Economics_Class_StFX
Crédits photo (creative commons) : StFX

Le lycée ne supporte que la dichotomie : soit vous êtes un idéaliste promis au chômage et vous êtes en "L", soit vous êtes un nerd que ça ne semble pas déranger d'être en cours avec une majorité de garçons un peu autistes et vous êtes en "S". Le monde s'étant organisé selon ces grossiers clichés, on a bien du mal à placer les "ES", ceux qui prétendent être les plus en phase avec le monde qui les entoure, qui pensent avoir les sujets de philo les plus velus au bac et qui n'ont pas tous choisi cette filière de leur plein gré. Si vous êtes dans cette filière mystérieuse ou que vous en avez gardé de bons souvenirs, vous devriez vous reconnaître dans ces petits signes qui ne trompent pas :

  1. Vous pensez que les Littéraires passeront plus de temps à Pôle Emploi que vous
    Tout ce petit monde va faire des études d'Histoire de l'Art ou raconter des blagues en Latin, mais vraisemblablement, vous avez fait un choix plus rationnel que ces hippies. Enfin, c'est ce que vous vous répétez pour vous rassurer.
  2. Vous pensez que les Scientifiques sont des robots
    Pour apprendre par cœur les annales du bac et programmer une calculatrice scientifique, y'a du monde. Mais pour réfléchir aux vrais problèmes de notre société, on ne les voit plus les nerds! Là encore, c'est idiot, mais vous n'avez que ça à opposer à cette tendance à considérer la filière S comme la voie royale.

  3. Vous avez l'impression d'être pris pour un débile léger par votre prof de math
    "La courbe est croissante... c'est à dire qu'elle va de plus en plus haut quand on va vers la droite... Tout le monde suit? Attendez, avec un dessin, ça va être plus clair...."

  4. Vous essayez de piger vaguement le fonctionnement de la Bourse
    Vous n'avez aucune action, et globalement, vous vous en beurrez les noix, mais comme tout le monde attend de vous des commentaires éclairés sur le sujet, vous essayez de connaitre à combien est le CAC (oui, vous dites juste "CAC") et si une valorisation de 15% dès l'introduction d'un titre est un phénomène normal.

  5. Vous ne vous refusez jamais un petit commentaire sociologique
    Vous n'avez pas oublié le "S" de "ES". Et, comme vous aimez à le répéter, l'économie c'est une chose, mais c'est une toute petite partie des échanges humains. Bien joué.
  6. Vous aimez allez à contre-courant des idées reçues (vous êtes comme ça...)
    Non, l'inflation n'est pas forcément une mauvaise chose. Non, la Banque Centrale ne doit pas être forcément indépendante... C'est quand même bien pratique ce mot, "forcément", ça permet d'avoir des positions extrêmes, mais pas trop.
  7. Vous êtes abonné à "Alternatives Économiques"
    Sur les conseils avisés de vos profs. C'est sûr qu'en rentrant après une grosse journée de cours, votre seule envie, c'est de vous faire couler un bain chaud et de découvrir si oui ou non c'est la fin des paradis fiscaux...
  8. Vous riez à des blagues d'économiste (et ça fait peur)
    "Quel est le point commun entre le Paradis et le libre-échange ?
    Tout le monde veut y aller, mais pas trop vite!" (Hahaha, qu'est-ce qu'on se marre en ES!)
  9. Vous cherchez coute que coute à casser cette image de requin de la finance
    Certes vous êtes dans l'économie, mais vous voyez au delà de l'argent pour l'argent. De toute façon, tout le monde sait que sans les APL ou l'aide de vos parents, vous auriez bien du mal à finir le mois. Mais quand vous serez pété de thunes, une chose est sûre, vous garderez cette conscience sociale. Promis.
  10. Vous ne le savez pas encore, mais vous allez galérer en Sciences Eco en fac
    Parce que l'économie, dans la plupart des universités, c'est de l'optimisation sous contrainte, donc des équations. Et ce sont ces cons de S qui vont coloniser les amphis d'économie. Peut-être qu'on vivrait dans un monde meilleur s'il était dirigé par des ES. Mais ça, on ne le saura jamais.

Pas envie de retourner en cours ? On a déniché les gadgets les plus cool pour te motiver :