greenpeace1
Crédits photo (creative commons) : Capitan Giona

Dès qu’on met le nez dehors, ils nous tombent dessus, ces énergumènes sautillant et souriant de toutes leurs dents. Ils vous proposent de donner un peu d’argent chaque mois à la Croix-Rouge, Médecins du monde ou Unicef. Avant d’écrire un top sur les techniques d’évitement les plus efficaces, voici le top 10 d’exercer ce chouette métier : recruteur de donateurs pour les ONG.

  1. C'est une bonne manière pour tenter 8000 techniques de drague par jour
    Vous allez rencontrer à peu près 10 000 personnes dans une journée. Sur ces 10 000 : 8000 ne vont pas vous regarder, 1000 vont partir en courant au mot "don", 560 seront attentifs, mais moches. Mais le reste c'est banco. N'hésitez pas à tout tenter, vraiment tout tenter. Vous faire envoyer chier ? Ah ah ah ! Ça fait longtemps que ça ne vous effraie plus. Vous avez l'habitude désormais, alors ce n’est pas un ou deux petits rejets de plus qui vont vous désespérer.

  2. Vous parlez à des gens qui existent pour de vrai
    La vie dans les grandes villes est de plus en plus solitaire. Travailler dans une ONG c'est l'assurance de discuter avec plusieurs centaines de personnes par jour. Vous allez redécouvrir ce que ça fait d'avoir un sourire à la place d'un like, une tape sur le dos au lieu d'un poke. On ne va pas se mentir y'aura des aussi quelques types que vous aurez envie de tuer. Mais sur Facebook c'est pareil.

  3. Vous avez le droit de vous habiller comme des sacs
    Vous l'avez vu souvent les gens qui bossent pour les ONG sont fringués n'importe comment, c'est normal, ils ont le droit. Dans un bureau ou une administration il faut être un minimum présentable, ça fait mieux, mais là vous êtes censés bosser pour les pauvres, il est donc préférable de ne pas être habillé en Dior ou en Armani. En plus, vous allez être obligé de porter une casquette et un poncho en plastique au motif de votre association, donc même si vous étiez hyper bien sapés personne ne le verrait.

  4. Vous êtes hyper canons avec les joues roses et les cheveux au vent
    Vos potes ont tous des têtes de déterrés. L'hiver, ils arrivent juste après le lever du jour et repartent lorsqu'il fait nuit noire. Vous, vous avez le teint frais des jeunes gens en pleine santé. Vos potes vous l'envient terriblement. OK, vous gagnez des cacahuètes, mais vous avez pas une gueule à jouer dans True Blood. C'est toujours ça de pris.
  5. Toutes vos vannes moisies de camping passent d'un coup drôlement bien
    La rue est un terrain de jeu pour comique en herbe. Les gens préfèrent 100 fois être abordés avec une vanne moisie plutôt qu'avec une lamentation. Vous voyez quelqu'un avec un carton, n'hésitez pas a vous lancer dans un "eh, mais vous cartonnez vous ! " du plus bel effet. Par contre si vous croisez un handicapé en chaise, évitez le "alors ça roule ?". On vous pardonnera pas mal de blagues du fait de votre métier, mais pas toutes non plus.

  6. Vous retrouvez vos racines animales barbares de chasseurs de proies

    (Voix du mec qui fait les documentaires animaliers. Oui c'est toujours le même mec). "L'employé d'ONG repère son festin de loin. Ce jeune quadra arborant une chemise Celio est typiquement le genre de mets que ce jeune animal de milieu urbain affectionne. Plus il s'avance, plus il le suit du regard. Il prépare sa phrase d'attaque dans sa tête. Sa proie est seule, de classe moyenne, et anciennement de gauche. Exactement le genre de mammifère vulnérable qui donnera à coup sûr l'aumône à ce jeune chasseur de dons. Observez la dextérité avec laquelle il se jette sur sa proie. Ses discours émouvants à base de solidarité et d'abattements d'impôts sont imparables. Le jeune quadra est pris au piège. Il donnera jusqu'à son dernier sou. Le chasseur de dons est bien le plus grand chasseur de ville du monde terrestre".

  7. Vous recevrez plus de messages d'encouragement qu'un coureur du tour de France
    Oui les gens ne vont pas toujours vous donner : La France qui se lève tôt n'a plus de blé. Par contre, elle n'est pas totalement ingrate. Les gens savent que vous faites un truc bien et il vous le font savoir : tapes dans le dos, "courage" et autres sourires désolés. Ça n'arrive à quasi personne alors profitez-en. Ne prenez pas la grosse tête non plus. Dois-je vous rappeler que vous portez un poncho ?
  8. Vous faite partie de la Justice League des gens biens

    Il y'a Gandhi, Mere Theresa, Lassie, et après il y'a vous. Quel travailleur ne s'est pas levé un matin en se disant qu'il était un mouton parmi les moutons. Un simple pion du système capitaliste juste bon à enrichir les milliardaires et les bourreaux de la planète. Vous pouvez vous lever chaque matin en vous disant que vous faites quelque chose de bien. Sauf si vôtre ONG s'appelle "Association de Défense des Nazis de France" ou "Collectif de Soutiens aux Pédophiles du Pas de Calais", là c'est chaud, mais c'est déjà bien d'avoir des idées.

  9. Vous n'avez plus de scrupules à détruire la planète en dehors des heures de boulot

    Après plus de huit heures à braver le froid pour défendre la veuve et l'orphelin, vous avez quand même le droit de laisser la lumière allumée dans le salon et l'eau couler quand vous vous brossez les dents. Pareil pour les détritus dans les pique-niques, n'hésitez pas à balancer vos ordures dans la nature, voire dans la gueule des salauds qui bossent pour des boites normales. Allez y c'est cadeau !

  10. C'est une très bonne couverture pour vos business parallèles douteux
    Si vous défendez les pandas ou les enfants en Afrique, les flics n'oseront jamais venir vous voir. Votre super K-Way Pancho en plastique est une planque idéale pour votre matos : shit, organes, lasagnes au cheval, etc. Vous n'attirez pas les suspicions et vous pourrez opérer en plein air aux yeux de tous. Vous donnez votre vie à une cause pour gagner une misère donc même si vous vous faites choper, personne ne vous en voudra.

source : Ma vie chez ONG Conseil