Le divorce, “c’est mal, t’as pensé aux enfants et que vont dire les gens du village”. Alors oui, mais surtout, non. Quand le fait d’entendre l’autre respirer à huit pièces de là te donne de l’urticaire, c’est que c’est fini. Il faut réactiver Tinder, ou Copains d’avant, et en avant Guingamp. Après y’a les divorces de royaux où il était impossible de divorcer par texto. Bien sûr, on parle ici d’un temps où le divorce était proscrit par l’Église et, pour se séparer de leurs compagnes, les Rois utilisaient tous les prétextes, genre “disparais de ma vue”. Petit tour de la “classe” royale.

1. Henri VIII Tudor

Henri VIII d’Angleterre Tudor (1491-1547) est le triste maître Yoda du divorce. Même si d’autres ont essayé avant lui de se séparer de leurs épouses, personne n’a acquis une telle maîtrise en la matière. Afin de se donner bonne conscience, il enclenche la Réforme anglaise à partir de 1530 pour se défaire de son premier mariage avec Catherine d’Aragon, dont le divorce est prohibé par le Vatican. Cette réforme débouchera sur la création de l’anglicanisme, branche anglaise du protestantisme. Et une fois en accord avec les lois religieuses qu’il a lui-même fixées, exit Catherine, et bienvenue Anne Boleyn, sa nouvelle épouse. Entre 1533, son premier divorce et sa mort, il se mariera six fois et exécutera deux de ses anciennes épouses. On est sur une base de psychopathe.

2. Georges de Galles et Caroline de Brunswick

Toujours en Angleterre, Georges de Galles se marie avec Caroline de Brunswick en 1795. Il devient le Roi d’Angleterre en 1820. Georges veut se séparer de la douce Caroline avec qui il ne s’est jamais entendu. Demande officielle auprès de parlement anglais et refus officiel du parlement anglais. On pourrait l’appeler Georges le Denied.

3. Edouard VIII

Angleterre, 1936, Edouard VIII vient d’être couronné King of the Rosbifs (avec tout l’amour que j’ai pour la perfide Albion) mais la royauté ne l’intéresse pas. Lui est plus drogues, alcool et femmes. Quand il arrive enfin à se caser avec la sulfureuse et accessoirement divorcée, Wallis Simpson, il demande au parlement de déroger à la tradition pour pouvoir l’épouser. Le Parlement refuse. Edouard, vexé, divorce de la royauté et abdique après seulement onze mois de règne. Prends ça la tradition !

4. Henri IV et Marguerite de France

En pleine guerres de Religions, protestants et catholiques se déchirent. Henri III de Navarre, chef du parti protestant se marie en 1572 avec Marguerite de Valois, fille des monarques catholiques Henri II de France et Catherine de Médicis. Ça sent bon la réconciliation. Sauf que quatre jours après le mariage, un des chefs du parti huguenot, l’amiral Coligny, est attaqué. Deux jours plus tard a lieu le massacre de la saint-Barthélemy qui fera entre 10 000 et 30 000 morts. Leur mariage sera qualifié de “noces de vermeilles”, un peu comme dans Game of Thrones. Se basant sur ce karma positif et la stérilité de Marguerite, les multiples trahisons, infidélités et les 25 ans d’instabilité politique, le couple décide d’un commun accord de se séparer en 1599. Ils iront même ensemble à Rome pour plaider leur désamour de l’autre. Quand t’en peux vraiment plus !

5. Louis VII et Aliénor d’Aquitaine

D’abord mariée à Louis VII de France, Aliénor déplaît à la cour car influente auprès du Roi, belle et libre. Sous son influence, il aurait pris des décisions inconsidérées, le pauvre chou. Puis vient l’incident d’Antioche. Un peu comme Ross qui croyait qu’ils étaient en break, Aliénor et Louis VII en pleine deuxième croisade (1148) retrouvent à Antioche l’oncle de madame, Raymond de Poitiers. Mais voilà, on prête à Aliénor et Raymond une relation coupable. Une autre théorie voudrait qu’à cette occasion, elle aurait exprimé publiquement sa volonté de se séparer de Louis VII. La vérité n’est pas connue, les contemporains de l’affaire étant réticents, pour d’évidentes raisons de lâcheté, à dévoiler l’infortune du Roi de France. Le fait est qu’en 1152 le mariage de Louis VII et d’Aliénor est annulé. Aliénor se remarie à Henri II Plantagenêt, Roi d’Angleterre qui, par la même occasion, s’approprie toutes les possessions attenantes à son épouse, c’est à dire un quart du Royaume de France. Ce divorce aura pour conséquence directe la guerre de cent ans, deux cent ans plus tard. Elle voulait vraiment une page Wikipedia.

6. Le Prince Charles et Diana Spencer

On intègre ici le Prince Charles alors qu’il n’est pas roi. Mais on sait qu’avec la longévité de sa mère, l’être bionique Elisabeth 2-Thx-624 d’Angleterre, il n’accèdera jamais au trône, donc on lui fait une fleur. En 1992, il se sépare de la belle Diana Spencer pour vivre son amour avec la non moins belle mais roturière Camilla Parker-Bowles. Fin août 1997, Diana profite du pont pour s’éclater et Charles n’en finit pas d’entendre parler de son ex. Cheerio Charles !

On remercie les rois qui n’ont pas osé divorcer pour ne pas paraître dans ce Top.