Il y en a qui disent que c’était il y a 20 ans, mais moi je sais bien qu’ils mentent. Il y a beaucoup moins que ça donc, à l’aube d’un été chaud et forcément festif, la coupe du monde avait lieu en France. Le 10 juin, on était loin d’imaginer la vague qui allait nous submerger. Quelques années plus tard, puisqu’on refuse d’imaginer que 20 ans puissent passer aussi vite que ça, on se remémore ce que furent ces 32 jours de coupe du monde. Avec un sourire au coin du visage. 1998, je me souviens…

1. Que quand on n’a jamais gagné, on a toujours du mal à y croire

2. Que le 12 juillet, pour nous d’abord, c’était juste un dimanche

3. Que l’Equipe réclamait la tête d’Aimé Jacquet 1 jour sur 2...

4. ...et que des fois on se demandait s’ils n’avaient pas raison

5. Qu’on se demandait si Djorkaef et Zidane pouvaient jouer ensemble

6. ...qu’on avait oublié que les grands joueurs peuvent toujours jouer ensemble

7. Qu’on découvrait surpris que Zinedine était déjà “un brin” nerveux

8. Qu’on n’était pas surpris que Zinédine ait encore des cheveux

Source photo : Giphy

9. Que Dugarry inventa une célébration en tirant la langue

10. Mais qu’elle ne vaudrait pas celle de Thuram quelques jours plus tard

11. Que Pierre Issa aimait tellement Marseille qu’il marqua pour l’Equipe de France au Vélodrome

12. Que la voix de Thierry Rolland, c’était l’Equipe de France...

13. … et que les “attention pas dans l’axe, pas dans l’axe” de Jean-Michel Larqué allaient avec

