Crédits photo (creative commons) : HelloImNik

Vous faites vos courses. Déjà, c'est pas bien marrant. Au moment fatidique de payer, on vous demande évidemment si vous avez "la carte de fidélité" du magasin ? Le graal quoi. Mais attendez une minute (comme dirait Berthier), ça ne serait pas complètement con, voire bien vicieux de nous poser une question pareille ? 10 raisons de croire que les cartes de fidélité sont une création du Malin...

  1. Il est simplement impensable que vous ne l'ayiez pas...
    On ne demande pas « avez-vous la carte de fidélité, madame? » Non, on affirme l'évidence: « vous AVEZ la carte de fidélité », en se donnant l'air de se souvenir que vous l'avez, alors que c'est la première fois que vous foutez les pieds dans ce magasin. Ne pas l'avoir serait donc une hérésie. Chez Carrefour, on ne plaisante pas avec la religion.
  2. ...et le ton employé volontairement vous le rappelle
    Ca transpire le bon sens. Évidemment que vous avez, gentil client fidèle, ladite carte. Ah noooon ? Vous seriez un peu idiot ? Quand vous répondez "non", la caissière lève les yeux aux ciels, le responsable du magasin fait son signe de croix.
  3. La refuser vous fout publiquement la honte
    Impossible d'échapper au ridicule de refuser une carte que l'on devrait posséder depuis longtemps. Le vendeur devient juge et spectateur de votre propre folie. "C'est quoi votre problème, exactement. Sécurité ! Sécurité !?". Vous vous sentez obligé de demander pardon de ne pas en vouloir. Et vous devez affronter le regard deux petites vieilles derrière qui dévisage l'hérétique que vous êtes en serrant très fort leur sac à main.
  4. L'accepter vous fout publiquement la honte
    Devoir confesser, en donnant au vendeur vos informations personnelles, devant la file d'inconnus grognons que VOUS êtes en train de retarder, que vous vous appelez Mademoiselle Follachié, que vous vivez aux abords d'une zone industrielle et que vous n'avez toujours par changé l'adresse « petite_fleur_98@caramail.fr », c'est lourd. En plus, vous donnez votre âge.
  5. C'est donner un peu trop de prestige à une supérette
    Une carte plastifiée Shopi, Dia ou Coop à côté de votre AmEx Platine et de la carte d'accès aux étages sécurisés de votre boite, c'est une source de confusion. "Je suis client Privilège chez American Express, je suis habilité à accéder à des zones très sensibles d'une centrale nucléaire et je suis client des Hyper U..."
  6. Ça va à l'encontre de votre liberté de choix
    Vous auriez des scrupules à acheter ailleurs et peut-être moins cher le robot mixeur qui vous rapporterait tant de points sur votre carte. Pour éventuellement par la suite vous permettre de choisir dans le catalogue, un robot plus petit et donc, moins encombrant.
  7. Ca fait partie de l'éducation publicitaire de votre désir
    Et donc, vous pousse insidieusement à la faute, en achetant des choses dont vous n'avez ni le besoin, ni réellement le désir. Mais via cette « fidélité », vous pensez vous disculper en achetant ces chaussures alors qu'au fond, vous n'en avez ni l'envie ni vraiment les moyens.
  8. Vous savez que vous n'en récolterez jamais les bénéfices
    Pour la simple et bonne raison que vous n'avez pas vraiment pigé le fonctionnement et que vous ne vous abaisserez jamais à demander à une hôtesse de caisse débordée ce à quoi cette carte vous donne vraiment droit. "C'est tout simple, la carte compte vos Miles pour chaque achat...", "ok... et?...", "Mais vous êtes complètement con ou quoi? Je vous dit que cette carte cumule vos Miles!"
  9. Une contradiction dans les termes
    La « carte de fidélité » est un stratagème sournois puisqu'elle indexe une vertu (la fidélité) sur une récompense (les réducs). Or le propre de la vertu c'est précisément qu'elle n'est pas un calcul. Un peu comme une médaille du mérite ou un contrat de mariage. T'as compris?
  10. La fidélité de la carte, c'est le contraire de la fidélité
    Conjugale, en tous cas, puisqu'en principe, (j'ai bien dit en principe), elle interdit d'aller voir ailleurs. La carte de fidélité, elle, vous laisse absolument libre d'aller voir ailleurs dans la mesure où vous revenez souvent dans le magasin. Être fidèle à un commerçant, ce n'est pas n'aller que chez lui, c'est juste le préférer aux autres. Tiens, ça vous fera peut-être un sujet de débat avec votre dulcinée ce soir à table.

Et vous, vous êtes fidèle en shopping?