Nianianiania le rosé c’est dégueulasse, nianianiania, tu veux pas boire du blanc plutôt nianianianiania tu nous emmerdes ! Et ton cul il est pas dégeulasse peut-être ? Hein ? Putain j’ai envie de boire du rosé, j’ai envie de boire du rosé, c’est pas la peine de chouiner pendant des heures. Prends le bon côté des choses : c’est très bon le rosé. Je te promets, comme Johnny.

1. C'est frais

Indubitable, irréfutable, réel, avéré, sûr : le rosé se boit frais et c’est très agréable. Si l’épisode caniculaire est derrière nous, l’été ne fait que commencer et, avec lui viennent les fins d’après-midi délicieuses passées à la terrasse d’un café en se déglinguant la tronche à coups de rosé. Peut-être que tu voulais un kir, mais tu pourras te consoler en te disant que c’est la même couleur.

2. C'est rose

Or, le rose est connu pour apaiser les tensions, même chez les enfants dingo-dingues qui mettent le feu à leur chambre. Tu peux donc boire du rosé avec tout le monde, y compris avec ton pire ennemi, quitte à refaire le monde et à se quitter meilleurs potos.

Source photo : Giphy

3. Ca ne peut pas décevoir

A partir du moment où il est dit, redit, connu et reconnu que le rosé, ce n’est pas bon, comment veux-tu être déçu en en buvant ? Autant un Pommard 1998 bouchonné peut donner des envies de suicide, autant un Listel frais sera toujours égal à lui-même. Les amateurs de vie égale sauront de quel côté de la barrière se tenir.

4. C'est sympa d'en prendre, même si ce n'est pas bon

Ce qui est sympa, avec le rosé, c’est de prendre du rosé. Comme avec le pastis : on aime l’idée d’en boire, même si on n’aime pas spécialement l’anisette. On prend du rosé pour célébrer ce moment où l’on a la possibilité de prendre du rosé. Célébrons l’instant présent. Buvons du rosé.

5. Il en existe des très bons

Ils sont rares et personne n’y connaît rien, mais il existe des cuvées de rosé qui, dans leur catégorie, valent bien les bonnes cuvées de Pessac-Léognan. Le tout, c’est de se renseigner pour ne pas boire de la piquette. C’est l’effet Michael Bay : ce n’est pas parce que le mec est connu pour faire des merdes qu’aucun de ses films ne sera jamais regardable. Laissons lui sa chance.

Source photo : Giphy

6. Avec quoi d'autre veux-tu accompagner une pizza aux fruits de mer ?

La vraie question serait : pourquoi diable prends-tu une pizza aux fruits de mer. Mais maintenant que c’est fait, tu n’auras d’autre choix que de commander un Côtes de Provence.

7. Tu peux choper des glaçon dans le seau à glace et les mettre dans le cou de ta meuf

LOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOL

« T’es trop con putain ! »

8. C'est galère à produire, alors maximum respect

Il n’y a pas plus complexe à produire que le rosé. Wikipédia le dit : « L’élaboration du vin rosé pose des problèmes techniques originaux et exige des connaissances spécifiques. » En plus, ce que recouvre l’appellation rosé est un bordel sans nom, et il faut donner aux viticulteurs exigeants la possibilité de faire vivre leur production.

9. C'est un plaisir de gens simples

Regardez ce beau tableau paysan du XV° siècle. Qu’est-ce qu’ils boivent ? Je vous le mets dans le mille. Et que buvaient les richous, pendant ce temps-là ? Hein ? Alors, tu es un travailleur ou un rentier ? De quel côté tu te situes ? Elle est où, ta solidarité ? Tous en choeur ! « C’est la lutte finale / Groupons-nous et demain / L’Internationale / Sera le genre humain ! »

Crédits photo (creative commons) : Public domain

10. Bacchus ne s'en prive pas, lui

Or, on pourra dire ce qu’on veut, mais Bacchus est quand même un mec qu’on préfère avoir de son côté plutôt que de celui de ses ennemis.

Crédits photo (creative commons) : Public domain

Rosa rosa rosam, rosé rosé rosa, rosé rosé rosas, rosarum rosis rosis.