Eric_-slowhand-_Clapton
Crédits photo (creative commons) : F. Antolín Hernandez

(Attention, top bête et méchant) Il est temps d'en finir avec le mythe Eric Clapton : tout guitariste qui se respecte le classe sans trop savoir pourquoi parmi les 5 ou 10 meilleurs manieurs de 6 cordes de l'Histoire, mais personne n'écoute vraiment ce qu'il fait, ou alors par hasard, sur Europe 2, en cherchant à échapper à Autoroute FM sur la route des vacances. Il est donc temps, au XXIème siècle, de remettre "Slow Hand" à sa place, celle d'une sympathique gratteux qui aura eu le talent d'être au bon endroit au bon moment.

  1. Eric Clapton est un mercenaire
    Clapton est actif en solo depuis 1970, mais a monnayé son talent un peu partout depuis plus de 50 ans : les Yardbirds, Cream, Derek and the Dominos, Blind Faith, John Mayall & the Bluesbreakers... on peut dire que le bougre bouffe à tous les râteliers. Et si il faut à la fois jouer pour l'album solo de George Harrison et pour celui de John Lennon et Yoko Ono, le mec n'a pas de face, il fait les deux.
  2. Eric Clapton est surtout connu pour ses reprises
    Cocaine? ouais, une chanson de JJ Cale. After Midnight aussi. Et I shot The Sheriff aura eu au moins le mérite de faire connaître Bob Marley. Les albums solo de Clapton sont autant de "tribute" à Robert Johnson ou à d'autres bluesmen d'avant guerre. En fait, Clapton, c'est un musicien de Fête de la Musique. Au mieux de mariage.
  3. Eric Clapton a piqué la meuf d'un pote (et ça, ça se fait pas)
    Celle de George Harrison, il lui écrira même Layla (ouais, super chanson, mais c'est Duane Allman qui fait le solo de slide à la fin, pas Clapton) alors qu'elle est encore avec le guitariste des Beatles. Et la preuve que la jeune fille n'a aucun goût, c'est que Harrison lui avait écrit Something un an avant, une chanson qui a quand même une autre gueule, et qu'elle s'est barrée quand même.
  4. Eric Clapton a failli prendre la place du même pote (et ça, ça se fait encore moins)
    En 1969, au milieu de l'enregistrement de l'album Let It Be, George Harrison claque la porte et Lennon envisage sérieusement de le remplacer par Clapton. Sa meuf, son job, pourquoi tu ne prends pas non plus tout son sang? Te fais surtout pas chier!
  5. Eric Clapton est devenu "God" un peu tôt
    Parce qu'en 1965, la concurrence ne fait pas encore rage. Est-ce qu'on aurait tagué « Clapton is God » dans le métro londonien quelques années plus tard, après avoir entendu Jimi Hendrix ou Alvin Lee ? Pas sûr. On peut décemment penser que Michel Platini n'aurait pas eu la même reconnaissance s'il avait joué après Zidane. Et bien Clapton, c'est pareil.
  6. Eric Clapton n'hésitait pas à "s'inspirer" grossièrement
    Faire des reprises c'est une chose. Reproduire une chanson sortie quelques années auparavant, c'en est une autre. Pour ça, c'est bien pratique le blues, tout se ressemble plus ou moins, et quand on pompe le travail d'un autre, on peut dire qu'il l'a sûrement lui même pompé quelque part. Ceci dit, si vous aviez acheté "Love Until I Die" de Ten Years After en 1967, c'était pas la peine d'acheter Crossroads de Cream en 1968. Reprendre le riff d'une chanson de l'année passée pour habiller une reprise d'un titre des années 1930, même Lenny Kravitz n'a pas osé le faire.
  7. Eric Clapton a un melon d'enfer
    On parle là d'un mec qui a appelé son premier album Eric Clapton et un de ses derniers "Clapton". Entre temps, il choisira "Slowhand" comme titre, un des surnoms qu'on lui a filé dans les années 1960 et il signera une autobiographie intitulée "Clapton" par Eric Clapton. Passons rapidement sur le fait que le mec a fait assurer ses mains (parce que c'est sûr, si Clapton se tordait un doigts, le monde s'arrêterait net...) et trempe ses doigts après chaque concert dans une solution spéciale pour éviter toute irritation. Eric, t'es devenu une diva.
  8. Eric Clapton a dit des conneries, même bourré c'est limite
    On est en 1976, lors d'un concert à Birmingham, Clapton manifestement beurré met le public en garde contre la montée de l'immigration est explique que le Royaume-Uni ne doit pas devenir une "colonie noire". Pour celà, il faut selon lui voter pour le conservateur Enoch Powell. "I think Enoch's right ... we should send them all back. Throw the wogs out! Keep Britain white!". Cette dernière phrase deviendra le slogan du Front National Britannique, ce qui craint un peu pour un type qui voue un culte sans borne pour le blues et qui a baptisé sa guitare préférée "Blackie".

  9. Eric Clapton a fait une reprise dégueulasse de Little Wing
    Hendrix est mort avant de pouvoir l'entendre. Il a eu de la chance dans son malheur.

  10. Eric Clapton, en vrai, on ne l'écoute jamais
    On ne supporte plus son Unplugged, diffusé en boucle dans les années 90, on se fout de ses hommages permanents aux glorieux anciens du blues acoustiques, on croise ses dernière productions dans les bacs de disques d'occase (en cherchant des albums des Clashs ou de The Clockwork Crew), bref, on vit très bien sans Clapton.
  11. Eric Clapton est toujours vivant
    Et on est très content pour lui. Mais dans l'optique d'un destin de rock-star, ce n'est pas très raisonnable d'atteindre sans forcer les 70 ans. Pour quelqu'un qui a tourné à l'héroïne dans les années 1970, qui a vu les mecs de Derek and the Dominos tomber un par un, qui a géré ces deuils en picolant plus que de raison, il se porte encore bien. Si il avait profité de ces années sombres, autour de 1972, pour casser sa pipe, il entrait tranquille dans le club des 27, et on ne serait pas à débattre de tout ça aujourd'hui.

Et vous, vous le mettez dans le top 5 des plus grands guitaristes?