« A Serie of Unfortunate Events » de Daniel Handler, retrace la vie des Orphelins Baudelaire et vient d’arriver sur Netflix en ce mois de janvier. La série télévisée compte retracer les 13 tomes des mésaventures de Violette, Klaus et Prunille Baudelaire.

Au vue du nombre de personnes ayant découvert avec effroi les péripéties décrites par Lemony Snicket, il est de mon devoir de relater ces tragiques signes qui indiqueraient que tu es contaminé par le Virus Du Cauchemar, mais libre à toi, cher lecteur, de remettre ce top où tu l’as pris, si tu préfères les tops plus gais.

1. Tu as un œil tatoué sur la cheville.

L’œil d’un scélérat, qui poursuivit encore pendant longtemps les nuits des orphelins. Un œil emplit d’un mystère où cohabite organisation secrète et pyromane tatoué. Et avouons le, le Comte Olaf reste un des meilleurs vilains de la littérature.

2. Tu as remarqué les allitérations dans les titres des œuvres.

Tous les titres de Lemony Snicket en version originale contiennent des allitérations (« The Bad Beginning », « The Ersatz Elevator », « The Carnivorous Carnival »…) également notables dans les noms de lieux (« The Briny Beach », « Damocles Dock », « Heimlich Hospital », « Gorgonian Grotto »…), d’objets (« The Medusoid Mycelium »…) ou de personnages (« Montgomery Montgomery », « Quigley Quagmire »,…).

3. Tu as quand même vachement enrichi ton vocabulaire.

Pour une oeuvre littéraire destinée à la jeunesse, au-delà des événements profondément tragiques, il convient de noter que selon l’âge à laquelle tu as pu feuilleter ces pages, tu as forcément appris quelque chose. « Schisme », « insipide », « in extremis », « Antépénultième », « herpétologie » font désormais partie de ton vocabulaire du quotidien.

Source photo : Giphy

4. Tu ne fais plus confiance aux exécutants testamentaires

Mr Poe du Comptoir d’escompte Pal-Adsu est l’exécuteur testamentaire des Baudelaire. Il doit se charger de trouver un tuteur pour les Orphelins et donc a fortiori les mettre à l’abri du danger.Et évidemment, qui mieux que le Comte Olaf pour répondre à ces attentes ? Tout le monde.

5. Tu as remarqué toutes les petites références culturelles dissimulées ça et là

Dans ce contexte, l’expression « ça et là » signifie « PARTOUT, TOUT LE TEMPS ». L’univers des orphelins en est truffé.

De l’évidence du nom Baudelaire à Charles Baudelaire archétype du « poète maudit » à des références plus subtiles pour les avertis (Le Parc-Carnaval Caligari Folies en référence au Cabinet du Docteur Caligari, Le sous-marin Queequeg, Queequeg étant un personnage du roman Moby Dick ou encore les noms des naufragés du Tome 13 étant une référence au naufrage, ou la navigation d’une manière plus générale.).

6. Tu crois à l’existence des sociétés secrètes

Tout au long de cette triste épopée, l’univers du mystère, de l’inconnu, du secret, du discret, de l’ombre et du caché est extrêmement présent.

Source photo : Giphy

7. Tu as recherché avec assiduité tous les petits indices sur VDC

« Assiduité » signifie ici « comme un dératé ». Quand on est une société secrète, on fonctionne évidemment par codes et on les dissimule du mieux qu’on peut.

Villeneuve-des-Corbeaux, Véritable Dentelle de Calais, Val des Douze Courants d’Air, Versification Délibérément Codée et autres, Vaillants Détectives Carnivores jalonnent la lecture.

8. Tu sais que quand une fille noue un ruban autour de ses cheveux c'est pas pour enfiler des perles

9. Tu ne sais TOUJOURS PAS à QUOI sert ce FOUTU sucrier

S’il y a bien UN vrai mystère dans ces 2470 pages (oui.), c’est ce foutu sucrier.

10. Tu sais que finalement être riche ça a pas l'air foufou

Alors oui, être riche ça doit être sympa deux secondes. Pouvoir manger ailleurs qu’au R.U, avoir une bibliothèque grande comme un appart étudiant ou partir au Pérou quand l’envie te prend. Mais bon on oublie trop souvent l’option où tes parents meurent dans un incendie et où on tente de te marier de force, te traque au bout du monde, tue tes amis et kidnappe tes frères et sœurs.

