C’est pas les Barathéon qui vont me contredire, le pouvoir c’est enviable. Ils ne me contrediront pas non plus quand je vous dirai que c’est surtout un métier à risques, et c’est surtout à cause de la phrase précédente. Mais croyez-moi, Joffrey et Thomen s’en sortent pas si mal par rapport aux bonnes grosses victimes de l’Histoire. Même s’il y a du sang et des boyaux, c’est quand même chaud de pas se foutre de leur gueule.

1. Le roi Louis XIX - quelques minutes

Et le champion de la plus petite longévité au pouvoir est français. Cocorico.

Contexte : en 1830 le peuple, contrairement au Gondor, n’est pas trop content du retour du roi, ce qui déclenche la révolution des 3 glorieuses. Faut dire qu’ils ont pas fait la révolution pour se retrouver avec un roi 20 ans plus tard. Charles X sent que ça vire chocolat et abdique, laissant ainsi le pouvoir à son fils Louis XIX, qui fait le fragile et abdique lui aussi dans la foulée en faveur de son neveu Henri d’Artois, alors âgé de 10 ans, soit l’âge idéal pour gérer une crise. Sauf que, pas de bol, il devait avoir un mot de sa mère pour les cours de droit de succession, vu qu’il a zappé que les Chambres (à peu près le parlement de l’époque) doivent approuver la succession du roi. Et à la surprise de Loulou, elles n’acceptent pas de laisser le pays être dirigé par un mec qui a l’âge de collectionner les cartes Yu-Gi-Oh!, même s’il a un dragon blanc aux yeux bleus brillant. Du coup, le pauvre Riton se fait jeter de là, et c’est Louis-Philippe qui prend sa suite jusqu’en 1848.

Source photo : Giphy

2. L'empereur Alexis V de Trébizonde - Quelques heures

Le 22 avril 1458, l’empereur Jean IV de Trébizonde passe l’arme à gauche, sa succession doit donc être assurée par son fils Alexis qui est proclamé empereur. Et là, on se rend rapidement compte d’un problème : à 3 ans, il ne peut pas trop se défendre si jamais, je sais pas, son oncle venait lui prendre le pouvoir par exemple. Du coup, c’est ce que fait David II, qui a quand même la bonté de l’épargner (la chance). 3 ans plus tard, le sultan ottoman Mohammed II, décide d’aller faire du tourisme à Trébizonde avec une énorme armée, il en profite pour poser son cul sur le trône, mais épargne une nouvelle fois toute la famille impériale (la chance). Et puis finalement, en 1463, une poucave de Mohammed accuse David de trahison, et lui et toute sa petite famille se font délester de leur boîte crânienne en pleine nature (la tuile). Alex n’avait que 8 ans, ce qui lui aura permis d’éviter l’adolescence et toutes les emmerdes qui vont avec, alors on va pas le plaindre non plus.

Source photo : Giphy

3. L'empereur Modi Jin - Quelques heures

Jin Modi est un membre de la dynastie Jin, choisi comme héritier par l’empereur Aizong. Du coup, c’est tout naturellement qu’il accède au pouvoir lorsque qu’Aizong meurt dans la nuit du 9 au 10 février 1234. Jusqu’ici tout va bien. Sauf que le contexte est légèrement tendu, sa mort étant due à un suicide de type mortel. Pourquoi ? Oh, pas grand-chose si ce n’est le siège de la capitale Jin par une armée mongole, dont la passion à l’époque était située à mi-chemin entre les barbecues humains et le dépeçage. Tous les goûts sont dans la nature, on est pas là pour juger. Toujours est-il que Jin Modi n’a pas trop le temps de négocier : les Mongols rentrent dans la ville dans la journée et tuent tous les nobles de la ville, histoire d’être sûr.

Source photo : Giphy

4. Le tsar Michel II - 1 jour

Michel II était le frère de Nicolas II, Tsar de Russie en 1917, au moment où ça commençait à puer pour les Romanov. Début Mars, Nico abdique en faveur de son fils de 12 ans, avant de se rendre compte qu’il est faible, hémophile, et peu capable de mater une révolution de millions de Russes en colère. Du coup, il change d’avis et donne le pouvoir à son frère Michel. Si vous avez bien suivi, ce type, dans la force de l’âge, passe après une victime fragile de 12 ans. Pas terrible pour la confiance en soi. Et pas malin avec ça, puisqu’il accepte le pouvoir au lieu de prendre des vacances bien méritées en Bretagne ou dans la Sarthe, loin de tout ce bordel prêt à lui péter à la gueule. Il est donc nommé Tsar le 15 mars, mais se rend compte le lendemain qu’il a fait ce qu’on appelle dans le jargon géopolitique « une grosse boulette ». Il renonce donc au pouvoir mais se fait quand même choper et enfermer par les Rouges. Finalement, les bolcheviques se disent « JPP 2 lui » et lui mettent 2-3 bouts de métal dans la caboche avant de brûler son corps, qui n’a jamais été retrouvé.

