Quand on vous dit « Amish », vous imaginez immédiatement une communauté de personnes figées dans le temps, vêtues d’habits d’époque et qui n’ont pas accès à l’électricité. Une vision quelque peu austère de leurs traditions. Du coup, si l’on peut balayer un peu votre ignorance crasse et vous apprendre quelques petits trucs sur eux, on ne va pas se priver.

1. Pourquoi les trouve-t-on essentiellement en Pennsylvanie ?

Initialement, les Amish étaient installés en Suisse dans le canton de Berne. Sauf qu’ils sont chassés par les autorités locales qui refusent leurs pratiques religieuses. Ils se réfugient en France et notamment en Alsace. En 1712, Louis XIV publie un édit d’expulsion, ce qui conduit les Amish à se rendre sur des terres qui ne sont pas sous le joug du Roi de France. Plus tôt, en 1681, William Penn, fondateur de la Pennsylvanie, proposait déjà de les accueillir à la condition qu’ils fassent preuve de tolérance envers les autres communautés. Du coup, massive exode du peuple Amish vers les États-Unis où ils se répartissent dans les États de l’Ohio, l’Indiana et la Pennsylvanie. Aujourd’hui, il n’y a plus d’Amish en France puisque ces derniers se sont, petit à petit, conformés au mode de vie des autres Français. En revanche, aux États-Unis, la communauté ne cesse de croître, très lentement mais sûrement.

2. Peut-on se faire virer de la communauté ?

Avant de se faire excommunier, l’on passe par plusieurs étapes. Un Amish qui ne se plie pas aux règles de la communauté peut subir le « Shunning » : il va être mis de côté par ses pairs. Il peut toujours parler avec les membres et les aider. En revanche, il ne peut accepter d’aide de leur part, il n’a pas le droit de manger en leur compagnie (et ouais, même pendant un mariage… déjà que c’est souvent chiant) et il ne peut pas entretenir de « business » avec eux. S’il continue à faire n’importe quoi, il peut se faire excommunier définitivement. Enfin définitivement… il semblerait que le peuple Amish soit plutôt clément avec celui qui s’est repenti. Et là question que vous vous posez tous c’est comment peut-on se faire virer ? En ne respectant pas le culte amish, en ayant recours par exemple aux technologies nouvelles : on ne veut pas que la communauté se coupe de l’Évangile en se mélangeant aux pratiques non-Amish.

3. Est-ce qu'ils n'ont vraiment pas l'électricité ?

C’est plus compliqué que ça. Les Amish n’utilisent pas l’électricité publique, ils en ont banni l’usage en 1920 toujours dans l’optique de se préserver du monde extérieur qui pourrait altérer la rigueur de leur pratique de la religion. En revanche, ils ont recours à des réservoirs de gaz, des générateurs de diesel et même des panneaux solaires pour quelques activités qui nécessitent un peu d’énergie : éclairer les pièces de leurs maison, laver les vêtements, pour travailler et enfin pour s’éclairer lors des trajets effectués en calèche (bah non, ils n’allaient pas utiliser des voitures).

4. Pourquoi sont-ils sapés bizarrement ?

Le mot d’ordre chez les Amish, c’est la simplicité. Pas de bling-bling, pas de couleurs pétantes. Chez les hommes, on s’habille surtout en noir. Surtout, on utilise pas de ceinture parce que, clairement, la boucle est beaucoup trop ostentatoire. On préférera des bretelles toutes simples. En fonction de la saison, ils arborent des chapeaux de différentes formes. Pour les femmes, la robe est de mise, elles doivent en avoir seulement 4 et cela correspond à des situations différentes pendant lesquelles elles peuvent la porter. Le jour de leur mariage, elles se contenteront d’une cape et d’un tablier en plus, bien évidemment, de leur long habit. Si les Amish se refusent à toute excentricité, c’est parce qu’ils privilégient bien évidemment la sobriété en raison de leurs croyances mais également parce que cela leur permet de se reconnaître les uns les autres et de se différencier du monde extérieur.

