On ne va pas se mentir, on triche tous un peu sur les photos. Personne n'a envie d'être "la plus moche", "la plus grosse", la plus "différente" de son cercle d'amis en ligne. Ou celui qui aurait la vie la plus plate. Du coup, on joue le jeu, tant bien que mal. On prend la pose, on applique un filtre et puis bien sûr on partage ça sur les réseaux (sinon quel intérêt) ? Essena, une blogueuse beauté de 18 ans, est là pour nous rappeler à quel point ce petit jeu pervers peut bouffer la vie. Et c'est ce qu'elle a voulu prouver en re-légendant en version honnête toutes les photos de son compte Instagram.

  1. En vrai j'avais de l'acné, ce que vous voyez c'est une belle couche de maquillage.
    Je souriais parce que je pensais que j'étais jolie, c'était tout ce qui me rendait vraiment heureuse. Je pense que j'ai pourtant plus de potentiel dans la vie que ça.

    acné
    Crédits photo : Essena O’Neill
  2. Cette robe n'est même pas la mienne.
    Et j'ai dû reprendre des centaines de clichés pour être enfin assez bonne pour Instagram. Je ne vous dis pas à quel point je me sentais seule.

    robe
    Crédits photo : Essena O’Neill
  3. J'ai pris plus de cent photos dans la même pose pour que mon ventre soit présentable.
    Je n'avais rien mangé de la journée, et j'ai hurlé sur ma petite sœur pour qu'elle continue à me prendre en photo jusqu'à ce que je sois à peu près fière du résultat.

    ventre
    Crédits photo : Essena O’Neill
  4. Il n'y a rien de zen à essayer d'avoir l'air zen.
    Tout en prenant une photo de toi essayant d'être zen et prouvant sur Instagram à quel point tu es zen.

    zen
    Crédits photo : Essena O’Neill
  5. Stp, like cette photo
    Je me suis maquillée, j'ai bouclé mes cheveux, mis une robe trop serrée et un gros collier inconfortable... Et j'ai dû prendre 50 clichés avant d'en trouver une que vous seriez susceptibles de liker. Puis je l'ai posté sur tous les réseaux sociaux possibles.

    collier
    Crédits photo : Essena O’Neill
  6. On dirait presque que je ne prends pas la pose.
    En fait je voulais absolument que l'on remarque mon thigh gap et mes seins dans mon soutif push-up. Et ne croyez pas que quelqu'un m'appelle, je tourne la tête parce que je trouve que mon corps est plus agréable à regarder.

    pose
    Crédits photo : Essena O’Neill
  7. J'avais seize ans sur cette photo.
    Seize !! je n'aurais jamais porté ces vêtements hors de chez moi. Je voulais juste avoir l'air plus âgée et plus sexy en ligne.

    16ans
    Crédits photo : Essena O’Neill
  8. Et encore une autre photo pour mettre en avant pour corps de minette.
    C'était toute mon identité. C'était tellement limitant. Vous n'avez pas idée d'à quel point je me sentais mal dans ma peau.

    corps
    Crédits photo : Essena O’Neill
  9. Cette photo est la seule chose qui m'a rendue heureuse ce jour-là.
    J'étais tellement déprimée.

    bidou
    Crédits photo : Essena O’Neill
  10. J'avais été payée pour cette photo
    Pour faire la promo de ce top et de ce jean.

    paid
    Crédits photo : Essena O’Neill

Voilà, les réseaux sociaux ça peut être de merveilles machines à créer du lien. Mais aussi à créer du vide. L'essentiel, c'est d'essayer de faire le tri et de ne pas être dupe.

Source : Essena Oneill via Bored Panda