Vous pensez que votre enfant est surdoué car il est en échec scolaire et qu’il ne s’entend pas avec sa maîtresse ? Comme beaucoup de parents vous n’acceptez pas que c’est juste un sale garnement et vous cherchez une explication psychologique et scientifique par refus de la vérité. Ça s’appelle le déni. C’est pas grave on ne vous en veut pas, au fond vous ne savez pas vraiment ce que veut dire le terme surdoué ou « zèbre », et nous non plus avant de faire ce top, donc c’est parti pour l’instant culture.

1. D'où vient le terme "Zèbre" ?

Cette expression a été introduite par Jeanne Siaud-Facchin, une psychologue spécialiste des enfants surdoués, parce qu’aucune appellation n’était vraiment bonne avant.

En France on utilise la formule « intellectuellement précoce » laissant entendre que ces enfants sont en avance sur les autres pour leur âge mais qu’ils pourront être rattrapés. Mais un enfant précoce deviendra un adulte surdoué, à vie. Il y aura toujours une différence. En plus, le terme « précoce » induit une supériorité, il hiérarchise les enfants (et c’est pas très gentil). A l’international on préfère utiliser le sigle « HP » qui signifie « haut potentiel », ce qui peut mettre une certaine pression à l’enfant car s’il a un potentiel élevé alors il se doit de l’utiliser. Pas ouf non plus.

Jeanne Siaud-Facchin s’est emparé de l’expression « zèbre » pour illustrer leur caractère atypique et unique, griffés par la vie comme le sont les animaux du même nom. Ce surnom se veut amical, mais bon, il n’est pas parfait non plus parce qu’un peu ridicule.

2. Comment repérer un enfant intellectuellement précoce ?

Dès la petite enfance des signes peuvent apparaître : le bébé est tonique, scrutateur (éveillé et curieux), il ne dort pas et commence à parler très tôt, ou plus tardivement mais tout de suite de façon correcte, avec un vocabulaire riche pour son âge. Une fois l’apprentissage de la langue effectué, un enfant zèbre va souvent se mettre à poser beaucoup de questions et commencer à s’interroger, bien avant les autres, sur des questions existentielles (la vie, la mort, le monde, la maîtresse de papa…) Il sera également désireux d’apprendre très jeune à lire et à écrire (seul ou avec l’aide des adultes). Pour confirmer ce diagnostic il est recommandé de faire passer un test de QI à l’enfant. Le test de Wechsler est le plus utilisé, pour la petite info.

Source photo : Giphy

3. Quelle est la différence avec l'autisme, le syndrome d'asperger ?

L’autisme, c’est un trouble du développement humain caractérisé par des difficultés de l’apprentissage social et de la communication. Les autistes ont souvent des comportements présentant des activités et des centres d’intérêt restreints, stéréotypés et répétitifs, comme aligner des boites de conserve ou de sortir tous les aliments du frigo (oui, on caricature un peu, mais allez voir notre top là-dessus, c’est plus complet).

Le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme, il s’associe souvent à une maladresse physique et à une utilisation atypique de la parole, même si ces deux caractéristiques ne sont pas obligatoires. Il n’entrave pas forcément le développement de l’intelligence mais a de lourdes conséquence sur les interactions sociales. Ça veut dire que certains Asperger sont très intelligents (mais pas tous, et sur un domaine souvent restreint) et qu’ils ont souvent des difficultés sociales. En tout cas, rien à voir avec les surdoués, c’est pas la même chose.

4. Comment aider un enfant précoce ?

Les parents peuvent faire le choix de le cacher à leur entourage ou d’en parler à quelques personnes de confiance uniquement, c’est eux qui voient. Par contre il est fortement conseillé d’en parler au corps enseignant pour qu’il puisse accompagner l’enfant durant sa scolarité, notamment parce que l’enseignant peut passer à côté de cette spécificité par méconnaissance.

