Le terme « serial killer » n’a été utilisé qu’à partir des années 1970 avec le FBI (et la série Mindhunter raconte très bien le début des recherches comportementales sur les tueurs multirécidivistes). C’est très récent. Mais pourtant, les serial killers, eux, existent depuis toujours. Seulement, quand ils ont vécu dans d’autres époques, il n’est pas toujours facile de prouver leur existence (comme preuve, on n’a que des vieux bouquins super mal écrits, bonjour la galère). On est allé vous retrouver des tueurs en série venus tout droit du passé, et qui ont œuvré bien avant Jack L’éventreur. Voilà les coupables.

1. Liu Pengli

En 144 av. J.-C., Liu Pengli, fils d’un prince chinois, reçoit à la mort de son père une province qu’il doit administrer. C’est l’Empereur qui a décidé de lui donner la gouvernance de cette province. Très vite, Liu Pengli, accompagné d’esclaves, organise des expéditions dans lesquelles il tue des sujets de sa province. Plus d’une centaine seront sauvagement tués au total. Tout ça prit fin quand le fils d’une des victimes informa l’Empereur des crimes du prince. Liu Pengli fut dépossédé de ses titres et forcé à l’exil. La suite, on ne la connaît pas. Peut-être qu’il a continué à tuer ailleurs, ou qu’il s’est mis au tricot, mystère.

2. Anula d'Anuradhapura

Anula d’Anuradhapura fut la première reine de l’histoire du Sri Lanka, de 47 à 42 avant JC. Pendant ces 5 petites années, Anula a empoisonné son fils et ses quatre maris, sans qu’on en connaisse la véritable raison. Elle a finalement été détrônée et brûlée vive, moche comme destin.

3. Locuste

Locuste était une empoisonneuse à Rome pendant le Ier siècle après JC. A l’époque, elle a été engagée par Agrippine pour tuer Claude, alors Empereur. En effet, Agrippine voulait tuer son mari pour placer Néron, son fils à elle, sur le trône. Et si vous voulez notre avis, c’est moche. Une fois Claude mort, Néron a lui aussi fait appel aux services de Locuste pour tuer Britannicus, le fils de Claude, qui était donc son rival pour le trône. Locuste s’y est repris à deux fois pour réussir sa mission. On ne sait pas exactement combien d’autres meurtres elle a commis, mais elle aurait aussi tué pour le plaisir à côté de ses commandes. Galba, l’empereur qui succéda à Néron, la fit exécuter, parce que ça suffit quand même à la fin.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

4. Zu Shenatir

Zu était un homme très riche habitant Himyar, l’actuel Yémen, au 5e siècle. Son petit truc à lui, c’était d’attirer des jeunes hommes chez lui en leur promettant de leur filer de la bouffe et de l’argent. Mais, une fois sur place, le programme n’était pas trop respecté. On était plutôt sur du viol et de la défenestration pour tuer les victimes. Finalement, l’une d’entre elles a réussi à se défendre et à tuer Zu Shenatir à coups de couteau. On n’est pas trop triste pour lui.

5. Alice Kyteler

Au Moyen-Âge, on aimait bien accuser des femmes de sorcellerie. Souvent, ces femmes étaient un peu zinzin mais pas bien méchantes. Cependant, dans le cas d’Alice Kyteler, une noble normande, on avait vraiment affaire à une folle dangereuse qui avait empoisonné ses quatre maris (on se demande comment elle a réussi à en trouver un quatrième après avoir buté les trois premiers, ça devait être louche). Alice a réussi à échapper à son exécution en se barrant en Angleterre, où elle fut arrêtée et disparut (on n’en sait pas plus, c’est frustrant oui). Finalement, c’est sa servante qui a été torturée et brûlée vive à sa place, parce qu’on estimait qu’il fallait bien que quelqu’un paie. Ah, la Justice…

6. Gilles de Rais

Plutôt connu en France, Gilles de Rais était un seigneur breton, un chevalier qui a combattu aux côtés de Jeanne d’Arc pendant la Guerre de Cent ans. Si l’histoire s’était arrêtée là, ça serait plutôt stylé. Sauf que Gilles de Rais a aussi violé et tué une centaine d’enfants de 1432 à 1440. Il sera condamné pour 140 meurtres « ou plus », excommunié et exécuté par pendaison puis brûlé (ne nous demandez pas pourquoi on l’a brûlé après qu’il soit mort, c’est comme ça). Il l’a pas volé en tout cas.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

7. Peter Stumbb, le loup-garou de Bedburg

Peter est un fermier allemand ayant vécu au 16ème siècle. Son crime ? Avoir tué treize enfants et deux femmes enceinte, et avoir mangé des morceaux de certains d’entre eux. Stumbb aurait été capturé un jour où il voulait s’en prendre à une nouvelle petite fille en la mordant au cou. Sauf qu’elle avait une plaque en métal à cet endroit et qu’il se serait brisé les dents. On raconte que les villageois l’auraient poursuivi alors qu’il avait la forme d’un loup, et qu’ils l’auraient capturé. Car oui, Peter Stumbb était un loup-garou. Bon ok, les gens de l’époque se sont fait plaisir en inventant ces histoires bidon, mais Stumbb était quand même vraiment un taré. Il a avoué kiffer le goût du sang (il tuait des chèvres pour boire le leur), il a déclaré pratiquer la magie noire et a expliqué que le diable lui avait donné une ceinture magique lui permettant de se transformer en loup. Ah oui, il pratiquait aussi l’inceste avec sa fille. On a décidé qu’il fallait donner à Peter une mort à la hauteur de ses actes. Il a donc subi le supplice de la roue, on l’a écorché vif, on lui a pété tous les membres à coups de maillet, puis on l’a décapité avant de le brûler. Bienvenue en enfer Peter !

8. Peter Niers

Voici un autre membre du très restreint club des serial killer cannibales allemands du 16e siècle ayant pour prénom Peter. Peter Niers, bandit très réputé, a avoué (sous la torture, ça change tout) 544 meurtres, dont 24 sur des fœtus qu’il a arrachés du ventre de leur mère pour exécuter des rites de magie noire et pour les manger. L’un de ses complices a expliqué que la graisse des nourrissons, par exemple, était utilisée pour fabriquer des bougies spéciales grâce auxquelles on pouvait cambrioler les maisons sans réveiller leurs habitants. Niers a échappé plusieurs fois à la police, mais a fini par se faire coincer. Forcément, il a eu droit à une exécution aux petits oignons sur trois jours, comprenant arrachage de chair, huile bouillante dans les plaies, cuisson sur des braises, supplice de la roue puis écartèlement. Ils ont fait ça bien comme il fallait.

9. Christman Genipperteinga

Voici le tueur en série qui a le record du plus grand nombre de victimes : 964 en treize ans, de 1568 à 1581. Il a tout avoué avec fierté, expliquant qu’il aurait bien aimé atteindre le millier de victimes. Vous imaginez bien qu’on l’a pas laissé repartir avec une petite tape sur le dos de la main ; Christman a subi le supplice de la roue pendant pas moins de 9 jours. On lui filait des boissons fortes pour qu’il reste vivant et qu’il puisse souffrir bien longtemps. Il a dû passer un mauvais moment.

Vous avez déjà assisté à une exécution vous ?

Sources : ancient-origins, Wikipedia, tueursenserie.org