Soit qu’il semble issu d’un calcul électronique plutôt que d’une quelconque imagination, soit qu’il traite de manière méliorative les robots au détriment des humains, un scénario généré par un robot ne passe pas inaperçu. À l’aube de la domination mondiale des droïdes et de notre extermination finale (je vous assure, ça va arriver, je l’ai vu dans un film), il est temps d’exercer notre regard pour détecter les œuvres de propagande que les robots nous imposent. Ouvrez l’œil – et le bon.

1. Tous les éléments du scénario te font penser à un autre film

Le héros est courageux. Le flic est à quelques jours de la retraite et a arrêté de fumer. Le méchant n’a pas de mobile. L’héroïne a du mal à se remettre d’une difficile histoire d’amour. Un type gros sert de meilleur copain au héros. Le personnage noir meurt en premier. Il y a à la fois de la comédie, de l’horreur, du thriller et du documentaire animalier. Les dialogues contiennent tous un mot-clé. Google est cité 127 fois.

Source photo : Giphy

2. Les personnages parlent en phrases inspirationelles trouvées sur auféminin.com

« L’amour est la seule chose qui transcende le temps et l’espace ».

Plus tard, un personnage semble hésiter à dire à son pote « Tague un pote qui est ton meilleur pote ».

3. Les personnages ne font que des blagues qu'on trouve dans des recueils de blagues sur Internet

Retenus par un fil au bord d’une falaise, le héros et son acolyte blagueurs s’inquiètent.

– Il faut qu’on se sorte de là Michael !

– Oui, Franck ! Mais tu sais que ta mère, elle est tellement grosse que ton père ne la désire plus et que du coup ils ont des problèmes de couple ?

4. Les chansons du films sont tous les hits de l'année écoulée

Quand Ed Sheeran et Luis Fonsi se côtoient aux côtés de Julien Doré. Ou comment faire une compil Power Hits 2017 en y adossant le nom d’un film à succès.

5. Tous les personnages humains sont antipathiques, tous les personnages robotiques EXTRÊMEMENT sympathiques

Le tueur ? Un humain. La femme qui trompe tout le monde pour arriver à ses fins ? Un humain. Le flic ripoux ? Un humain. Le traître ? Un humain. Ils sont tous laids. Ils sont tous veules.

Par contre, les ordinateurs sont flambant neufs et passent du Alpha Blondy en dansant pour s’occuper tandis qu’ils se chargent de sauver le monde.

Source photo : Giphy

6. À la fin, ce sont les robots qui gagnent

Et ils se font un high five avec un air complice. Les humains, eux, sont entassés morts dans des charniers affreux. Pourtant, c’est une musique gaie qui accompagne la scène tandis que robot numéro 1 se branche sur robot numéro 2 entre deux grands éclats de rire.

7. Quand le héros et l'héroïne se regardent intensément avant de s'embrasser, ils se parlent de circuits électriques

« Tu savais, Brandon, qu’en intervertissant la sonde de Bronshild avec le permutateur phyisio-électronique, on pouvait obtenir un voltage supérieur à celui d’une sonde infra-lumineuse ? » « Oh Brenda, je ne sais pas ce qui me retient de, ce qui me retient de vous court-circuiter ». « Rien ne t’en empêche, Brandon »

8. Le film est sous-titré en langage binaire

Pour pouvoir toucher un large public incluant à la fois les ordinateurs, les robots domestiques, les appareils électroménagers dits intelligents, les Smartphones et les navettes spatiales. Un super coup de production qui permettra de dépasser largement les succès d’Avatar ou de Titanic sur le plan comptable. Bravo.

9. La scène la plus intense du film est un bras de fer entre deux robots

Elle dure 25 minutes. Les deux robots ayant été fabriqués sur l’exact même modèle, elle ne donne lieu à aucun mouvement d’aucune sorte. La musique qui l’accompagne est une boucle midi de 7 secondes reconduite en boucle. Ah : j’ai vu un spectateur bâiller, au premier rang.

Source photo : Giphy

10. Le film dure 2 millions d'années

« De l’avantage d’être immortel », un recueil de mémoires du scénariste multiprimé XB-074, connu pour sa liberté de ton à l’heure d’écrire des histoires nouvelles.

Ils ont trop d’idées les droïdes.