14. Que leur engueulade mythique pour des places auraient enflammé Twitter si Twitter avait existé

15. Que la lumière était venue de Laurent Blanc

16. Qu’on avait découvert l’apnée pendant une prolongation contre le Paraguay

Source photo : Giphy

17. Que le but en or devrait toujours être actif

18. ...mais uniquement pour l’Equipe de France

19. ...et uniquement quand c’est nous qui marquons

20. Que le but en or c’était crispant. Mais que les péno c’était pire

21. Que Thierry Gilardi était encore là

22. Qu’on avait pas saisi que la loi des 35 heures voté en juin diviserait autant, pour si longtemps

23. Que Blazevic portait ce képi en l’honneur du gendarme Nivel frappé par des hooligans

24. Que Kylian M’bappé n’était pas encore né...

25. … et qu'à l'époque on s’en foutait

26. Qu’on parlait de la coiffure de Deschamps mais pas encore de ses dents

27. Que battre les Italiens a toujours un goût particulier

28. Qu’il faisait chaud et qu’on se souvient où on était pour chaque match

29. Que Canto et Papin n’étaient pas là non plus, et que match après match ils ne manquaient pas

Source photo : Giphy

30. Qu’on avait une pensée pour les 6 qui ont quitté le groupe avant le début de la coupe du monde

31. Que petit bonhomme là, c’est pas Zizou

32. Que Youri, c’est pas Zizou non plus

33. Qu'un maillot sans étoiles on ne savait pas encore que ça faisait vide

34. Que Robert a dû muscler son jeu

35. Qu'on craignait que Guivarch finisse champion du monde sans en avoir planté un

36. Que Ronaldo était encore tout maigre

37. Qu’on ne savait d’abord pas si on détestait plus la mascotte Jules ou Footix...

38. ...et puis qu’après on était sûr c’était Footix

39. Qu’à la mi-temps de la croatie on est resté longtemps aux toilettes

40. Qu’on trouvait des colliers de l’équipe de France dans le Nutella

41. ...et qu'on a encore le collier Zizou quelque part

42. Qu’on ne savait pas encore que Platini parlerait de “magouille” 20 ans plus tard

43. Qu’on ne ratait jamais “le Journal de François Pécheux” sur Canal tous les soirs, pendant 44 jours.

44. Que le mec de ma soeur s’appelait Alexis. Et c’était un con

45. Qu’on avait Jospin qui donnait son avis sur les matchs. Ouais Jospin.

46. Que Chilavert me faisait peur. Plus que Jospin. Et encore c’était avant de l’avoir vu torse nu

47. Que j’avais réessayé de refaire le but d’Owen à Saint-Etienne. Et j’ai jamais réussi

48. Que “I will Survive “c’était une vraie saloperie pour se le sortir de la tête.

49. Que le groupe qui avait repris cette daube s’appelait Hermes House Band. En vrai

50. Que Davor Suker était ce qu’on avait fait de de pire, depuis genre… l'invention du salopard

51. Mais que ça c’était avant de voir Bilic faire expulser Laurent Blanc.

52. Qu’on avait été choqué de voir Barthez fumer des clopes.

53. Que les maillots ca se portait large à l’époque. Trop large

54. Que Candela était un super DJ (selon Dugarry). Meilleur que défenseur droit

55. Que Thuram adorait donc sentir ses doigts

56. Qu’on avait oublié que Desailly avait pris un rouge en finale

57. Qu’on ne sait toujours pas d’où venait l’accent d’Aimé Jacquet

58. Que Laurent Blanc allait devenir "le président"

59. Que Zinedine Zidane allait devenir président aussi, mais sur l’Arc de Triomphe

60. Qu’on avait flippé comme jamais pendant la finale

61. Que Henry et Trezeguet étaient les M’bappé de l’époque

62. Et qu’on les avait envoyé tirer les penaltys contre l’Italie

63. Qu’on pouvait suivre les matchs avec seulement les cris dans la rue

64. Que Jacques Chirac n’était pas hyper bon en lipdub

Source photo : Giphy

65. Qu’on ne savait pas encore qu’on reverrait tout ça plein de fois avec “Les yeux dans les bleus”...

66. ...Et qu’on allait devenir amoureux de la musique de Roudoudou

67. Que les jeux vidéos pouvaient faire faire des crises d’épilepsie, même à Ronaldo

68. Que le sourire de mon père était encore là

69. Que le foot faisait enfin sourire ma mère en regardant le sourire de mon père

70. Qu’on faisait des accolades avec des gens qu’on ne connaissait pas

71. Qu’on embrassait des gens qu’on ne connaissait pas

72. Qu’on s’engueulait avec des gens qu’on ne connaissait pas

73. Que Roberto Carlos défendait vraiment comme une merde (on l’a revu en 2006)

Source photo : Giphy

74. Que croire à la France “black-blanc-beur”, même quelques heures, même quelques semaines, c’était bien

75. Qu’Adidas avait dit “Faites le pour Laurent Blanc” sur une page entière de L’Equipe avant la finale

76. Qu’après avoir ça, on a bien fait de pas mourir tranquille

77. Que dans 20 ans, on espère pouvoir écrire le même top sur 2018

78. Que 1

79. Et 2

80. Et 3-0

81. Que la première fois c’est toujours tellement bon

82. Que "la victoire était en eux"

83. Que nous aussi on aurait bien embrassé le crâne de Barthez

84. Que l’Equipe a fini par s’excuser mais qu’Aimé a dit qu’il n’oublierait JAMAIS

85. Nous non plus on oubliera jamais d'ailleurs

86. Qu'on se souvient toujours du 12 juillet, un peu comme de l'anniversaire d'un pote

87. Qu'on a regretté de ne pas être allé défiler sur les Champs

88. Qu'on a regretté de ne pas avoir de bagnole mais uniquement pour avoir un Klaxon nous aussi

89. Qu'on a pleurniché , comme ça, pendant 3-4 jours en regardant la télé

90. Qu'on trouvait ça quand même dingue que le foot nous mette dans cet état

91. Qu'on a encore la Une du lendemain de l'Equipe, mais qu'elle n'est toujours pas sous cadre

92. Que cet été 98 nous a semblé long et beau. Et beau. Et long.

Source photo : Giphy

93. Que le prochain qui nous met "I will Survive" en soirée, on le bute

94. Que 20 ans, c'est passé un peu trop vite. Et quand je dis "un peu", c'est carrément flippant

95. Qu'on espérait nous aussi un jour toucher la coupe du monde...

96. ...Et que depuis on l'a fait pour de vrai !

97. Qu’on donnerait cher pour retourner quelques minutes en 98

98. ...juste pour dire “vous verrez, dans 20 ans, on remettra ça. D’ici là, profitez”.

20 ans les mecs. Et pas une ride.