Le plus important, c’est de rester à l’écoute de l’enfant, de tempérer ses inquiétudes dues à ses difficultés à sociabiliser avec des enfants de son âge, et généralement de faire gaffe à ce que les autres gosses ne l’excluent pas trop. Bref, il faut être patient, bienveillant et comprendre que l’enfant ne réfléchit pas de la même manière que les autres, ce qui explique ses comportement atypiques. Pour beaucoup de parents dont l’enfant est zèbre le tout est de lui faire sentir que sa différence ne le rend ni inférieur, ni supérieur aux autres.

5. Est-ce qu'il y a quelque chose de différent dans le cerveau d'un enfant précoce ?

Leur cerveau droit est prédominant, à l’inverse du reste de la population. Ils sont donc plus intuitifs, plus créatifs et plus émotifs. Voilà du concret.

Source photo : Giphy

6. Combien y a-t-il d'enfants précoces en France et comment ce chiffre évolue ?

Laissez-moi vous dire qu’ils ne sont pas aussi nombreux que les parents veulent bien le croire. Il y a environ 2,3% d’enfants intellectuellement précoces en France, soit 200 000 personnes. Et pour info c’est un taux invariable donc y en a pas plus qu’avant bien que les consultations pour déceler la précocité augmentent grave. Donc encore une fois c’est pas parce que votre enfant est nul en cours qu’il est surdoué. Déso pas déso.

7. Pourquoi les précoces ont souvent une scolarité difficile ?

Attention, certains zèbres ont une scolarité dite « classique » et d’autres s’en sortent même extrêmement bien et capitaliseront les meilleurs notes tout au long de leur parcours scolaire. Mais pour certains c’est plus compliqué, malgré leur haut potentiel ils se retrouvent en échec scolaire, plongeant dans l’incompréhension parents et professeurs.

Eh ouais, parce que le principal ennemi d’un enfant précoce est l’ennui. À l’école leur cerveau va plus vite que les autres et ils peuvent donc se désintéresser de connaissances déjà acquises et marquer leur trouble en faisant chier tout le monde. Leur côté perfectionniste explique aussi le renoncement à certaines activités car pour l’enfant zèbre l’insatisfaction s’exerce telle une souffrance aiguë. Il peut fondre en larmes parce que son dessin de squelette n’est pas à la hauteur de ce qu’il voulait faire (on ne se moque pas). L’enfant surdoué a très souvent des grosses difficultés d’écriture, encore une fois parce que son cerveau va beaucoup plus vite que ses mains. Ses idées étant plus rapides que sa vitesse d’exécution manuscrite, il ne voit tout simplement pas l’intérêt d’écrire. Pas tous hein, mais certains.

Et il a bien raison puisque avec l’ordinateur y a plus d’intérêt à écrire. C’est quand la dernière fois que vous avez écrit une lettre ?

8. Quelles sont les caractéristiques d'un enfant zèbre ?

Ils présentent des caractéristiques affectives communes comme l’hypersensibilité, l’empathie et une très grande lucidité. Les Zèbres ont un système de pensée en arborescence c’est-à-dire que leur pensée foisonne tout le temps, chaque donnée se divise en nouvelles idées qui s’associent rapidement et simultanément (ça part dans tous les sens, quoi), quand le reste des gens fonctionne avec une pensée linéaire et plus structurée (c’est nous les nuls).

Leur mémoire est aussi plus grande, ils ont besoin de tout comprendre, de percevoir le sens et la précision de tout. Leur raisonnement logico-mathématique est différent aussi, ils sont très doués en maths mais ont du mal à expliquer comment ils sont arrivés au bon résultat. Un peu comme nous : on arrive au mauvais résultat mais on sait pas comment non plus. On n’est pas si différent en fait.

Moi aussi j’hésite à faire passer un test de QI à mon chat, il n’entend rien à mon autorité, je crois qu’il essaye de me dire quelque chose.

Sources : France Info, l’Express , Psychologies, Libération, Les Vendredis Intello, Wikipedia