On vous parlait il y a quelques mois des rues les plus pentues du monde. On a depuis revu nos ambitions à la baisse en décidant de se concentrer sur Paris histoire de liste toutes les rues les plus pentues de la capitale et ainsi vous éviter de les emprunter à vélo. Figurez-vous que nous n’avions pour ainsi dire pas de source et qu’on a donc tout calculé avec nos petites mains. D’où, fatalement, de possibles oublis. Signalez-les nous !

1. La rue Foyatier - 36% de pente, mais y'a des escaliers

C’était autrefois la rue la plus pentue de Paris, mais il a été décidé d’y installer un escalier en 1867 pour éviter les chutes de l’enfer. C’est devenu la rue la plus emblématique de la butte Montmartre.

2. La rue Gasnier-Guy - 17,4% de pente

L’actuelle vraie rue la plus pentue de Paris est une vraie petite pute, car elle est située en parallèle de l’avenue Gambetta quand on la remonte vers la place du même nom, le long du Père Lachaise. Or, cette avenue Gambetta monte dur, elle aussi, et on est tenté, en vélo, de prendre une parallèle. Ne vous y risquez pas.

3. La rue de Ménilmontant - 14% de pente

Non contente d’être hyper pentue, la rue de Ménilmontant est aussi HYPER LONGUE. Un véritable enfer depuis le boulevard pour rejoindre la rue des Pyrénées en vélo avec envie de mourir, de boire une bière et de ne plus jamais fréquenter les cons qui vivent aussi haut dans Paris.

4. La rue Ravignan - 13,6% de pente

La rue Ravignan était autrefois l’une des rues principales de la butte Montmartre. On raconte que Napoléon a essayé de s’y rendre à cheval mais que la rue était si mal foutue qu’il a dû terminer son chemin à pied, l’incitant à commander la construction d’une rue parallèle moins pentue et plus praticable : ce sera la rue Lepic.

View this post on Instagram

Going back asap bye canada

A post shared by Stas (@stasicles) on

5. La rue Tourlaque - 9,5% de pente

Elle est toute petite, la rue Tourlaque, mais elle casse les couilles, la rue Tourlaque parce qu’avec un dénivelé de 16 mètres sur moins de 200 mètres de longueur, on s’y sent relativement mal sur un gros vélib’ qui marche pas.

6. La rue de Belleville - 5,5% de pente

C’est notamment le segment entre Belleville et Pyrénées qui donne envie de mourir, avec une montée dru dru. Ensuite, on se tape du faux plat jusqu’à la place des Fêtes pour une dernière montée vers Télégraphe avant la lente redescente. Un peu comme un shoot de crack.

7. La rue des Martyrs - 4,9%

M’est avis que les Martyrs en question, ce sont ceux qui l’empruntent à vélo. Parce qu’avec le monde et les commerces en plus, c’est pas une sinécure, loin s’en faut.

View this post on Instagram

goodbye paris / hello 2020

A post shared by Amy (@mimc) on

8. La rue de Crimée - 4,7%

La rue de Crimée est la 8ème rue la plus longue de Paris, la plus longue de tout le XIX°. C’est le segment entre l’avenue Jean Jaurès et Botzaris, le long des Buttes Chaumont, qui fait particulièrement mal au mollet. Mais avec un peu de courage et d’envie, rien n’est impossible (surtout quand papa est PDG de son entreprise).

9. L'avenue Gambetta - 4,4%

On en parlait tout à l’heure : sur le segment montant vers Gambetta, l’avenue flingue les jambes et le souffle. Mais il est difficile de la contourner sous peine d’écoper d’une peine encore supérieure.

10. La rue de Clignancourt - 3.4% de pente

La parallèle à Barbès dans le 18 est praticable entre le boulevard et Muller, mais elle est très compliquée à manoeuvrer dans le sens inverse, quand on la remonte depuis Ornano. Mieux vaut emprunter le boulevard, moins pentu, doté de pistes cyclables infernales, certes, mais moins pentu quand même.

Et dire que l’étape de Paris est la plus simple du Tour de France…