une_revise-ton-bac
Source photo : ABC

Pour peu que tu aies passé un peu trop de temps à courir le guilledou cette année, le bac c'est pas gagné pour toi. On pourrait te dire "tant pis pour ta gueule, c'est de ta faute, tu n'es qu'une merde", mais que nenni : nous avons décidé de t'aider. Pour cela, chaque semaine, nous te ferons réviser une matière en nous appuyant sur une série (histoire de rendre les choses un peu plus cocasses).
Episode 1 : la philo avec Lost, parce qu'il faut toujours commencer par le plus dur.

  1. Étonnement et Interrogation
    Ces deux notions qui sont souvent considérées comme la base de toute réflexion philosophique sont également les deux principaux moteurs de la série. Au début de Lost, on est d'abord étonné : cette série, par son format et son scénario, ne ressemble à aucune autre. Puis l'étonnement laisse place à l'interrogation : qui sont ces gens ? comment ont-ils atterri là ? d'où sort cette île ? et pourquoi un ours blanc bordel ? Or en philo c'est exactement la même chose : on part d'un constat qui nous étonne pour une raison ou pour une autre, puis on en tire toutes les questions qui peuvent en être tirées. Et là encore comme dans Lost, chaque thèse donne lieu à une possible antithèse, ce qui fait que l'on ne peut jamais donner de réponse binaire du type "Ben évidemment qu'on doit tout faire pour être heureux grognasse !", mais toujours remettre en question ses certitudes. (C'est beau ce que je dis)

    La citation à caser pour avoir l'air intelligent :
    "Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien, tandis que les autres croient savoir ce qu'ils ne savent pas." Socrate

  2. La raison
    S'il se passe des trucs vraiment très chelous sur leur île, la plupart des personnages de Lost ne perdent pas de vue la notion de raison. En effet, à aucun moment ils ne considèrent comme normal un truc complètement anormal, ils ont conscience de l'étrangeté de la situation et tentent d'y trouver des explications plus ou moins rationnelles. Là encore, leur mode de fonctionnement se rapproche de celui du philosophe qui va chercher une explication rationnelle aux choses, dans le but de trouver une vérité (et non pas LA vérité, parce que ce serait quand un petit peu trop facile les enfants). Les personnages de Lost sont donc en quelque sorte des philosophes, ce n'est pas non plus un hasard s'ils s'appellent Locke, Rousseau, Hume ou Burke. Et si ces noms ne te disent rien, n'hésite pas à jeter un petit coup d’œil à ton Annabac.

    La citation à caser pour avoir l'air intelligent :
    "Tout ce qui est réel est rationnel, et tout ce qui est rationnel est réel." Hegel, Principes de la philosophie du droit.

  3. Le temps
    THE notion du bac philo, celle qui tombe presque tous les ans et qui nous offre peut-être les sujets les plus relous, mais aussi celle qui est la mieux illustrée dans Lost. Déjà parce que dès le début le spectateur voyage dans le temps via les flashbacks, mais aussi parce qu'apparaissent ensuite les flashforwards, puis que tout se beau monde finit par allègrement voyager dans le temps. Rajoutez à ça une saison 6 avec un présent alternatif, et on peut dire que le temps est clairement l'une des notions clés de Lost. Et que le traitement qui en est fait se rapproche de la définition de Saint Augustin. Selon Augustin d'Hippone, Saint Augustin de son petit nom, il n'y a pas trois temps : le passé, le présent et le futur, comme on nous l'apprend pour faire simple, mais différente variante du présent. Le présent du passé serait alors la mémoire, celui du présent l'intuition, et celui de l'avenir, l'attente. En clair, le temps n'est pas un truc rigide aux contours clairs et définis, mais un continuum (mot à placer dans une dissert) infiniment divisible.

    La citation à caser pour avoir l'air intelligent :
    "Qu’est-ce donc que le temps ? Si personne ne m’interroge, je le sais ; si je veux répondre à cette demande, je l’ignore." Saint Augustin, Les Confessions

  4. Dieu
    Outre la question de la spiritualité qui est très clairement évoquée à travers le personnage de Locke, Jacob est la figure qui se rapproche le plus de Dieu dans Lost. Et il s'agit là d'un Dieu leibnizien. En gros, un Dieu qui a organisé tout un petit monde selon son propre schéma, monde dans lequel chaque individu a un rôle, et qui s'assure que tout se passe selon ses plans. Cette vision repose sur le principe de raison suffisante qui est que rien n'arrive par hasard. Tous ces braves gens ne se sont pas retrouvés par hasard dans cet avion puis sur cette île : il y a une raison, même si elle n'est pas toujours compréhensible de ceux et celles en sont les sujets. C’est ce que Jack découvre dans le phare : sa présence, comme celle de ses copains de galère, était prévue à l’avance, bien longtemps avant qu'il n'y foute les pieds. Avant Leibniz, le principe de raison suffisante avait déjà été évoqué par Thomas d'Aquin et Aristote pour qui "rien n’est mû par hasard, mais il faut toujours que soit quelque cause".

