faire venir sur eux des malheurs dont ils ne pourront se délivrer. Ils crieront vers moi, Et je ne les écouterai pas ». L’effet miroir des nombres n’est pas sans rappeler la dualité des doubles, et le texte dit sans détour que ça va bientôt péter et qu’on pourra rien y faire.

9. Globalement le film est une grosse critique des Etats-Unis

On en a déjà parlé avec la chaîne humaine finale censée dénoncer les injustices sociales, mais si on prend le film dans son ensemble plusieurs indices semblent aller dans ce sens. Le titre lui-même « Us » peut être lu comme « U.S. » : United-States. Les déclarations répétées de Red affirmant « We are Americans » (« nous sommes Américains ») rappellent là encore que la société américaine semble avancer à deux vitesses offrant des privilèges de confort à une catégorie aisée de la population (ceux qui vivent à la surface) pendant que l’autre trime et crève la gueule ouverte (ceux dans les tunnels).

Source photo : Giphy

Ces théories ont été principalement glanée sur ces différents sites avec des gens très intelligents : Mademoizelle, Ecran Large, Première, Screenrant