Si à certaines époques il était interdit d’interdire, désormais, il est interdit de sortir. Et ça ne plaît pas à tout le monde de devoir rester cloîtré chez soi. Aussi – et c’est un peu le propre de l’humain que de faire preuve d’une inventivité débordante et ridicule lorsqu’il pense pouvoir faire des trucs interdits mine de rien – les gens inventent-ils des excuses absolument bidon pour justifier de leur déplacement lors des contrôles de police ou de gendarmerie. Y’a de quoi rire.

1. "Je n'ai jamais entendu parler du confinement" - un homme dans la Creuse

Niveau d’honnêteté : 11%. Après tout, c’était peut-être un sous-marinier en désertion.

Réponse possible : Les flics qui n’avaient jamais eu l’occasion de prononcer la phrase : « nul n’est censé ignorer la loi » ont dû (je l’espère) s’en donner à coeur joie.

2. "Il faut que je vende ma drogue si je veux survivre" - Un jeune dans la Creuse

Niveau d’honnêteté : 100%. La Start-Up Nation ne laisse personne de côté.

Réponse possible : « Vends du tabac et on ne t’arrêtera pas. »

3. "Ma femme est complètement ivre, j'ai besoin de prendre l'air" - Un homme en Picardie

Niveau d’honnêteté : 80%. On apprécie l’ellipse, toutefois, les deux propositions n’étant connectées entre elles que parce qu’on s’imagine cette femme en train de chanter Les lacs du Connemara à tue-tête en pétant.

Réponse possible : « Ok, c’est bon pour cette fois. »

4. "Je vais acheter du cassoulet dans mon magasin préféré, à 50 km" - Un homme en Picardie

Niveau d’honnêteté : Variable. La Picardie n’étant clairement pas la patrie du cassoulet, on peut imaginer que c’est un gros mensonge ; à moins que cet homme ne connaisse vraiment la perle rare, à savoir un magasin du Sud-Ouest spécialisé dans le cassoulet.

Réponse possible : « C’est quoi l’adresse ? Je vais aller goûter le cassoulet. S’il est vraiment bon, on vous laisse rentrer chez vous sans amende. »

5. "Je vais déposer une pizza chez une copine" - Une vieille dame à 10 km de chez elle en région parisienne

Niveau d’honnêteté : 12%. Si la copine habite aussi loin et en l’absence de sac isotherme, la pizza sera vraisemblablement froide à l’issue du trajet.

Réponse possible : « C’est à cause de gens comme vous que les Italiens ont fini en carafe. »

6. "Je sors parce que j'ai le droit" - Un homme en région parisienne

Niveau d’honnêteté : 100%. M’enfin, on est dans un pays libre oui ou MERDE ?

Réponse possible : « Je vous fous une amende parce que j’ai le droit. »

7. "Je vais faire le plein dans la station la moins chère" - Un homme en Normandie, loin, très loin de chez lui

Niveau d’honnêteté : 95%. Même en temps de confinement, la radinerie ne s’avoue pas facilement.

Réponse possible : « PUTAIN MAIS VOUS ROULEZ PAS ENCORE À L’ÉLECTRIQUE ? »

8. "Je promène mon lapin en laisse" - Une femme en Bretagne

Niveau d’honnêteté : 19%. Déguiser le lapin en chien aurait été plus productif.

Réponse possible : « Malheureusement, après un rapide ctrl+F, je ne vois le mot lapin dans aucun des décrets relatifs aux procédures de confinement. »

9. "Vous êtes bien dehors, alors pourquoi moi je ne pourrais pas??" - Un homme à bordeaux

Niveau d’honnêteté : 99%. La tautologie a du bon.

Réponse possible : « Qu’entendez-vous par ‘bien’ ? Je veux dire pour ma part, j’ai des aigreurs d’estomac et l’esprit casanier. Alors oui je suis dehors, mais je ne suis pas ‘bien’ dehors. Je me sentirais même un peu las, un peu fatigué. Vous voulez jouer à vis ma vie pour le reste de la journée ? »

10. "J'ai une ordonnance pour faire du sport" - Un homme en tong avec une ordonnance d'il y a deux ans

Niveau d’honnêteté : 1%. Le footing en tongs, une discipline paralympique.

Réponse possible : « J’ai le malheur de vous apprendre qu’entre temps votre médecin est mort du coronavirus. »