    La citation à caser pour avoir l'air intelligent :
    "Aussi Dieu seul fait la liaison et la communication des substances, et c’est par lui que les phénomènes des uns se rencontrent et s’accordent avec ceux des autres, et par conséquent qu’il y a de la réalité dans nos perceptions." Leibniz, Discours de métaphysique

  5. Le destin
    Et le libre arbitre du coup un peu. Ayant de nombreuses visions de la mort de Charlie, Desmond tentera à plusieurs reprises de le sauver, notamment en faisant des choix qu'il pense être justes, mais, malgré toute sa bonne volonté, Charlie mourra dans l'épisode 22 de la saison 3 (dans une scène qui nous aura d'ailleurs bien fait morver). On a là une excellente illustration des limites du libre arbitre, qui serait mis à mal par le destin. Une vision stoïcienne du monde, dans laquelle, vous aurez beau vous creuser la tête pour changer le cours des choses, tout se passera toujours comme il était écrit qu'elles se passeraient. Toujours en parlant des limites du libre arbitre, vous pourrez citer Monsieur Spinoza, pour qui cette notion était une vaste illusion puisque l'homme a conscience de ses actions mais non des causes qui le déterminent à agir. Nous sommes des victimes, c'est ça.

    La citation à caser pour avoir l'air intelligent :
    "Telle est cette liberté humaine que tous les hommes se vantent d’avoir et qui consiste en cela seul que les hommes sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les déterminent." Spinoza, Lettre à Schuller

  6. La perception
    Difficile de parler de perception, sans évoquer l'allégorie de la caverne de Platon. Pour ceux qui n'auraient vraiment rien foutu de l'année, petit résumé : des gars sont enchaînés dans une caverne, dos à la sortie. Ils ne voient que leurs ombres et perçoivent toutes les informations transmises par leurs sens comme réalité, pourtant en sortant de leur trou à rats ils découvriraient que leurs sens les avaient bercés d'illusions. Ce que Platon veut dire c'est donc qu'il ne faut pas faire confiance à ses sens (ou en tout cas jamais de façon aveugle). Or, dans Lost c'est clairement ça : on ne peut jamais faire confiance à ce que l'on croit savoir. A titre d'exemple, l'île est, selon nos sens et surtout ceux des personnages, une chose inanimée, rien de plus qu'un morceau de terre, quelques caillasses et pas mal de fougères paumés au beau milieu de l'océan. Or, on comprend au fur et à mesure, que l'île est une entité bien vivante, pour preuve sa relation "spéciale" avec Locke, et qu'elle est construite autour de la Source.

    La citation à caser pour avoir l'air intelligent :
    "Parce que l’entendement joue un rôle dans la perception des choses, […] l’illusion peut s’intercaler entre la matière, soit ce qui est donné, et la forme, c’est-à-dire ce qui est pensé." Alain, Éléments de philosophie

  7. Autrui
    Se pensant d'abord seuls sur leur île, les survivants du vol Oceanic 815 comprendront rapidement que c'est une grossière erreur. Entre les Autres et les membres du Projet Dharma, on peut dire qu'il y a du monde qui est passé par là. Assez logiquement, ils ont d'abord les chocottes, pour eux les Autres ne sont rien d'autre qu'une menace, mais ces Autres leur apporteront aussi au fil des saisons des réponses sur eux, ce qu'ils sont. Les deux groupes sont interdépendants, ils n'existent que l'un par rapport à l'autre et illustrent donc assez bien la philosophie de l'autrui détaillé par Sartre dans pas mal de ses bouquins. Car selon J.P, l'Autre est indissociable de notre propre relation à nous même. Ainsi quand j'espionne par le trou d'une serrure c'est seulement lorsque je me fais choper que j'ai honte, s'il n'y avait pas le regard de l'Autre tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Qui plus est, toujours selon Sartre, l’intersubjectivité prend la forme du conflit. L’essence de notre rapport à l'autre, dit-il, n'est pas la coopération mais la guéguerre, d'où les très très nombreuses tentatives de meurtre sur cette saleté d'île.

    La citation à caser pour avoir l'air intelligent :
    "L'autre est indispensable a mon existence, aussi bien d'ailleurs qu'à ma connaissance que j'ai de moi." Sartre, L’existentialisme est un humanisme.

  8. La morale
    La philosophie morale désigne une très grande branche de la philo pratique et les philosophes se prennent le chou sur cette notion depuis Aristote, voire les présocratiques. Dans Lost évidemment, la question de la morale, du bien et du mal, est omniprésente, d'abord parce qu'il y a Locke et ses envolées spirituelles, mais aussi parce que tous sont amenés à prendre des décisions difficiles. Cette notion est d'ailleurs abordée dès l'épisode 21 de la saison 1 où Sayid doit choisir entre sauver des centaines de personnes d'une attaque terroriste ou protéger son ami. Il choisit de sacrifier son ami (qui se suicide en se sachant pris) et se range du côté de ce bon vieux Jeremy Bentham et de son utilitarisme. L'utilitarisme par Bentham c'est l'idée selon laquelle on peut calculer selon sept critères la quantité de plaisir produite par telle ou telle action et faire notre choix en fonction. Selon lui, c'est la meilleure façon de faire un choix moral qui profitera au plus grand nombre. Réfléchissez-y un peu la prochaine fois que vous rangerez ce pot de Nutella complètement vide dans le placard de la cuisine comme si de rien n'était.

    La citation à caser pour avoir l'air intelligent :
    "Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle." Kant, Fondation de la métaphysique des mœurs.

Pour réviser la chimie avec Breaking Bad, rendez-vous la semaine prochaine les cocos !

Source : Loststudies, Lostpedia, David Yerle, Profstory, EW, Implications philosophiques