parisien
Crédits photo (creative commons) : Yann Caradec

Après quelques temps passés à Paris, le choc culturel peut sembler toujours aussi intense. Vous vous sentez un étranger dans votre propre pays, et votre petit cœur indigné bat à l'unisson avec celui de Scarlett Johansson depuis ses déclarations sur la vie parisienne. Et puis un matin : les premiers symptômes apparaissent. De petits signes sont la preuve irréfutable que vous devenez parisien (tête de chien), même si vous n'en rêviez pas trop (tête de veau). Et les autres ne s'y trompent pas. Allez Scarlett, dans quelques mois, toi aussi tu liras ce top en t'écriant "eh mais c'est vrai ça !".

  1. Vous parlez de "la province" comme si c'était un véritable ensemble géographique
    Même si vous êtes vaguement conscient qu'il n'y a pas grand-chose de commun entre Nice et Caen, vous estampillez "province" tout ce qui n'est pas francilien. C'est limite si vous n'y mettez pas aussi la Seine-et-Marne. Et on ne parle pas de la distinction Paris/banlieue...

    quand-je-dc3a9barque-de-province-seule-c3a0-paris
    Source photo : Bar aux Lettres
  2. Vous allez bruncher le dimanche matin en terrasse
    En fait ce n'est pas tout à fait en terrasse, ni vraiment le matin, il est 15h et vous vous empiffrez d'œufs brouillés et de croissants sur une table au milieu du trottoir. Il fait gris mais vous prétextez les rayons du soleil pour cacher une légère gueule de bois derrière vos lunettes, et vous criez tout content à vos amis qui ne vous entendent pas à cause des voitures qui passent dans leur dos : "on n'est pas bien lààà" ?
  3. Vous n'allez aux Halles que contraint et forcé
    Vous savez pertinemment qu'à tout moment dans la semaine vous risquez de vous y faire piétiner sauvagement. Vous connaissez toutes les combines pour éviter Châtelet-Les Halles (oui, comme la chanson de Florent Pagny, le mec qui a préféré The Voice aux Enfoirés pour ne pas sombrer dans l'oubli total) en métro et vous êtes prêt à traverser tout Paris pour trouver une autre FNAC que celle du Forum. D'ailleurs vous n'allez pas à la FNAC, vous commandez sur Internet.
  4. Vous traversez la place de Clichy en Vélib à 4h du mat'
    Chaque fois que vous prenez le vélo, vous fulminez tant c'est désagréable, mais il faut bien rentabiliser cet abonnement Vélib payé 35 euros l'année (soit la moitié de ce que vous mettez chaque mois dans votre abonnement RATP). Les conducteurs qui ouvrent leurs portières sans regarder leurs rétroviseurs, les gens bourrés sur la piste cyclable, les pots d'échappement des bus et les taxis qui vous grillent la priorité ne vous font plus peur : désormais, comme tout Parisien, la route vous appartient.
  5. Vous êtes malade six mois dans l'année
    À force d'accumuler les moments de grâce toute la journée dans cet incubateur à microbes roulant qu'est le métro, le rhume est plus ou moins devenu votre état normal. (Topiteur, il y a une référence dans cette phrase, sauras-tu la trouver ?)

    tumblr_lk0pn2WpTz1qi5ljdo1_500
    Source photo : Wedding Band
  6. Vous trouvez "super sympa" toute surface plane comprenant au moins trois brins d'herbe
    D'ailleurs, aux premiers rayons du soleil, vous adorez vous entasser avec tous vos congénères sur ces surfaces planes, en les recouvrant de vos plaids pour pique-niquer, bouquiner ou montrer au tout Paris votre dernière chemise à carreau. Vous considérez le jardin des Tuileries ou celui du Luxembourg comme de véritables jardins, en dépit du fait qu'il n'y ait que du gravier.

    crowd
    Crédits photo (creative commons) : Gadl
  7. Vous avez complètement revu votre appréciation des temps de trajet
    Avant, passer 45 minutes dans un bus pour aller au travail relevait du scandale. Maintenant, vous bénissez le ciel de ne pas faire le double dans un combo ligne 13/RER.

    metro
    Source photo : doitinparis
  8. Vous avez intégré les codes très spéciaux de la conduite parisienne
    À savoir que les passages cloutés sont en réalité des cédez-le-passage pour piétons et que les feux rouges ne sont là que pour être grillés.
  9. Vous êtes au bar dès la sortie du boulot
    Jadis, vous n'étiez jamais de sortie avant 22h, mais depuis que la pinte est à 8 euros, les "heures joyeuses" ont pris tout leur sens pour vous, y compris le weekend. D'ailleurs, la fête du cinéma aussi.

    happy hour
    Source photo : percysseatle
  10. Le mec a qui vous avez acheté des cannelés vous a pris pour un Parisien (c'est-à-dire pour un idiot)
    En même temps, il n'y a qu'un Parisien pour aller acheter des cannelés un lundi matin à la gare de Bordeaux avec un chapeau de paille sur la tête. Vous l'avez bien cherché.

Sinon, il y a aussi ces signes là :