Le chien, meilleur ami de l’homme ? Rien n’est moins sûr. Deux spécialistes du développement durable, Robert et Brenda Vales ont publié un ouvrage édifiant « Mangez votre chien, un guide pour un mode de vie durable » dans lequel ils montrent l’impact carbone de nos compagnons. Parce que ça pollue ces bestioles. Selon leur étude, un berger allemand consommerait autant d’énergie qu’un 4×4 à raison de 164 kilos de viande et 95 kilos de céréales par année (et à moins qu’on ait un 4×4 végan, c’est peu ou prou ce qu’il consomme en énergie également). Voici donc les preuves que nos chiens, tout comme les chats, sont pas jojo pour la planète. Et grâce à qui ? Grâce à nouuuuuuuus !

1. Ils bouffent des croquettes dégueulasses

L’alimentation des chiens est un drame. Leurs croquettes à base de céréales et de viande qui sont produites dans des conditions plus que douteuses, coûtent une blinde et ont un impact carbone salé puisqu’elles sont le plus souvent importées (on n’a pas encore trouvé des croquettes bio, de saison et issues de circuit court) et contiennent en majorité de la viande de bœuf.

Du coup, à la place : facile, on leur file nos restes. Pas de gaspillage. Pas de croquette. Pas de dépenses inutiles. Du bonheur.

2. Ils chient partout

Les chiens n’ont pas la civilité de faire leurs besoins aux toilettes. A la place il le font dans la rue. Et leurs maîtres ne sont pas toujours au taquet pour récupérer le bel étron. Au delà du fait que c’est dégueu et que ça pue, ça pollue les sols. Parce qu’avec les pluies qui nettoient le caca, les bouses se retrouvent dans les cours d’eaux, or elles sont pleines de germes et de bactéries qui n’ont rien à foutre dans les rivières.

Du coup, à la place : on ramasse évidemment les bouses de son chien et à la rigueur on les composte.

3. Ils sont trop nombreux

Aux Etats-Unis ils sont 61 millions à peupler les foyers, en France 9 millions. Bref ils sont sympas mais ils sont nombreux. C’est pas de leur faute bien sûr mais bien de la nôtre. Les élevages ont entraîné une « surconsommation » du chien et donc de sa prolifération.

Du coup, à la place : on les adopte dans des refuges, ça coûtera mille fois moins cher et au moins tu auras le bonheur inégalé de sauver un chien d’une cage rouillée avec des seringues qui contiennent le virus du sida dedans.

4. Ils bouffent des jouets en plastique

Bah ouais parce qu’on est bien con : on se dit naïvement que notre chien sera content avec un nouveau jouet. Alors déjà de une, non il s’en fout, pas besoin d’acheter son amour comme avec un enfant. Et de deux, si vraiment tu veux lui acheter un truc, évite les jouets en plastique fabriqués en Chine qui ont fait huit fois le tour du monde avant de se faire déchiqueter par ses canines.

Du coup, à la place : une bonne vieille pantoufle toute trouée ça fera l’affaire.

5. Quand ils meurent on peut même pas les bouffer

Alors que ce serait un juste retour des choses. Un ragoût de chiens en hommage à Rex qu’on a tant aimé durant toutes ces années. Non ? Ça vous chauffe pas ? Sinon vous pouvez vivre au Vietnam où la viande de chien squatte les menus de quelques restos (pas super mainstream, il est vrai).

Du coup, à la place : on fait une tartiflette avec son chihuahua après trépas.

6. Ils jettent leurs mégots de clopes n'importe où

Le tabac chez les chiens est un véritable fléau. A force de rien branler de la journée, les chiens se sont mis à fumer clope sur clope sauf que comme ils bossent pas, qui c’est qui leur paye tout ça ? C’est bibi…

Du coup, à la place : on éduque son chien. On peut aussi l’inciter à ne plus fumer en lui montrant que le tabac coûte très cher et cause des cancers du poumon.

7. Ils prennent l'avion 15 fois par an

les chiens sont de grands voyageurs c’est bien connu. Dès qu’ils peuvent prendre l’avion ils le font. Les voyages de chiens représenteraient 60 % des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial, c’est dire.

Du coup, à la place : on sensibilise le toutou. On lui parle de l’impact carbone des trajets en avion et on lui explique que c’est pas parce qu’il a trouvé un vol à moins de 20 euros pour partir en week-end à Madrid qu’il faut qu’il se rue sur le bon plan… Un peu de patience mais ils devraient finir par comprendre.

Bon en vrai, vous l’aurez compris, les chiens ne sont polluant qu’à cause de nous et il ne tient pas à grand chose de réduire leur impact carbone.

Source : 30 Millions d’amis