Source photo : Giphy

5. Le sultan Khalid ibn Bargach - 2 jours

En 1893, quand son oncle Ali, sultan du Zanzibar, alors sous protectorat anglais, meurt ; Khalid se dit vas-y je la tente, je prends le pouvoir, sur un malentendu ça peut passer. Il n’y a pas de malentendu. Vu qu’il est pas trop pote avec les Anglais, ils viennent le voir, lui disent « Bonjour on peut vous mettre en prison s’il-vous-plaît », et vu qu’ils ont dit le mot magique, Khalid est niqué et se fait remplacer par un de ses cousins un peu plus favorable au Fish&Chips. En 1896, ce dernier meurt mystérieusement empoisonné quelques heures avant que Khalid ne débarque au palais (sacré hasard) et écrive son blase sur la couronne le 25 août 1896. Ce qu’il a pas compris, c’est que quand les anglais disent non, ça veut dire non. Le 27 août, ils se mettent à bombarder le palais royal dans ce qui restera la guerre la plus courte de l’histoire, avec un total de 38 minutes. Khalid s’exile alors et ne reviendra au pays que pour mourir.

Source photo : Giphy

6. Le roi Dipendra Bir Bikram Shah Dev - 3 jours

Fils aîné du roi du Népal Birendra, Dipendra est donc l’héritier légitime de la couronne du Népal. Mais il jouait probablement trop aux jeux vidéos, car le 1er juin 2001, il bute son père, sa mère, son frère, sa sœur (il devait avoir un marteau), et son oncle, avant de se tirer une balle dans la tête. Sauf que vu que c’est pas un tireur d’élite, il se rate et ne meurt pas sur le coup, ce gros nullosse. Il tombe dans le coma et est donc proclamé roi en tant que tel, avant de mourir 3 jours plus tard, probablement à cause d’une méchante grippe ou d’un indigestion. C’est son oncle Gyanendra lui succède.

Source photo : Giphy

7. Le roi Inayatullah Shah - 3 jours

Fils aîné de l’émir Habibullah d’Afghanistan, Inayatullah était très impliqué dans la vie politique de son pays. Alors piston certes, mais au moins il venait au taff. Sauf qu’en 1919, papounet se fait assassiner pendant une partie de chasse, et son frère se proclame émir à sa place. Plutôt que de se battre pour faire valoir ses droits, Inayala fragilise et se rallie à son oncle. Son petit frère, par contre, se dit qu’il y a peut-être un coup à jouer, et laissez-moi vous dire qu’il a eu le nez creux : en peu de temps, il bouillave son oncle et prend le pouvoir, grillant la politesse à Inaya, loser jusqu’au bout. Sauf qu’en 1929, le peuple fait ce qu’il fait de mieux, à savoir ne pas être content et flanque le fréro à la porte. Inaya pose alors son petit boule rebondi sur le trône, mais étonnamment, ça ne suffit pas aux rebelles. Du coup, le petit boule rebondi abdique au bout de trois jours dans le but un peu égoïste de garder la vie sauve.

Source photo : Giphy

8. L'empereur Nicolas Kanabos - 3 jours

Le 25 Janvier 1204, le Byzantin Nicolas Kanabos est élu empereur par une assemblée pas trop contente du boulot de ses prédécesseurs, rapport au fait qu’ils ont rien foutu à part se gaver et dépenser la tune de l’empire pour se faire kiffer. C’est pas en France qu’on verrait ça. Sauf qu’un noble répondant au doux nom d’Alexis Doukas, et à l’encore plus doux surnom de Murzuphle (« dont les sourcils se rejoignent »), en est sûr : lui aussi il pourrait être un bon empereur. Vu que le Nicolas lui répond « frère c’est chaud, je viens d’arriver, laisse-moi jouer un peu », Sourcil prend la mouche et fait ce qu’on pourrait appeler une « transition démocratique à la hallebarde » si on prenait des pincettes. Le 28, il arrive au pouvoir pendant que, sentant le vent tourner, le pauvre Nico va se réfugier dans l’église Sainte-Sophie de Constantinople pour chercher la protection du Seigneur. Sauf que le Seigneur était probablement en RTT à ce moment, puisque Nico s’y fait étrangler le 8 février.

Source photo : Giphy

9. L'empereur Duc Dùc - 3 jours

Neveu de l’empereur Tu Dùc du Vietnam, il accède au pouvoir le 20 Juillet 1883, quelques jours après la mort de son tonton. Sauf que les trois régents du Royaume (je pourrais vous donner leur nom, mais pas sûr que vous les connaissiez) l’accusent d’avoir falsifié le testament impérial et le destituent puis le foutent en prison le 23 juillet, où il mourra 2 mois plus tard. Et ça, les enfants, ça s’appelle un ascenseur émotionnel.

Source photo : Giphy

10. Le roi Jean Ier le Posthume - 5 jours

Déjà quand on voit son nom on se doute qu’il y a une anguille dans le pâté. Et on ne se trompe pas vraiment puisqu’il naît le 14 novembre 1316, 6 mois après la mort de son père, Louis X le Hutin. Il ne devait vraiment pas avoir envie de s’occuper de son gamin. Tous des connards, putain. On revient sur Jean, et son histoire sera relativement courte. 5 jours, pour être exact. Etant le seul héritier masculin du Roi, sa mort va entraîner ce qu’on pourrait appeler un « gros bordel » au niveau de la succession. C’est d’ailleurs cette affaire qui va déclencher un petit conflit, je sais pas si vous en avez déjà entendu parler, ça s’appelle la Guerre de 100 ans. Et ouais mon gars, Edouard III, le Roi d’Angleterre, est le petit-fils du père de Louis X, Philippe le Bel. Je vous ferai un arbre généalogique à l’occasion. Bref, il peut prétendre au trône mais on lui refuse car on veut pas d’Anglois. Et ça, je peux vous dire que ça le rend bougon.

Au final, le chômage c’est pas mal non plus. En tout cas il y a moins de rageux, et moins de couteaux qui traînent.

Source : Wikipédia

Et sinon, t'as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre notre dernière vidéo !