L’espagnol est une langue super imagée. Là où le français cherche à mettre du sérieux dans la plupart de ses mots, l’espagnol a une approche pragmatique qui, parfois, révèle la vraie nature des objets et concepts que l’on décrit quand on rapproche le vocable espagnol de son homologue français. Ces phrases sont vachement compliquées par rapport à un top essentiellement débile.

1. Godemichet = Consolador

C’est vrai que quand t’as pas le moral, que tu viens de te faire virer de ton taf, que t’es à moins six mille euros et que les huissiers viennent chez toi, que ton partenaire te trompe avec ton meilleur pote, que tu dois faire le ménage et que t’as plus rien à bouffer et plus un centime pour bouffer, un petit coup de sextoy ça peut te consoler tranquille pour repartir du bon pied. C’est prouvé.

2. Enceinte = Embarazada

En même temps c’est vrai que se retrouver avec un énorme bide pendant 6 mois a minima le temps que l’embryon devienne foetus puis bébé tout en étant tout le temps crevé, sans pouvoir boire un seul verre, obligée d’arrêter de fumer pour ensuite te retrouver pendant 18 ans avec un truc qui te ressemble vaguement et ne cesse de te faire des reproches alors qu’il te pompe toute ta thune, c’est embarrassant. Faut reconnaître.

3. Pompier = Bombero

C’est vrai que quand y’a un incendie chez toi, pouvoir compter sur un mec qui pose des bombes c’est toujours pratique histoire de soigner le mal par le mal.

4. Faible = Débil

C’est vrai que quand tu te retrouves seul face à un ours alors que déjà tu passais pas une bonne journée parce que tu avais un caillou dans ta chaussure et que tu sais que tu as toutes les chances de crever parce que t’es pas assez baraque du tout, et bah tu te sens quand même un peu débile.

5. Les menottes = Las esposas

C’est vrai que quand tu te retrouves à te faire arrêter par les flics et qu’ils te passent les menottes et que tu peux plus bouger une main seule ni d’ailleurs te gratter le dos, tes poignets se rapprochent vachement et c’est pas impossible que tout ça se termine en mariage.

6. La retraite = La jubilacion

Il faut reconnaître, aussi, que quand tu peux enfin prendre ta retraite après 42 honnêtes années de cotisation pour toucher 60% de ton brut en passant ta journée à regarder Le Renard et Zorro en conjurant la mort par la pratique du jardinage, on peut dire que tu jubiles en pensant à tous ceux qui, eux, continuent à aller pointer tous les matins.

7. Pointilleux = Tiquismiquis

Après, c’est vrai que cette faculté à toujours faire des petits reproches en pointant des trucs du doigt dès qu’on te propose quelque chose ou qu’on te demande ton avis sur une production parce que rien n’est jamais assez bien pour toi ou que tu as absolument envie de prouver ton existence fait de toi un être profondément gnagnagnesque ou tiquismiquisque.

Meilleure langue.