Etre riche, ça craint un peu.

11. Tu aimes te déguiser en toutes circonstances

Tu as bien compris que le déguisement était l’apanage des gens à problèmes et à secrets. Que ce soit d’un point de vue métaphorique ou purement littérale, le déguisement fait désormais partie de ton bagage personnel. Ainsi qu’une jambe de bois et des implants mammaires.

Source photo : Giphy

12. Tu sais que les adultes n'écoutent jamais les enfants

S’il y a un bien un point important à retenir tout au long de ces romans, c’est bien que personne ayant le droit de vote n’écoute les enfants. Alors oui, parfois les gosses disent un bon florilège de choses inutiles. Mais quand des gamins reconnaissent leur bourreau sous un déguisement il serait peut-être intéressant de se poser deux secondes pour vérifier leurs dires et pas sous-entendre qu’ils ont développé un syndrome de Stockholm.

13. Tu auras une immense bibliothèque plus tard

Une bibliothèque est un hôpital pour l’esprit. Et puis c’est toujours classe d’avoir une bibliothèque.Mais attention, pas question d’y ranger ta collection du Journal de Mickey.

Source photo : Giphy

14. Tu ne connais pas cette Béatrice mais tu l'aimes quand même

« Pour Beatrice – bien aimée, mieux aimée, perdue. ; « Pour Beatrice. Au jour de notre rencontre, tu étais jolie, j’étais seul. Aujourd’hui, je suis joliment seul. ». Tu ne sais pas qui elle est, mais une femme qui rend aussi triste un homme en partant, est, soit un amour, soit une psychopathe ayant réussi à manipuler psychologiquement son conjoint. Dans les deux cas, une femme d’exception.

15. Toi aussi tu te sens offusqué quand on te parle de pâtes à la putanesca

Ingrédients pour 4 personnes :

– 400 g de linguine fraîches– 2 gousses d’ail– 500 g tomates en conserve– 100 g d’olives noires– 1 petite boîte d’anchois à l’huile d’olive– 30 g de câpres– 2 poignées de persil plat ciselé– Sel, poivre

16. Tu pardonnes l'éxistence du film pour la participation de Jim Carrey

Alors oui, le film n’est pas un chef-d’oeuvre, mais Jim Carrey livre une version déjantée du Comte Olaf qui rend le film presque acceptable pour toutes ces mimiques et dialogues surréalistes.

Et puis, il fait hyper bien le dinosaure.

Source photo : Giphy

17. Tu as exercé ton esprit aux anagrammes

« Carrie E.Abelabudite, Al Funcoot, O. Lucafont, Laura V. Bleediotie, Loney M. Setnick ». Lemony Snicket a truffé son oeuvre d’anagrammes que les esprits les plus habiles ont appris à décrypter et décoder.

18. Tu as un bac+13 en babillage

« Gaack ! Gaack ! » ce qui signifie : « Vous avez vu cette mystérieuse silhouette qui surgit du brouillard ? ». La benjamine, Prunille Baudelaire se sert de son babillage pour se faire comprendre de ses pairs.

Et pour moi c’est « Pietrisycamollaviadelrechiotemexity » qui signifie « Du diable si j’y comprends goutte ».

Source photo : Giphy

19. Tu aimes le mot scélérat et le Comte Olaf

Le mot scélérat est devenu avec le temps, un de mes mots favoris pour le simple fait qu’au delà de définir l’ignoble et le mauvais, il dégage une certaine prestance. Et puis l’illustre personnage qui le porte le lui rend bien. Le Comte Olaf est un personnage complexe mais un Némésis de tout premier rang. Il est la définition d’un scélérat.

20. Tu trouves que dans ta vie tu as quand même vachement de chance

Au final, l’aventure, la vivre sur son canapé, c’est pas plus mal. C’est sympa de se balader dans des régions reculées, de monter à bord d’un sous marin, visiter un hôtel 5 étoiles, s’installer sur une île déserte et tout ça. Mais bon à partir du moment où tous les gens que tu aimes meurent les uns après les autres, qu’un type aux déguisements douteux te poursuit sans relâche et que les adultes sont soit très cons soit défoncés, ça devient problématique.

Source photo : Giphy

A cela et pour te permettre de trouver un peu de lumière dans ces ténèbres, je n’ajouterai que ceci : « The world is quiet here ».

Cordialement.