On voit la république comme un état monolithique qui ne mourra jamais. Regardez la cinquième : elle tient le coup, quand même, à plus de 60 ans et malgré la présence de gens qui portent des gilets réfléchissants sur les ronds-points. Mais toutes les républiques n’ont pas eu la chance d’avoir un aussi bon pedigree : leur espérance de vie s’en est ressentie. Autres temps, autres moeurs.

1. La république fédérative démocratique russe : 6 heures

En gros, le 19 janvier 1918, juste avant la proclamation de la République socialiste fédérative soviétique de Russie le 23, l’Assemblée démocratiquement élue proclame cette république fédérative démocratique russe ; mais 6 heures plus tard, le comité central dissout l’assemblée et pouf plus de république.

2. La république de Ploiesti : 1 jour

Située à 50 bornes de Bucarest, Ploiesti a eu son petit moment d’indépendance quand, en 1870, une poignée de libéraux opposés au pouvoir a décidé d’arrêter le préfet et de proclamer la république indépendante de Ploiesti. C’était le 8 août. Le 9, les troupes sont arrivées de Bucarest, ont arrêté tout ce petit monde et on est reparti comme en 40, comme si rien ne s’était passé.

3. La république catalane de 1934 : 1 jour

La Catalogne a passé 2 siècles à proclamer son indépendance de temps en temps. Le 6 octobre 1934, Lluis Company, président de la généralité, s’adonne à cette passion nationale. Le 7, il est arrêté et le gouvernement autonome suspendu.

4. La république du Bas-Canada : quelques jours

Les patriotes francophones du Bas Canada avaient été défaits par les troupes anglaises en 1837 et s’étaient réfugiés aux Etats-Unis. En février 1838, ils tentent l’invasion du Bas Canada et déclarent l’indépendance de l’Etat le 28, tablant sur une constitution très libérale, avec égalité des droits entre autochtones et blancs et tout le toutim. Mais les Patriotes sont repoussés vers les Etats-Unis et arrêtés.

5. Les deux républiques de Crimée : 1 et 5 jours

Le 5 mai 1992, à la suite de l’effondrement soviétique, la Crimée proclame son indépendance. Bon, le 6 mai, on amende la constitution pour dire que, finalement, la république de Crimée appartient à l’Ukraine.

Le 11 mars 2014, la Crimée déclare à nouveau son indépendance suite aux heurts entre Ukrainiens pro-Russes et Ukrainiens pro-Ukrainiens. Dès le 16 mars, un référendum rattache la Crimée à la Russie. Dans le même temps, l’Ukraine continue de revendiquer la possession de la Crimée. De toute façon, la région n’est clairement plus indépendante.

6. La République des conseils d'Alsace-Lorraine : 12 jours

Le 10 novembre 1918, des conseils ouvriers se réunissent à Strasbourg et proclament l’indépendance de l’Alsace-Lorraine sous forme de république des conseils, d’inspiration soviétique. Le 22 novembre, l’armée française marche sur Strasbourg et adieu la république indépendante.

7. La république de Tulé : 20 jours

En 2 février 1925, les indiens Kuna déclarent leur indépendance du Panama. Le 4 mars, ils signent un accord de paix avec le gouvernement panaméen qui leur donne une certaine autonomie tout en les poussant à renoncer à leur indépendance. Ils déposent les armes. La fin du rêve.

8. La République de Prekmurje

Le 29 mai 1919, en pleine déconfiture suite à l’explosion de l’Autriche-Hongrie, les républiques autonomes se multiplient. Parmi celles-ci, la République de Prekmurje a eu une durée de vie assez courte : 7 jours. Cette petite région aux confins de l’Autriche, de la Hongrie et de la Serbie voulait son indépendance et l’a eue jusqu’au 6 juin, date à laquelle l’armée communiste hongroise a occupé son territoire;

9. La république de Krouchevo : 10 jours

Du 3 au 13 août 1903 a vécu la république indépendante de Krouchevo, proclamée par des indépendantistes macédoniens qui en avaient marre d’avoir les Ottomans chez eux. Mais les Ottomans envoient l’artillerie lourde et reprennent la ville dans une très grande violence. Dommage pour la Macédoine.

10. La république bouillonaise : un an et demi

Le Bouillon, petit duché belge frontalier avec la France, a proclamé son indépendance en avril 1794 en solidarité avec la révolution française. Sauf que les troupes françaises trouvaient ça sympa, le Bouillon, et ont fini par occuper le territoire de cette république décidément éphémère dès octobre 1795, entérinant son annexion dans la foulée.

République réprivée comme disait Mireille Dumas.

Source : Wikipédia