Jules Renard a dit : « Au réveil d’un doux rêve, on voudrait se rendormir pour le continuer. » Sauf que tu pourras toujours te recoucher quinze fois, tu n’y parviendras probablement pas. Et c’est bien dommage, parce que parfois la vie est tellement naze qu’on préférerait rester coincé éternellement dans ses songes. Mais passons. Les rêves nous perturbent, et parfois quand ils n’ont vraiment aucun sens, on a du mal à se regarder dans la glace le matin et on se demande si notre esprit n’est pas malade pour avoir pondu un scénario aussi pourri…

1. Est-ce grave de ne jamais rêver ?

Si tu penses ne jamais rêver, tu as probablement tort. Une infime partie de la population affirme ne jamais faire de songes. En fait, c’est surtout qu’ils ne s’en souviennent absolument pas (les bolosses). La seule éventualité pour que cela se produise, c’est que tu aies fait un AVC par le passé (ce qu’on ne te souhaite évidemment pas). En effet, il est possible de développer le syndrome de Charcot-Willebrand : un déficience neurologique empêchant le cerveau de développer ses élaborations oniriques. Pas cool.

2. Peut-on contrôler ses rêves ?

Oui et cela s’appelle le rêve lucide. La plupart des adultes l’ont expérimenté au moins une fois dans leur vie. Certains spécialistes ont développé des techniques pour parvenir à en faire plus souvent. Un petit tuto s’impose, n’est-ce pas ? Pendant plusieurs jours, pose toi la question à plusieurs reprises : « Suis-je en train de rêver ? » Évite de le faire tout haut parce que tu risques de passer pour quelqu’un d’un peu… différent. Ensuite quand tu vas faire dodo, tu mets un réveil qui sonnera cinq heures plus tard (super relou) et quand ce dernier te réveille, tu t’auto-suggères la chose suivante : « la prochaine fois que je rêve, je dois être conscient que je suis en train de rêver, je ne l’oublie pas. » Et ce, jusqu’à ce que tu parviennes à réaliser pendant tes rêves que tu es en plein songe. Ensuite, libre à toi de faire des folies. On ne veut rien savoir. Vraiment rien.

3. Pourquoi rêve-t-on ?

On serait tenter de répondre avec irrévérence : « parce qu’on a rien d’autre à foutre quand on dort. » Mais comme le but de ce top est tout de même d’apprendre de petites choses, nous allons te répondre. Les rêves sont des phénomènes tout à fait observables par scanners : ils se traduisent par une activité cérébrale forte. Ces derniers ont lieu durant la quatrième phase de notre endormissement: le sommeil paradoxal. Ils contribuerait au travail de la mémorisation et de l’organisation des souvenirs. C’est pour ça que c’est bien de relire ses cours juste avant de dormir au lieu de binge watcher des séries à la con. #jugement. Par ailleurs, ils permettent également une meilleure gestion de nos peurs diurnes (point développé plus bas).

4. Peut-on enregistrer ses rêves ?

Alors personnellement, revivre éternellement ma rupture pendant trois semaines n’est pas le film qui me passionnerait le plus. Mais pour les gens dotés d’une imagination sans borne et d’une créativité folle, voir la matérialisation de leurs songes doit être assez dingue. En 2011, l’Université Brown s’est fortement rapprochée de cette expérience en plaçant des électrodes sur le crâne de trois volontaires. On les a ensuite réveillés en plein rêve pour leur demander de quoi il s’agissait (le premier qui me fait ça, je l’écartèle). Les sondes ont enregistré les images du cerveau. On a répété ce processus à 200 reprises (je frôle la crise cardiaque) histoire de bien stocker les données enregistrées. Ensuite lorsque ces derniers se rendormaient, les scanners cérébraux étaient capables de rendre compte de ce dont ils étaient en train de rêver. Beckley, une autre université est allée plus loin en créant des vidéos à partir des informations stockées. On adorerait voir ce que ça donne.

