1
Crédits photo (creative commons) : Wikimedia

Alors, okay, c'est peut-être pour des raisons purement financières qu'on a commencé. Même qu'on galérait dix minutes pour faire un vieux truc dont le filtre nous restait au bord des lèvres et qu'on retournait en cours dépité sans avoir pu tirer une seule latte. Mais maintenant on a bien pécho la technique, et même si on gagne un plus d'argent que quand on avait 15 ans, on est jamais repassés aux indus, pour toutes ces raisons que voici :

  1. C'est le même principe que les meubles Ikea, et vous, vous êtes le mec (ou la meuf) qui monte tout le bordel tout seul avec ses petits bras
    Vous vous sentez d'un coup super débrouillard face aux regards admiratifs des gens normaux qui sont obligés de payer au prix fort le truc tout fait parce qu'ils ne savent rien faire de leurs dix doigts.
  2. Et parce que vous le faites vous-même, vous avez l'impression du même coup de produire local, bio et de qualité
    Et épatez encore plus la galerie en débattant sur la robe, la saveur, et la texture des différents tabacs qu'il vous a été donné de tester. "Sec, l'Amsterdamer est plus gras au toucher, et il sent bon le caramel. Mais on perd légèrement cette saveur en bouche, bien qu'il reste plus doux que les autres, vois-tu."

  3. Pour peu qu'il vous manque chaque jour un accessoire différent, ça vous fait deux fois plus d'occasions d'engager la conversation
    Et en plus, ça ne fait chier personne. Il se crée une petite complicité implicite entre les membres de la minorité roulées, qui aime filer des filtres et des feuilles à tout va, et vous en donne même plus que ce que vous aviez demandé à la base. Alors que si vous arrivez à taxer une indus à un inconnu, n'essayez même pas de retenter le coup le lendemain si vous espérez de lui qu'il vous apprécie un jour.
  4. Alors que, du même coup, les taxeurs se sont évanouis dans la nature
    "Excuse-moi, t'aurais une cigarette ? Ah, des roulées ? Oui bon bah non ça va aller en fait, merci quand même.»

  5. Vous remarquerez que vous êtes quand même passée pour une belle personne qui répond "Oui bien sûr" trop à la cool
    Même si c'est uniquement parce que vous saviez que vous ne courriez aucun risque et qu'en vrai, ça vous aurait bien cassé le cul, vous passez pour un type rudement sympa à peu de frais.

