Tu commences à peine à prendre un petit rythme de croisière avec ton gamin, à récupérer peu à peu les heures de sommeil perdues, que la horde des casses-couilles débarque pour te demander avec une voix très aiguë « alors, le petit frère, vous le faites quand ? » Mais ta gueule.

1. « On a décidé d’en faire qu’un, pour éviter de surpeupler la planète »

Parce qu’on est des écolos avant tout. Tu connais l’impact écologique des êtres humains sur la planète ? Non merci, je ne préfère pas aggraver la situation désastreuse de l’écologie mondiale.

2. « Avec tes six enfants, on peut pas se permettre d’en faire un autre, faut garder un équilibre mondial »

Bah ouais, faut faire un choix quoi. On ne va pas non plus surpeupler la Terre, faut laisser un peu de place pour les autres. Et vu que vous vous êtes démographiquement lâchés, y’a plus de places pour les autres. Merci.

3. « On adore essayer de le faire, mais on met des capotes »

On pratique, on pratique, mais on ne prendra pas le risque que tous ces efforts physiques fassent vraiment un enfant. Ça ira, on a déjà donné, on ne va pas recommencer.

4. «  On préfère avoir de l’argent plutôt qu’un autre enfant »

Ça parait logique: plus tu procrées, moins t’as de thunes. Et vu que l’argent c’est quand même vachement pratique pour vivre, on ne va pas encore plus creuser notre PEL pour avoir un autre grumeau qui pompe l’équivalent du PIB du Rwanda en couches.

5. « On préfère faire un enfant roi »

Pas besoin de lui faire un frère ou une soeur, un seul c’est suffisant. Il aura tout son héritage pour lui, n’aura pas à partager ses jouets, pourra faire les études qu’il souhaite, le tout sans se poser de questions.

6. « Et toi, quand est-ce que t’en fais un ? »

Oui parce que c’est bien mignon de poser ce genre de questions de merde, mais faudrait peut être que tu regardes ton propre utérus avant de parler de celui des autres. Commence par t’y mettre toi aussi, et après on en reparle.

7. « Le premier est parfait, on a pas envie de se planter avec un deuxième »

Il n’a pas de maladies, il a fait ses nuits à deux mois, il est mignon, beau, gentil, on ne va pas tenter le destin et en faire un autre qui, si ça se trouve, sera son exact opposé et nous fera regretter de l’avoir fait.

8. « Si c’est toi qui le portes, c’est quand tu veux »

Oui parce que faire un deuxième gamin, why not, mais encore faut-il se retaper les 9 mois de grossesse avec les nausées, les hémorroïdes, l’accouchement, l’épisiotomie et toutes ces conneries. Alors si quelqu’un veut bien se porter volontaire en mère porteuse, ok.

9. "Ok, mais que s'il est livré avec toutes les options"

S’il fait ses nuits à la naissance, qu’il a une option auto-nettoyante, qu’il ne tombe jamais malade, et qu’il sache parler à 6 mois. Sinon c’est pas peine. Comment ça, ça n’existe pas ? Alors non merci, un seul enfant suffira.

10. "En fait, j'aime pas les enfants"

On s’en est rendu compte après, mais le seul enfant qu’on tolère, c’est le notre. On ne va pas risquer d’en faire un supplémentaire et le foutre au congélo s’il nous convient pas, il parait qu’on peut aller en taule pour ça, ça serait dommage.

Et vous, c’est quoi vos punchlines pour les faire taire ?Merci à Delphine, qui dégaine plus vite que son ombre.