5. Peut-on avoir un orgasme en rêvant ?

On précise bien que ça n’a rien à voir avec le fait de s’endormir pendant l’acte et de se réveiller soudainement hein. Non, là on parle d’orgasme non provoqué par une stimulation. Dans tous les cas, c’est tout à fait possible. Ce peut être lié à une certaine désinhibition et au manque de contrôle lié au fait qu’on dort. Par ailleurs, la position que tu adoptes pour dormir y joue éventuellement un rôle, par exemple, sur le ventre, effondré(e) sur ta couette en boule (oups). Bon, et puis en général, ce sont aussi les personnes victimes de frustrations. Voilà. Voilà, voilà.

6. Les rêves ont-il vraiment une signification ?

On le sait que selon Freud, les rêves sont l’expression de nos pulsions sexuelles (et meurtrières). C’est notre inconscient qui devient tout fou. Mais si à chaque fois que l’on rêve d’un banc ou qu’on est en train de se curer le nez, on doit se poser des questions sur sa sexualité, ça devient vite invivable. Les rêves ont l’interprétation qu’on leur en donne. Dans tous les cas, il s’agit d’une projection de notre esprit. De fait, prendre le temps d’observer les éléments qu’il contient ne peut être que bénéfique et permettre de procéder à une introspection utile. En revanche, on ne saurait attester qu’il est pertinent de considérer qu’il s’agit d’une prémonition ou d’un message que l’on a voulu te faire passer. Chacun est libre de croire ce qu’il veut. Mais bon, perso ça veut dire que j’ai gagné au loto trois fois et je suis toujours à découvert donc merde.

7. Pourquoi fait-on des cauchemars ?

Tu es tranquillement en train de discuter avec ta mère et elle se met à fondre jusqu’à devenir une mélasse multicolore improbable. Clairement tu es en train de cauchemarder. Et ce n’est pas juste un rêve qui tourne mal, le cauchemar est la conséquence d’un processus cérébral bien particulier. C’est l’hippocampe (non pas l’animal marin) qui en est à l’origine. Ce qu’il se passe, c’est que le cerveau veut neutraliser une peur qui vous accapare l’esprit pendant la journée, il t’y confronte en l’atténuant avec des éléments absurdes voire ridicules. Un moyen de contrebalancer avec la terreur qui peut potentiellement te saisir.

8. Peut-on rêver éveillé ?

Ça contrevient un peu à la définition du rêve quoi …. qui a lieu pendant le sommeil paradoxal… sommeil paradoxal qui est la 4ème phase de ton endormissement…. on te laisse faire tes déductions tout(e) seul(e) comme un(e) grand(e). Il est possible aussi que tu dormes les yeux ouverts. Et c’est un peu flippant. On te juge.

9. Comment expliquer les rêves récurrents ?

Si tu rêves tous les soirs que tu tombes du dixième étage, il est fort probable que quelque chose te taraude un tout pitit peu. Il s’agit d’une alerte et en fonction du scénario (aussi barré soit-il), tu peux tenter d’identifier ce qui pose problème. Si le rêve que tu fais appartient aux catégories dont nous parlons dans ce petit top, tu pourras même y trouver quelques clés, p’tit chanceux.

10. Les animaux rêvent-ils ?

Déjà qu’on galère pas mal à communiquer avec eux (non quand tu caresses ton chat en miaulant comme un galeux, tu n’es pas en train de débattre de Kant avec lui, on peut te l’assurer), mais alors savoir le contenu de leurs rêves… Bref, au même titre que les humains, les bêtes entrent en sommeil paradoxal et à en juger les ondes enregistrées durant leur sommeil, il semblerait bien que leur cerveau, tout comme le notre, soit en pleine activité. Cette période dure 200 minutes chez les chats et chiens et seulement 100 chez l’homme. Les oiseaux, eux, ne rêvent que l’espace de quelques secondes, ces gros teubés.

Voilà, on espère que tu as appris des petites choses et bien sûr, si tu vois quelques imprécisions, libre à toi de nous corriger. Et maintenant, je m’en vais siester de ce pas.

Source Image : BlogSpot.fr

Source : Ça m’intéresse, Les Éclaireuses, Madame Le Figaro, Sciences et Vie de la Terre, Cosmopolitan