Depuis quelques années je suis rentrée dans la catégorie socio-professionnelle des propriétaires de chats. Heureuse maîtresse du petit Balek, je voue un amour tel pour cet animal que je considère comme mon fils que j’ai déjà pu troller Topito avec ce top des plus belles photos de mon chat, un chef d’oeuvre que je vous recommande vivement pour sa qualité esthétique. Dans cette conjoncture, il va de soi que j’ai instauré un rapport de soumission absolue à mon chat. Il me semble donc tout naturel de dormir avec lui et de virer l’autre naze qui me sert de conjoint. Vous me dites « malsain » ? Je vous réponds « bonheur ».

1. Tu ne te bats pas avec ton chat pour un bout de couette

Fini les embrouilles du soir. Ton chat il s’en fout pas mal de dormir à droite ou à gauche, de prendre trop de couette ou de se plaindre de ne pas en avoir assez. Pour lui, le monde se divise en deux catégories : les chats qui dorment sur la couette, et les chats qui dorment sous la couette. Toi, tu creuses.

2. OK ton chat prend toute la place mais la différence c'est qu'il a tous les droits

On a déjà parlé de ce paradigme inhérent à la majorité des propriétaires de chats. On n’a pas un chat pour lui imposer des limites, non. Le chat est maître, tout le temps, quoiqu’il arrive, en toutes circonstances. C’est donc tout naturel que le chat prenne ses droits sur le lit comme partout ailleurs dans ton appartement.

3. Si un horrible cauchemar déchire les entrailles de ton sommeil, il te suffit de le prendre dans tes bras pour retrouver une parfaite paisibilité

Meilleur moment de la nuit. Ça vaut presque le coup de faire un cauchemar pour vivre ça.

4. Ses poils couvrent déjà l'intégralité de ton lit donc t'es plus à ça près dans la respiration (et l'ingestion) de ces éléments allergènes

De toute façon, c’est pas les poils qui transmettent des allergies contrairement à une idée reçue sur les chats. C’est la salive qu’ils y déposent en se léchant le pourtour du derche.

5. C'est une bonne excuse pour ne plus jamais avoir de rapport sexuels

Idéal pour diminuer ainsi les risques de transmission d’IST ! En voilà une bonne nouvelle !

6. Il te réveille de bon matin et t'apprend que l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt

Pas comme ta moitié qui se réveille à 11h et mange des chocapic. Mais s’il/elle mangeait des Miel Pops, ce serait pas mieux, tu le/la détestes de toute façon.

7. Il peut t'empêcher de respirer en se poser sur tes poumons en pleine nuit (pour faire du poil à peau)

C’est pas trop chou ça ? Bon effectivement, dormir avec son chat t’expose à un sommeil quelque peu agité, mais pour cela on t’a déjà livré plein de conseils pour que ton chat te foute la paix la nuit et promis ça marque genre à 10 %.

8. Il est scientifiquement prouvé que la présence d'un chat au lit diminue les insomnies

Bon, j’avoue, il existe aussi tout autant d’études sur le fait que les chats (et chiens) ont plutôt tendance à flinguer ton sommeil dans la mesure où ils n’ont pas le même rythme circadien que toi. Bref, à vous de tester.

9. C'est comme une bouillotte mais en vachement plus poilu et vivant

Pour peu que tu colles ta voûte plantaire dans cet océan de poils, tu découvriras les vertus bienheureuses des pieds chauds. C’est l’avantage général du chat qui représente une source de chaleur bien sympathoche dans son pieu. Bien plus que l’autre gros.se lard.e qui sue quand il/elle a chaud et ne représente aucun avantage à la proximité. Parce que si tu mets tes pieds sur le ventre de ton mec ou de ta meuf, aussi poilu.e soit-il/elle, à part de la sueur aux pieds, tu ne récolteras aucun bénéfice.

10. Le ronronnement du chat est le meilleur somnifère

Je ne vous apprends rien. N’importe quel être humain normalement constitué ressent un apaisement à l’écoute d’un ronronnement y compris les gens qui n’aiment pas les chats (même si pour ma part cette dernière catégorie ne fait pas partie des personnes « normalement constituées » susmentionnées). C’est pas pour rien qu’on met en place des « ronron thérapies » ! Les vibrations sonores du ronronnement sont bienfaisantes pour le sommeil. Et pour la vie en général.

Si toutefois, vous ne vous sentez pas encore prêts à assumer une telle responsabilité, posez-vous tout de même les bonnes questions avant d’adopter un chat. Et si vous avez déjà franchi la ligne, n’hésitez pas à faire le plein de cadeaux inutiles pour chats.

Source : Futura Science, Ouest-France