  6. Vous pouvez concocter vos propres petites recettes
    Non il ne sera pas fait mention ici de drogues, mais de filtres mentholés, de tabac à la vanille et de feuilles à la pastèque ou à la noix de coco. Pour peu que vous vous soyez constitué un stock de produits chelou durant vos vacances à l'étranger (les bureaux de tabac français sont étonnement beaucoup moins créatifs) les possibilités sont infinies.
  7. Ça sent bon
    On ne s'explique pas ce mystère mais l'odeur des clopes roulées est plus douce, pique moins les yeux, et ne va pas s'infiltrer dans vos cheveux, pulls et canapés, ou en tout cas pas de manière aussi violente que sa pote l'indus, celle qui te fait vomir les lendemains de soirée.
  8. Les roulées, c'est l'évolution ultime du rite initiatique de la clope comme passage à l'âge adulte
    Les indus, c'est pour les petits rebelles de 14 ans qui piquent des clopes à leurs parents. L'étape d'après, c'est de se démarquer en montrant que vous, vous savez rouler comme un grand. Et en plus ça laisse planer un doute assez excitant sur votre potentielle consommation de drogue. Pas de doute, vous êtes un dur, un vrai.
  9. La taille et l'épaisseur de votre clope peut être adaptée à votre degré d'envie de fumer
    Alors qu'il n'y a rien de pire sur Terre que 1) jeter votre dernière indus à moitié fumée dont vous aviez pourtant si terriblement besoin parce que le bus arrive 2) se forcer à finir une clope alors qu'il est trop tôt le matin et que ça vous file la gerbe mais gaspiller c'est mal, au prix que ça coûte.
  10. Trouver un moment dans votre emploi du temps journalier pour trouver un bureau de tabac ne fait plus partie de vos préoccupations
    Un paquet de roulées dure en moyenne (estimation faite par moi-même) 5 fois plus qu'un paquet de blondes. Une fois votre réapprovisionnement hebdomadaire effectué à la cool le samedi matin, vous êtes tranquille pour toute la semaine.
  11. Et puis, au pire, on retrouve toujours de quoi rouler, toujours
    Trois filtres au fond de votre sac (et s'il n'y a pas de filtres, il y a le tonkar), cinq feuilles dans la poche d'un vieux jean et un tas de paquets presque vides dont vous aviez eu la flemme de terminer les miettes face au nouveau tout gras tout beau récemment acquis, mais qui vous sauvent la vie en ce dimanche matin, quand en temps normal vous auriez pleuré en découvrant la dernière survivante industrielle de votre soirée de la veille.
  12. Et, toujours histoire de tenir le coup jusqu'au lundi, pour une clope normale on peut s'en rouler 5 minis
    Voire même l'éteindre quand vos besoins en nicotine sont momentanément satisfaits, et la reprendre une heure plus tard sans en perdre la moitié en essayant de l'écraser.
  13. Parce que, oui, une clope roulée s'éteint quand vous le voulez
    Même quand vous ne le voulez pas, d'ailleurs (vous n'avez pas intérêt à être en rade de feu, sinon c'est pénible). Mais finalement, quand vous vous emballez un peu sur un débat et restez 15 minutes sans tirer dessus, c'est assez agréable de voir que votre petite garo a attendu patiemment que vous ayez fini de parler et ne s'est pas auto-consumée pendant ce temps, comme une sale égoïste.
  14. Vos pauses durent plus longtemps
    En partie à cause du fait précédemment cité, mais aussi parce que même si vous tirez dessus sans discontinuer la clope roulée et bien garnie dure 7 bonnes minutes. Alors que vous tirez distraitement sur votre mégot depuis une demi-heure votre pauvre collègue non-fumeur Jean-Michel a essayé trois fois de sortir prendre l'air et a été rappelé trois fois à l'intérieur pour dossier urgent "tiens Jean-Mich, puisque tu ne fais rien".
  15. Les clopes roulées sont les pâtes au fromage de l'industrie du tabac, quand les blondes sont une salade iceberg
    Alors je vois que vous avez besoin d'une explication, j'arrive, je suis là : une clope roulée cale vos poumons pour trois-quatre heures, quand vous avez à peine fini votre clope indus que vous avez envie d'en rallumer une autre.
  16. La clope-réflexe qui se retrouve dans votre bouche avant même que vous ayez formulé la pensée de votre désir, ce n'est pas pour vous. Parce qu'avant, il faut rouler
    Et au final, vous ne fumez que quand vous en avez réellement envie et limitez donc l'escalade de l'addiction et de la consommation. La flemme vous sauvera du cancer.

  17. Additionnez toutes les bonnes raisons précédentes, et vous en avez une nouvelle (et pas des moindres) : C'EST MOINS CHER
    Vous n'avez plus à choisir entre votre addiction au tabac, vos vacances, votre repas du midi et votre stock mensuel de papier toilette. Et c'est quand même rudement chouette.
  18. L'opinion publique associe cigarettes roulées et mouvement hippie, du coup vous vous sentez sympa et écolo (alors que pas du tout)
    Vous ne ressemblez pas à votre patron en costard-cravate, Marlboro Light de riche, et Ipad sous le bras, et cela vous allège étonnamment la conscience. Vous allez à l'encontre du système établi, vous vous sentez incroyablement libre, le Che Guevara de la pause clope. (oui, même si vous êtes vous aussi en costard et que vous avez vous aussi un ipad sous le bras).

Ca donne envie hein ? Oui, mais ça donne le cancer.