Se faire agresser peut arriver à tout le monde. Et quand ça arrive, on hésite généralement entre deux attitudes (selon son degré d’ébriété) : soit on tremble de peur, soit on veut jouer les héros en copiant ce qui a été fait dans les films. Si aucune des deux solutions ne semble la bonne, il est toutefois certain que les idées reçues sur l’autodéfense dans ces cas-là, largement véhiculées par les films, sont nombreuses et potentiellement dangereuses. D’où ces quelques conseils pour réduire le désagrément au minimum.

1. Si tu te fais racketter, il ne faut surtout pas jeter tes affaires et courir

Le mec qui te rackette espère que tu vas faire exactement ce qu’il te dit de faire et il est stressé à l’idée que tu ne fasses pas ça. Si tu décides de lui jeter ton portefeuille ou ton sac à la gueule et de te barrer de l’autre côté, il risque de paniquer et éventuellement de mal réagir. Mieux vaut faire exactement ce qu’il te dit.

2. Gaffe avec le spray au poivre

En cas de vent, le jet peut se retourner contre toi et là c’est quand même un genre de double peine dans la mesure où tu es en train de te faire agresser et qu’en plus tu pleures et tu tousses ta mère pendant que ton agresseur se fout de ta gueule.

3. Il faut regarder l'agresseur dans les yeux

Confiance, puissance, volonté de se défendre et reminder façon « hey oh, tu sais, je serai capable de t’identifier si tu me fais trop chier, toi » : voilà le message que tu fais passer en regardant le mec droit dans les yeux. Alors évidemment, si c’est une petite frappe, c’est plutôt un atout. M’enfin si tu as affaire à un tueur de la mafia, tout ça ne servira à priori à rien.

4. Des talents pour calmer la situation sont plus utiles que de savoir se battre

Parce que les 3/4 du temps, on se fait agresser par une personne que l’on connait. Et même si ce n’est pas le cas, être à même de calmer la personne qui t’agresse, qui a souvent aussi peur que toi tu as peur, c’est une bonne manière de gagner du temps et d’éviter un dérapage. Et puis en cas de baston, rien ne dit que tu vas prendre le meilleur sur l’autre, absolument rien.

5. Même si l'agresseur n'a pas d'arme visible, cela ne signifie pas qu'il n'a pas d'arme

Nombreuses sont les victimes poignardées qui ignoraient que leur assaillant avait un couteau. Il faut donc faire un peu gaffe et ne pas faire une analyse trop rapide du genre « le mec n’est pas armé, j’ai fait 5 ans de karaté, je vais le démonter ».

6. Sous la menace d'une arme, il faut désobéir dès lors que tu es en situation de kidnapping

Si tu te fais braquer avec une arme, donne ton fric, évidemment et fais ce qu’on te dit. Mais dès lors qu’on te demande de monter dans une bagnole, refuse : si les mecs veulent te kidnapper, tu auras très peu de chances de t’en sortir et, de toute façon, cela signifie que leur intérêt n’est absolument pas de te tuer tout de suite. Fuis. Si jamais tu te fais coincer dans ta bagnole, le mec a besoin de toi aussi donc tu peux assez sereinement ne pas suivre ses instructions pour conduire et te rendre dans un endroit passant et fréquenté afin de hurler ta détresse.

7. Mieux vaut hurler qu'utiliser un sifflet

Les gens répondent davantage aux appels à l’aide qu’aux bruits de sifflet. Par ailleurs, cela pourrait surprendre l’agresseur et le conduire à avoir une attitude plus violente encore. Et au moment d’appeler à l’aide, il vaut toujours mieux appeler « à l’aide » justement qu’autre chose. Si ton appel est trop précis, il peut donner aux éventuels adjuvants de fuir parce qu’ils ont peur.

8. Les coups dans les couilles, c'est bien, mais pas suffisant

Si un type a pris de la drogue, le coup que tu lui donneras dans les couilles ne lui fera pas suffisamment mal pour l’immobiliser. Si tu as vraiment décidé de te battre, le mieux est d’attaquer des fonctions plus centrales comme la tête ou la mâchoire.

9. Ne pas mettre toutes ses forces dans un seul coup

Plein de petits coups sont bien plus efficaces que d’énormes coups très forts dans la tronche. C’est un peu comme à Street Fighter où il valait mieux utiliser les coups intermédiaires que les coups forts qui étaient plus lents et plus risqués.

10. Mieux vaut foutre un coup dans la mâchoire que d'essayer d'étourdir l'adversaire en frappant ses oreilles

Le coup du « je te donne une double claque sur les oreilles et tu perds l’équilibre parce que ton oreille interne est chamboulée » est super cinématographique, mais il ne marche pas bien et si jamais ça échoue tu n’auras pas fait mal à l’autre. Pour faire mal, le mieux est encore de donner une bonne grosse mandale dans la mâchoire dont les effets, y compris sur l’équilibre de l’agresseur, seront bien plus pertinents.

En te souhaitant n’avoir jamais besoin de ce top.

Source : Cracked