5. C'est quoi le "Rumspringa" ? Une année de césure ?

Il s’agit d’une période durant laquelle les Amish sont temporairement libérés des contraintes de l’Église et des interdictions liées au culte anabaptiste. Au terme de cette étape, ils devront choisir soit de se faire baptiser et de devenir un Amish à part entière soit de quitter la communauté définitivement. Tout au long de cette « rumpstringa », ils peuvent boire de l’alcool, fumer et rencontrer d’autres jeunes. Vers 16 ans, on leur permet de goûter quelque temps à un autre mode de vie. Dans l’imaginaire collectif (et grâce à de belles émissions de télé-réalité telles que « Breaking Amish »), on pense que ça dérape en soirées complètement alcoolisées et tutti quanti. Sauf qu’en vrai, la plupart ont déjà fait leur choix. Ils ont tendance à rester vivre dans leurs villages et rares sont ceux qui basculent dans la débauche. En fait, c’est surtout le moment opportun pour eux de se trouver un compagnon de vie.

6. Quelles sont leurs croyances exactement ?

La différence essentielle avec le culte de l’Église catholique, c’est le refus du baptême peu de temps après la naissance de l’enfant : on considère que ce rite doit être volontaire et tardif. Ce fut la première raison qui poussa les autorités suisses à les pourchasser, il y a des siècles de cela. Par ailleurs, le culte anabaptiste est une branche du traditionnel protestantisme, il en réunit donc quelques caractéristiques telles que la croyance en une relation directe entre le croyant et Dieu.

7. Peut-on rejoindre la communauté Amish même quand on n'est pas né dedans ?

On imagine bien qu’après tout ce que vous venez de lire, vous avez probablement très envie de rejoindre la communauté Amish. Pas de stress, voici quelques petits conseils pour y parvenir. Déjà ce serait bien de parler le dialecte allemand pennsylvanien qui est la langue maternelle des Amish. Ensuite, il faut se préparer à s’éloigner de son mode de vie habituel : plus de voiture, plus d’électricité et plus de… TÉLÉPHONE. Bref, il est tout à fait possible de rejoindre la communauté Amish. C’est d’y rester qui est plus compliqué : un tiers d’entre eux n’y parviennent guère. La plupart du temps, si l’on souhaite la rejoindre, c’est par amour. Et ceux qui souhaitent l’intégrer par goût pour la simplicité sont vite rattrapés par les obligations religieuses au centre de la vie du peuple Amish.

8. Quelles langues parlent-ils ?

Les Amish parlent l’allemand pennsylvanien qu’ils appellent « Pennsyvania Dutch »… Perturbant dans la mesure où le « dutch » correspond au néerlandais chez nous. En fait cela provient du terme »deutsch » qui signifie « allemand » pour les germanophones (ah oui vraiment ?) et dans son sens archaïque, il s’agit des langues germano-néerlandaises. Bref, en gros, leur dialecte n’est donc pas du néerlandais mais un allemand un peu chelou quoi. Et puis à l’école, on leur enseigne tout en anglais de toute façon. Oui, les Amish sont bilingues, petits chanceux.

9. Peut-on épouser quelqu'un de l'extérieur lorsque l'on est amish ?

Même s’ils ne l’encouragent pas particulièrement, les Amish ne s’opposent pas aux mariages entre Amish et non-Amish à condition bien évidemment que ce dernier se convertisse à leur culte. Cela s’inscrit toujours dans cette logique de maintenir une communauté aux liens forts : on acceptera pas des mariages mixtes à proprement parler.

10. Y en a-t-il encore en France ?

Comme nous l’avons dit, en 1712, Louis XIV tente d’expulser les Amish de France. Certains parviennent grâce à la tolérance de certaines régions (notamment l’Alsace) à perdurer quelques temps. Il faut dire que ce sont d’excellents fermiers (oui bah oui les seigneurs locaux étaient intéressés). Mais la plupart d’entre eux ne parviennent pas à allier leur mode de vie au quotidien français. En 1907 ils abandonnent peu à peu le terme d’Amish et emploient celui de « mennonite » (dont ils se sont dissociés à la fin du XVIIème siècle). Ils pratiquent de moins en moins le culte Amish. Plus les décennies passent et plus le nombre d’Amish diminue considérablement, les membres se mêlant de peu à peu au monde extérieur.

Alors vous avez encore des questions ? Oui ? Tant pis.

Source Image : CommonSens Media

Source : Wikipédia, AmishAmerica.com, AmishAmerica.com, AmishAmerica.com, AmishAmerica.com