lego-fitness
Crédits photo (creative commons) : Pascal

Prendre du muscle implique de grandes responsabilités. Toutes celles et ceux qui s'acharnent dans les clubs de gym plusieurs fois par semaine le savent pertinemment. De quoi y réfléchir à deux fois avant de décider d'essayer de devenir hyper baraqué...

  1. Vous marchez comme un vieux de 95 ans le lendemain d'un bonne séance de jambes
    Seuls les vrais, comprendre par là ceux qui ne bossent pas que le haut du corps, savent à quel point les courbatures liées à une séance de jambes bien hardcore, sont douloureuses. Du coup, les deux ou trois jours qui suivent l'entrainement obligent souvent à se déplacer comme si on venait de subir une opération des genoux. Les mollets étant particulièrement sensibles.

    legs
  2. Vous devez faire face à des accusations de dopage quasi quotidiennement
    Le mythe de l'armoire à pharmacie a la peau dure pour une simple et bonne raison : parfois, c'est vrai. Des pratiquants s'injectent toutes sortes de saloperies dont certaines destinées aux chevaux de courses et parfois, les conséquences sont désastreuses. Pour le reste, à savoir la whey ou les protéines, pas de quoi en faire tout un fromage non ? Même si la composition de ces produits est parfois aussi nébuleuse que celle du surimi. Et tant qu'on parle fromage, privilégiez le 0% hein ? Cela dit, rien ne vaut l’entraînement à l'ancienne, sans additif d'aucune sorte.
  3. Cette corne persistante à l'intérieur de vos mains fait peser de lourds soupçons sur vos activités solitaires
    On passe sur ceux qui utilisent des gants ou qui mettent de la mousse pour attraper les barres. Les pratiquants les plus hardcore y vont à mains nues et forcément, ça laisse des marques. Alors non, une bonne fois pour toute, rien à voir avec les plaisirs solitaires, même si parfois, parvenir à battre son record au développé-couché peut s'avérer quasi-orgasmique (quasi).
  4. Vous êtes un boulet pour ceux qui ont le tort de vous inviter à manger
    Faire de la musculation, c'est soulever du poids, mais aussi surveiller son alimentation. A la maison mais pas que, tant les écarts peuvent avoir des conséquences fatales sur la bonne réalisation des objectifs. Forcément, pour la personne qui vous reçoit à manger et qui vous voit refuser tout ce qu'elle vous met sous le nez, c'est assez frustrant. De quoi faire de vous un invité de merde, sans aucun doute.

    rocky
  5. Vous évitez comme la peste les déménagements
    Non parce qu'il ne faudrait pas se claquer un truc en portant une armoire normande à l'arrache ! Un coup à bousiller votre prochaine séance et à porter un coup fatal à de nombreuses années d'efforts acharnés.
  6. Vous devez subir la musique de merde des salles de sport
    L'idée reçue qui affirme que toutes les personnes assidues aux salles de sport ont des goûts musicaux lamentables est totalement fausse. Pour beaucoup, être forcé d'écouter cette dance abominable ou ces remix tout moisis de hits radio à la ramasse est une vraie torture. Surtout que le volume intolérable de la musique interdit toute tentative de s’entraîner avec un casque et sa propre playlist.
  7. Vous vous sentez quasiment obligé de vous prendre en photo devant le miroir de votre salle de bain
    Aucune vanité là-dedans. Il s'agit juste de mesurer concrètement l'avancée des progrès !

    muscu selfie
  8. Votre ostéopathe est votre meilleur ami
    Il vous a même fait une carte de fidélité !
  9. Mine de rien, faire de la musculation coûte un bras
    Si on additionne l’abonnement à la salle (les vrais s’entraînent à la salle et pas à la maison), la bouffe qu'on achète en quantité industrielle, et les éventuels produits complémentaires vendus, faire de la musculation est aussi une épreuve pour le compte en banque.
  10. Établir le programme parfait peut vous prendre des heures
    Pour prendre du muscle, soulever de la fonte comme un bourrin ne suffit pas. Établir un bon programme est essentiel ! Le genre de truc qui peut déboucher sur une prise de tête monumentale, afin d’optimiser au mieux son entraînement, sans risquer la blessure.
  11. Et vous, comment gérez-vous votre entraînement ?