Les liens entre 7ème et 9ème art sont forts et le cinéma s'est souvent inspiré de la créativité des auteurs de bandes dessinées. Et là, il y a deux écoles : soit on met les moyens, on convoque un casting étincelant et on fait l'événement comme le Tintin de Spielberg, soit on sabote le projet comme un tâcheron et on foule du pied ce qui avait fait l'originalité de l'oeuvre dont on s'inspire. On ne parle pas assez de cette seconde catégorie, c'est chose faite avec cette petite sélection.

  1. Les Dalton (2004) de Philippe Haïm
    Le risque de confier une adaptation à des acteurs jugés "bankable" comme Éric et Ramzy, c'est de les voir s'approprier totalement le film et de réduire à néant l'esprit originel. La preuve avec ce joli petit navet.
  2. Iznogoud (2005) de Patrick Braoudé
    Un film qui donnerait presque l'impression d'avoir été tourné juste pour justifier les passages de ses acteurs en promo. Heureusement que Jacques Villeret aura eu le temps de tourner encore quelques trucs avant de nous quitter. Michael Youn dans son meilleur rôle ? :-)
    http://youtu.be/AaE4l-JK7CM
  3. Astérix aux Jeux Olympiques (2008) de Frédéric Forestier et Thomas Langmann
    Victime de la mondialisation, le 3ème volet des aventures du petit Gaulois version Depardieu aura perdu son identité et sa saveur en cherchant à plaire à une soixantaine de pays à la fois. En voulant s'adresser à tout le monde, on ne s'adresse parfois à personne. On en est presque à regretter Christian Clavier. Presque.
  4. Les Schtroumpfs (2011) de Raja Gosnell
    "Après avoir été chassés de chez eux par Gargamel, les Schtroumpfs débarquent dans le monde des humains, au beau milieu de Central Park."... que dire de plus, le pitch lui donne déjà une place de choix dans ce top. Ça fait presque autant envie que "Les Visiteurs en Amérique"...
    http://youtu.be/-84S0cimcBI
  5. Gros Dégueulasse (1985) de Bruno Zincone
    Déjà, la Bande dessinée de Reiser, on hésitait à la sortir dans le train ou dans le bus. Le film ne fait pas de compromis, et vous ne l'offrirez pas à la fête des mères. Sauf si votre mère, c'est Jean-Marie Bigard.
  6. Les Bidochons (1996) de Serge Korber
    La preuve qu'on ne peut pas tout adapter. Anémone et Jean-François Stévenin font tout ce qu'ils peuvent pour évoquer les personnages de Binet, mais ça ne trompe personne et ce film ne parvient pas à être davantage qu'une comédie française destinée aux deuxièmes parties de soirée d'une chaîne de la TNT.
    http://youtu.be/-4SR22r7REA
  7. Fais Gaffe à la gaffe! (1981) de Paul Boujenah
    Curieusement, ce trésor caché du cinéma français signé du frère de Michel Boujenah n'a pas bénéficié d'une promotion à la hauteur du dernier Tintin. Mais le film doit également composer avec l'interdiction de Franquin de reprendre ses personnages, d'où le curieux nom du héros, "G.", en lieu et place de Gaston Lagaffe. Si, si, une histoire vraie. On attend avec impatience Lucky L, ou Asterox.

  8. Blueberry, l'expérience secrète (2004) de Jan Kounen
    Il y a les gens qui ont été touchés par ce voyage au coeur des expériences chamaniques que tenait à nous raconter Jan Kounen, et il y a ceux qui se sont endormis devant. Mais il n'y a personne qui a réussi à voir le rapport entre ce film psychédélique et la BD de Mœbius. Tiens, encore Thomas Langman à la production...

  9. Vive les Femmes (1983) de Claude Confortès
    Confortès s'était déjà attaqué à une oeuvre de Reiser et avait donné l'un des rôles de sa vie au grand Francis Perrin. C'est cette fois-ci Roland Giraud qui est convoqué pour donner vie à cette obscure comédie des années 1980. Parfois, il faudrait savoir dire non.

  10. Tintin et le Crabe aux Pinces d'Or (1947)
    Ce film mettant en scène des poupées de chiffons (la technologie en vigueur avant Pixar) n'a été projeté qu'une fois avant que la justice n'intervienne. Le film est distribué depuis 2008 en DVD, mais il risque tout de même de prendre un coup de vieux avec la sortie de l'adaptation de Spielberg.
    http://youtu.be/nSu2OtY9gSk

Quoique la version de 1966 n'est pas mal non plus...

Et aussi Lucky Luke, Michel Vaillant... Et vous, quel film vous a encouragé à retourner chez votre libraire?