Crédits photo (creative commons) : julien

Curieux pari qu'a fait le Parti Communiste Français en renonçant à envoyer l'un de ses poulains dans la course à la Présidentielle, mais pari gagnant puisque quoi qu'il arrive, le candidat du Front de Gauche, auquel s'est rallié le PCF, restera comme l'un des phénomènes de cette campagne. Le succès de Mélenchon et sa capacité à porter haut et fort la colère du peuple de gauche pourrait paradoxalement coûter le siège du candidat socialiste au second tour malgré sa promesse de lui apporter ses voix dans le sprint final. Mais ce n'est pas une raison suffisante pour voter utile. La preuve.

  1. C'est un orateur formidable qui déglingue tout ce qui passe
    Des ambiances de Front Populaire en meeting, des poses de profil chargée de symbole (le leader qui se range au côté du peuple pour affronter l'avenir) et des déclarations vindicatives qui donnent envie d’éviscérer un trader, Mélenchon est plus qu'un clown de plateau, c'est un agitateur talentueux.
  2. Il est né à Tanger au Maroc, on devrait être tranquille sur les discours un chouilla raciste
    Ville rock'n'roll par excellence, version afro-européenne de Tijuana, Tanger a eu une histoire agitée rythmée par les colonisations. L’internationalisme de Mélenchon est dans ses gènes et il ne devrait pas déraper sur les classements de civilisations.
  3. Il sait dire "No Pasaran" sans accent
    Il parle espagnol et il le montre dans tous les reportages "en off" qui concernent sa campagne. L'espagnol, c'est un des éléments indispensables de tout révolutionnaire qui se respecte. Et si la France doit quitter l'Europe, elle pourra toujours trouver refuge en Amérique du Sud. Comme Florent Pagny.
  4. C'est l'anti gauche-molle ("Quoi? l'Antigochmol?")
    Ca sonne comme un méchant dans Goldorak, mais Mélenchon a surtout le don de remettre les partis à leurs places. La gauche à gauche, la droite à droite et les vaches seront bien gardées. Voter Mélenchon, c'est œuvrer pour un vrai bipartisme, entre une gauche idéaliste incapable de gouverner et une droite décomplexée. La tiède Social Démocratie, c'est l'ennemi commun de Sarkozy et de Mélenchon. Ne votez pas utile, votez "clair".
  5. Il a tout lu Marx, de A à Z et rien que pour ça...
    Est-ce que ça lui permet de rivaliser avec Frédéric Lefebvre qui s'est tapé "Zadig et Voltaire" en entier... pas sûr.
  6. Il veut abroger Hadopi
    Rien que ça, c'est 5 points de plus dans les sondages. C'est bien beau la politique, mais depuis la suppression de MegaUpload, on a d'autres soucis que la dette, l'emploi et toutes ces futilités...
  7. Il est assez "friendly" avec les dictatures communistes
    Selon lui, on en fait un peu beaucoup sur Cuba et l'invasion brutale "la Libération pacifique du Tibet" a quand même contribué à développer la région, qui était un peu bloquée dans un système féodal qui l'empêchait de construire des iPads. Les cons.
  8. Il a l'ambition de faire barrage au Front National
    Le Front de Gauche, "l'autre front" qui veut récupérer la colère du peuple mal orientée. Pas con. D'autres ont déjà endossé ce rôle : Tapie, Dieudonné et Zebda, avec des destins contrastés.
  9. Il prend tout au-delà d'un certain seuil de revenu, allez hop
    Tout ce qui dépasse les 360 000 euros annuels va direct dans la poche de l’État. Pas de demi-mesure avec les bourgeois. Et si on les pendait avec leurs propres boyaux pour aller au bout de l'idée ?
  10. Il est pour le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels
    Pour un type qui a été dessinateur pour un hebdomadaire catholique du Jura, Jean-Luc est assez ouvert d'esprit. Un peu clientéliste, mais ouvert.

Et vous, vous comptez prendre le pouvoir comment?

Hey, on vient de sortir notre premier jeu de société ! Commande-le dès maintenant.