cahuzac
Crédits photo (creative commons) : Parti Socialiste

Depuis 15 jours, l'ennemi public n°1 en France se nomme Jérôme Cahuzac, ex-ministre du Budget et nouveau paria de la société française. Tout le monde veut sa peau (au moins médiatique), mais comme toujours dans ce genre de cas, ce n’est pas « si simple que ça ». Pourquoi ne faut-il pas trop lui en vouloir ?

  1. Il n’a pas menti à l’Assemblée nationale, il a gagné du temps
    Nuance.
  2. On ne peut pas lui reprocher d’avoir anticipé les mesures que lui-même allait mettre en place
    On ne reproche pas aux sismologues d’anticiper les tsunamis !
  3. Pour un homme politique, mentir les « yeux dans les yeux » à Jean-Jacques Bourdin, c’est une question de politesse
    Faut pas chercher plus loin.
  4. Et le proverbial second degré français, il est où ?
    Jérôme a poussé la blague un peu loin, mais bon… On peut plus rire de rien dans ce pays ?
  5. Tout ça, c’est de la faute des Suisses
    C’est à eux qu’il faut en vouloir. Les enculés.
  6. Sans Jérôme Cahuzac, jamais Villeneuve-sur-Lot n’aurait eu une telle visibilité médiatique
    Y a bien des villes paumées qui en rêvent.
  7. Avec cette histoire de corruption, la France a définitivement gagné ses galons de pays du tiers-monde
    À nous la prochaine Coupe du Monde de football !
  8. Jérôme Cahuzac est la preuve vivante (pour le moment) qu’on peut encore gagner de l’argent en France
    Un espoir pour tous.
  9. Comment reprocher à un mortel de vouloir se rapprocher du paradis ?
    Même fiscal.
  10. Depuis cette histoire, on a (un peu) moins entendu Frigide Barjot
    C’est toujours ça. Merci qui ?
  11. (bonus) Hollande nous avait promis un gouvernement normal
    Et un gouvernement, ça fraude, sinon c'est pas normal.

C'est sûr que vu comme ça...

(Merci à Michael Scott pour le bonus)