T’as la chance de pouvoir partir en vacances ou de vivre à côté d’un point d’eau, et tu te dis qu’il serait quand même assez judicieux que ton môme en profite autant que toi. Sauf que l’enfant, si tu ne lui apprends pas comment faire, il ne flotte pas franchement longtemps une fois qu’il est dans l’eau, et tu vas devoir lui apprendre à utiliser ses membres autrement que pour taper sur sa petite sœur.

1. Le laisser se familiariser avec l’eau

Tu te doutes bien, le but n’est pas de le jeter dans la première piscine que tu trouves et pouf, vas-y nage mon gars. Nan ça marche pas comme ça, sinon on vivrait tous dans la flotte et pas sur terre et on serait des poissons. Donc on y va en douceur, avec l’équipement qu’il faut, petit à petit.

2. Attendre le bon âge

Les recommandations divergent un peu sur ce point, mais globalement l’âge idéal pour apprendre à nager serait entre 5 et 6 ans. On ne parle pas des bébés nageurs mais bien de l’apprentissage de la nage hein, commencez pas à sortir les fourches, on se calme. Mais ce qui est cool aussi, c’est qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre, donc à 70 ans ça marchera aussi.

3. L’apprentissage avec étapes

La douceur on a dit (vous suivez les deux du fond?). D’abord on apprivoise le fait d’être dans l’eau, et après on apprend comment flotter et ne pas se noyer (ce qui est quand même le but final n’est-ce pas).

4. Apprendre à mettre la tête sous l’eau

C’est la première étape quand on apprend à nager, c’est savoir mettre la tête sous l’eau et relâcher l’air de ses poumons avec la bouche (ou alors avec un autre orifice, chacun fait ce qu’il veut de ses trous). Ensuite, quand c’est acquis, on passe à l’étape suivante.

5. Apprendre à flotter

Faire l’étoile de mer dans la piscine, c’est un peu le truc le plus kiffant. Se laisser porter par l’eau sans sombrer est une grande étape, et elle est primordiale pour ne pas se noyer au fond de la piscine dans son petit pull marine.

6. Apprendre à avancer

Se propulser quoi, avec ses bras, ses jambes, tous ces membres-là. Ça peut être à l’aide d’une planche au début, puis tout seul comme un grand, et c’est parti pour les Jeux Olympiques maggle.

7. Il faut que ça reste un jeu

Parce que si vous lui foutez la pression comme Laure Manaudou, vous pouvez être certain que votre gamin préfèrera regarder tous ses potes jouer dans la flotte plutôt que d’y foutre un orteil. Alors on se calme, et on y va en dou-ceur.

8. Brassards ou pas, la vigilance est de mise

C’est pas parce que vous collez l’intégralité du rayon bouées de Décathlon à votre môme qu’il ne risque plus de se noyer. Les brassards, ça s’enlève, la bouée aussi, et en plus chez les petits ça peut être carrément dangereux s’ils n’arrivent pas à se retourner et à retrouver la surface. Donc même protégé, on ne le lache pas des yeux. Tant pis, tu feras ta sieste plus tard.

9. Les bébés-nageurs peuvent être un bon démarrage

Même s’il y a plusieurs avis sur la question. Sur le fond oui, c’est une bonne approche de l’eau très jeune, c’est cool, mais sur la forme il faudrait plutôt faire ça dans une baignoire que dans une piscine municipale bourrée de chlore et de bactéries (rapport au fait que les bébés nageurs, bah c’est des bébés et qu’ils ont pas une immunité de ouf).

10. L’inscrire à un cours avec un maitre-nageur

Si jamais tu ne te sens pas de lui apprendre à nager en tant que parent, tu peux aussi refiler l’affaire à un mec dont c’est le boulot, ce qui aura en plus l’avantage non négligeable de rendre la chose plus sereine et professionnelle qu’avec toi qui est complètement paniqué(e) si tu le vois sans ses quatre brassards et trois bouées.

Et vous, c’est des sirènes ou des petits thons vos enfants ?