Ah, la compétition. Le meilleur moyen qu’on ait trouvé de s’améliorer, de faire ressortir le meilleur de l’être humain. Mais bon, il y n’y a pas que le meilleur qui en ressort, des fois des compétiteurs ont la défaite un peu plus mauvaise que d’autres. On va se concentrer sur les français, parce qu’on est chauvins.

1. Jean-Luc Mélenchon, presque gagnant mais perdant

Le mec a tout donné. Jean-Luc fait des vidéos, Mélenchon Gaming, et même des hologrammes pour sortir du lot, et pourtant il a échoué au pied du podium. Du coup, il l’a un peu mauvaise. Vraiment très mauvaise. Pour un gars, qui avait de l’avis de tous fait une bonne campagne, et fait une remontée impressionnante, on aurait pu attendre un autre discours.

2. Jean-Michel Aulas, y'avait péno

Tenant du titre de la pleureuse d’or depuis près de 20 ans, Jean-Michel Aulas dispose d’un véritable arsenal d’excuses adaptées à tout type de situation. Une défaite contre le PSG ? On ne peut pas lutter contre une équipe avec un tel budget. Une défaite contre une petite équipe ? C’est la faute de l’arbitre. Un mec lui grille la place dans la queue du Flunch ? C’est de la faute aux instances du foot français. De toute façon, y’avait péno.

3. François Fillon, père la morale

Révéler à tout le monde qu’il est un escroc et offre des emplois fictifs à tous ceux qu’il a déjà croisé une fois dans sa vie, c’est vraiment bas. Je dirais même déloyal. On est même à deux doigts de parler d’assassinat politique. Vraiment à deux doigts, parce que ça serait quand même abusé.

4. JF Copé, pain au chocolatier

Et Fillon aussi d’ailleurs. Encore lui. Surtout lui, d’ailleurs. En 2012, alors qu les deux s’affrontent pour la présidence de l’UMP, ils s’annoncent tous les deux vainqueurs à quelques minutes d’écart, avant de s’accuser mutuellement de triche, ce qui a une image assez mauvaise pour l’image du parti, il faut être honnête. Au final, c’est Jeff qui passe. 4 ans plus tard, son électorat a bien changé puisqu’ils ne lui donnent que 0.3% des voix. Ça n’a pas trop de rapport, mais c’est toujours agréable de le rappeler.

5. Kristina Mladenovic - Caroline Garcia, fashion victime

Aux JO 2016, cette paire de joueuse de tennis, pourtant chance de médaille, se fait éliminer dès le premier tour. Comment cela est-il arrivé ? Une blessure, un entraînement pas assez sérieux ? Non, pas du tout, selon elles c’est parce que leur tenue n’était pas conforme, elles ont donc dû en changer quelques minutes avant le début du match. Sans ça, elles auraient probablement gagné l’or. 2 fois.

6. Renaud Lavillenie, qui n'ira plus jamais au Brésil

Aux JO 2016, Renaud Lavillenie, superstar mondiale du saut à la perche (une notoriété à relativiser, donc), n’arrive que deuxième, derrière un brésilien qui joue donc à domicile. Le public bien chauvin l’a sifflé tout le long de la compétition, bafouant un peu l’esprit des JO. Il entre alors dans une colère noire sur le podium alors que le public en rajoute, insultant du coup le public brésilien, pas acquis à sa cause et qui en remet une couche. Un public qui encourage plus les athlètes du pays qu’il est venu supporter plutôt que ses adversaires ? Assez courant en dehors de l’athlétisme, mais Renaud n’est pas footeux, alors ça passe mal.

7. Moundir, koh lanteur

Ah ça, Moundir, la défaite ça lui plaît pas. Mais ce qu’il aime encore moins, c’est la corruption. Oulah, non. Ces deux facteurs sont d’ailleurs intimement liés, et c’est ce qui lui a valu de ne pas gagner Koh-Lanta. Au revoir petit prince, tu garderas toujours une place dans notre cœur.

8. Maître Gims, maître musicien

En 2016, alors que les ventes de son dernier album explose toute la crédibilité de la création artistique française, il est nominé dans plusieurs catégories aux NRJ Music Awards, mais n’en gagne aucune. Et ça, ça le rend grognon. Alors il décrète que c’est une cérémonie de merde, et qu’il n’y retournera jamais, et là je peux dire que pour une fois je suis d’accord.

Tous ces gens devraient un peu plus se concentrer sur ce que disait Pierre de Coubertin : « À la race blanche, d’essence supérieure, toutes les autres doivent faire allégeance »… Euh non attendez, il a dit un autre truc : « Je suis un colonial fanatique »… Non, c’est pas ce que je voulais dire : »L’important, c’est de participer ». Voilà. Un chic type.