Crédits photo (creative commons) : adamkr

Malgré des règles simples ("çui qui court le plus vite", "çui qui saute le plus haut", "çui qui jette un machin le plus loin"...), l'athlétisme n'est sous les feux des projecteurs que tous les 4 ans, pour les JO. Parce que même pour les Mondiaux, on s'en branle. Du coup, néophytes que nous sommes, nous ne comprenons pas certaines règles aussi tacites qu'immuables qui semblent régner sur les pistes. Et c'est pas Patrick Montel, occupé à nous présenter les "nouvelles perles du demi-fond éthiopien" qui va prendre le temps de nous l'expliquer.

  1. Pourquoi un lanceur doit-il gueuler sur son marteau après chaque jet?
    Est-ce utile d'insulter en hongrois un pauvre marteau qui n'a rien demandé à personne? Et que disent-ils exactement ? "Vole petit marteau! Va au bout de tes rêves! Va et ne te retourne point!..."
  2. Quel est l'intérêt de freiner à la fin d'un sprint en série ?
    "Relâcher", admettons (et encore, on peut se demander en quoi économiser 2m peut être rentable) mais carrément freiner au risque de se croûter, c'est incompréhensible. Qu'est ce qu'il se passe si tu bats le record du monde en demi-finale ? Tu vas en prison ?
  3. Comment décide-t-on de faire "lièvre" dans une course de fond?
    Est-ce qu'on engage des athlètes exprès pour cette tâche ingrate qui consiste à se cramer pendant les premiers tours ? Et dans ce cas, pourquoi on reproche à des joueuses de badminton chinoises et coréennes de faire exprès de perdre ? Parce que les "lièvres", malgré toute leur bonne volonté, ils ne viennent pas pour gagner. C'est ça l'esprit olympique ?
  4. Est-ce que ça a un intérêt de faire taper les gens dans leurs mains au saut en longueur?
    Non, parce que les mecs dans le public, ils n'ont pas payé leur place pour faire du sport. Commence déjà par réussir ton saut, et on applaudira après. Tu t'es cru où, là ? "Allez... Tous avec moi!!!" N'est pas Patrick Sebastien qui veut.
  5. Pourquoi les Jamaïcains sont si balaises en sprint ?
    Jusqu'ici, les Jamaïcains, on les imaginait vivant à deux à l'heure, avec des dreads et écoutant des vinyles de Burning Spear en disant "yeah man" à tout bout de champ. Mais pas courir le 100 mètres en moins de 10 secondes. Il doit y avoir un truc avec le soleil.
  6. Pourquoi il y a du 100m et du 200m si c'est pour y retrouver les mêmes mecs ?
    Dans ce cas-là, pourquoi ne pas remplacer tout ça par un 150m qui mettra tout le monde d'accord ? Ou alors on mesure les athlètes sur un tronçon d'autoroute avec un radar de police pour déterminer le plus rapide, fini les embrouilles de "mauvais couloir", de "course en aveugle" et de virages plus ou moins prononcés.
  7. Pourquoi avoir gardé un Marathon de 42,195 km ?
    Selon Google Map, la distance entre Marathon et Athènes, c'est moins de 36 kilomètres (40 kilomètres en bagnole avec les sens uniques). Donc soit le messager grec chargé d'annoncer la victoire contre les Perses a fait un détour pour acheter des clopes, soit on est resté sur le petit caprice de la famille royale d'Édouard VII qui désirait en 1908 que la course démarre du château de Windsor pour se terminer face à la loge royale dans le stade olympique. Encore un arrangement du règlement pour les Anglais.
  8. Pourquoi les femmes se contentent d'un 100m haies ?
    Parce que si on considère qu'avec leurs petites jambes de gonzesses, elles pourraient casser leurs talons dans les 10m qui restent, allons-y, et la course de fond féminine devient le 4990m, on fait du double-saut et on organise un 4x90m en relais...
  9. Est-ce vraiment indispensable de porter des lunettes de ski pour disputer un 400m ?
    Parce qu'il faut pas déconner, les mecs vont vite, mais même en mobylette on peut faire 400m sans visière. Et si c'est pour se protéger du soleil, pourquoi pendant les matchs de foot on ne voit pas les 22 joueurs faire leur partie en Ray-Ban ?
  10. La "marche" ? Qu'est ce que c'est que cette épreuve à la con ?
    Un truc aussi crevant que la course, qui bousille le bassin et qui exige qu'une armée de juges s'assurent qu'il y a toujours un pied collé au sol ? C'est effectivement complètement con. Quelle idée d'ajouter un handicap dans une épreuve aussi simple et pure que la course à pied ? Ça valait bien le coup d'arrêter le saut en longueur sans élan... Ou alors on lance le saut en largeur, le 100m à cloche-pied et les courses en fauteuil avec une roue voilée pour les Paralympiques.

Et vous, vous avez percé les secrets de l'athlétisme pendant ces JO ?