Les nazis c’était pas des gens très gentils. La preuve, ils étaient nazis. Toutefois ils n’étaient pas tous complètement demeurés, certains ont fait de longues études et sont même devenus ingénieurs scientifiques. Or quand tu es scientifique sous le IIIème Reich, on te fait pas bosser sur des trucs jolis jolis. Et pourtant, certains de ces scientifiques ont participé à des expériences douteuses et ont pu tout de même pu refaire leur vie aux Etats-Unis après la guerre.

1. Les frères Wernher et Magnus von Braun

Même si on retient davantage de nom de Wernher qui a joué un rôle déterminant dans la conception de la fusée V2, son frère Magnus a lui aussi été intégré à son équipe. D’abord en Allemagne nazie, puis aux Etats-Unis au service de la NASA dans le cadre de l’opération Paperclip. S’ils ont participé pleinement au troisième Reich dans leur implication scientifique, on peut toutefois mettre en doute le fait qu’ils aient vraiment eu conscience des conditions de travail des ouvriers de l’usine située à côté du camp de concentration de Dora.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

2. Walter Schieber

Il a été un des acteurs essentiels du troisième Reich. Hitler lui a même remis la Croix du Mérite de guerre en 1943 (c’est un peu la légion d’honneur, mais à l’envers). Malgré ce passé sulfureux, ce charmant Walter a toutefois eu le privilège inestimable d’être recruté par Charles Loucks et de collaborer avec l’armée américaine pour développer des agents neurotoxiques pépouze. Faut dire que Walter était plutôt calé sur les gaz de par son implication passionnée dans le gouvernement nazi. Il a donc bossé dix ans pour l’armée américaine puis comme de façon générale, il était assez utile à la CIA, il ne s’est jamais vu condamné au moindre procès.

3. Kurt Blome

Regardez-moi cette petite bouille ! C’est vrai qu’on lui donnerait le bon Dieu sans confession. Boooon, ouiiiii c’est vrai que le troisième Reich c’était un peu sa deuxième maman ouiiii d’accoooord… Mais attendez, si le mec travaillait au centre de recherche du Reich c’était pour faire des recherches contre le cancer ! C’est quand même vachement bien. Bon c’est vrai que pour tester ses vaccins contre la peste il a fait quelques expériences sur des prisonniers de camp, mais bon c’était pour la bonne cause. Ouiiii OK il a avoué que ces tests avaient pour objectif de créér une arme à partir de la peste, mais bon l’erreur est humaine. C’est pour ça qu’il a été acquitté au procès des médecins à Nuremberg. C’est pour ça aussi qu’il a été recruté par la suite tout comme Walter Schieber au United States Army Chemical Corps afin de travailler sur des armes chimiques.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

4. Arthur Rudolph

Alors lui on peut dire que c’était un vrai de vrai. Le gars il faisait pas semblant quoi. Membre du parti nazi et de la SA, il a même été directeur des opérations pour la fusée V2 dans l’usine du camp de concentration de Dora. Tu m’étonnes que la NASA l’ait repéré direct ce p’tit zigoto. Bon à l’époque, askip ils savaient pas trop que le gars sentait pas bon la rose et ont du le mettre de côté quand son passé a resurgi en 1984.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

5. Hubertus Strughold

Il est fortement suspecté d’avoir participé à des expériences scientifiques assez immondes sur les déportés de Dachau, entraînant bien évidemment leur mort. Mais ouf, par la suite ce bon vieux Hubertus a pu se faire naturaliser Américain et a travaillé principalement pour la médecine spatiale pour la NASA, il acquiert même le surnom de « père de la médecine spatiale ». Sympa. Le procès de Nuremberg qui aurait toutefois révélé son implication dans les expériences nazies semble avoir rétabli un tout petit peu la vérité. Yay.

6. Dieter Grau

Mort en 2014 à l’âge de 101 ans, on peut dire que Dieter a eu une belle vie. Lui aussi travaillait dans la même équipe que Wernher et Magnus Von Braun sur la conception de la fusée V2 et fut par la suite recruté par l’armée américaine dans le cadre de l’Opération Paperclip. En fait cette opération en dit beaucoup puisqu’elle avait pour objectif de recruter 1500 scientifiques allemands après la Seconde Guerre Mondiale dans leur filières scientifiques afin de mieux lutter contre l’URSS. Alors forcément dans le lot il y avait quelques vilains petits canards.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

7. Walter Dornberger

Comme beaucoup d’autres présents dans cette liste, ce scientifique, officier de l’armée allemande a participé à l’élaboration de missiles allemands et a dirigé des programmes de fusées. Toutefois, à la fin de la guerre il se rend aux troupes américaines (ce qui lui permet par ailleurs d’échapper au KGB) et fait deux ans de taule en Grande-Bretagne. Pour sa défense, il affirme qu’il ne pensait que les missiles qu’il concevait seraient destinés à tuer des civils (bah voyons). Cela lui permet d’échapper au statut peu reluisant de criminel de guerre, il est donc libéré et migre aux Etats-Unis où il sera engagé pour l’Armée de l’Air. Il a même écrit un ouvrage sur l’armée allemande en mode balek.

Crédits photo (creative commons) : Bundesarchiv, Bild 146-1980-009-33 / CC-BY-SA 3.0

8. Kurt Debus

Parcours classique. Kurt a collaboré à la conception de la fusée V2 dirigé par Wernher von Brau. Il est aussi recruté par les Etats-Unis dans le cadre de l’opération Paperclip et travaillera pour l’Armée de terre et pour la NASA. Toutefois, il n’a jamais été condamné pour son implication dans ce projet d’aviation. P’tet qu’après tout le gars il savait pas mais alors PAS DU TOUT ce qui se passait dans le périmètre. Je rappelle quand même que la conception de la fusée s’est faite dans une usine rattachée au camp de concentration de Dora et qu’elle employait des prisonniers dans des conditions inhumaines.

Crédits photo (creative commons) : Domaine public

Bon en tout cas bordel moi ça m’a donné envie d’aller postuler à la NASA ils ont pas l’air trop regardant sur le CV y’a clairement des opportunités à choper.

Source:

Listverse