Crédits photo (creative commons) : lobofakes.com

Certes il a perdu. Mais il aurait pu gagner, presque. Un retour du diable vau-vert de Nicolas Sarkozy aurait marquer durablement les commentaires politiques et la crédibilité des organismes de sondages. Que se serait-il passé par que le "président sortant" ne gagne ? Quelques éléments de réponse.

  1. Globalement, les gens votent contre Bayrou
    Il suffit qu'il annonce vouloir faire un truc, les gens font le contraire. Il était pour la Constitution Européenne, il a voté Hollande et on soupçonne qu'il a acheté le dernier Madonna.
  2. Les électeurs ont honte de dire aux instituts de sondages qu'ils votent Sarkozy
    Sarkozy, c'est un amour honteux : "Je ne regarde jamais de porno, je ne pique jamais de fournitures au bureau et je ne vote pas pour Sarkozy..." L'angle mort des sondage.
  3. Pour faire des économies, le Ministère de l'Intérieur a considéré que les bureaux de vote de Neuilly étaient représentatifs de l'opinion en France
    Une fois que Jean Reno et Christian Clavier ont voté, on peut considérer que c'est bouclé.
  4. Les reports de voix se sont fait massivement pour Sarkozy
    Dans 5 ans, il sera plus facile à battre que Hollande, qui aurait été foutu d'avoir un bon bilan. Si on est pour Le Pen, Mélenchon ou Cheminade, 5 ans supplémentaires de Sarkozy, c'est une aubaine.
  5. Les partisans de François Hollande ne peuvent pas se lever deux fois un dimanche en moins d'un mois
    Le jeune gauchiste a fêté les résultats du premier tour pendant 15 jours et n'a pas eu le cœur de passer un froc et traîner sa carcasse jusqu'au bureau de vote.
  6. Les partisans de Nicolas Sarkozy étaient sur place pour aller voter
    Alors que les socialistes, majoritairement fonctionnaires, étaient en week-end prolongés pour cause de pont. Bien fait, s'ils avaient eu un "vrai travail", ils auraient bossé lundi et auraient pu voter dimanche.
  7. A la dernière minute, on a donné le droit de vote aux étrangers
    En tout cas à ceux de Suisse, de Monaco et à quelques chefs de gouvernements en Allemagne ou au Royaume-Uni, pour des raisons pratiques. Non, pas les Roumains.
  8. Michael Vendetta est l'homme le plus influent de France
    Son soutien sans faille au Président avec des arguments aussi pointus que "Ceux qui votent Hollande sont des Loooo-seeeers!" aura fait mouche. La bogossitude ne peut pas s'exprimer sous un gouvernement de gauchistes.
  9. Les instituts de sondages sont des repaires de bons à rien
    Se faire une idée de l'opinion dans le bistrot en bas de chez soi, ce n'est manifestement pas un "vrai travail".
  10. La France est définitivement un pays de droite
    Il paraît que c'est une conséquence de la pyramide des ages. Les vieux n'aiment pas trop le changement. Et surtout pas maintenant.