Ce qui est pratique, avec l’illustration, c’est que ça permet d’y voir plus clair par rapport à des choses compliquées. Quand on prend les maladies mentales, par exemple, il n’est pas toujours évident de faire une description précise de ce que le malade ressent. Et les phobies, c’est pareil. Si on commence à parler des phobies, l’iconographie devient forcément assez sombre. Cool, parce l’artiste Shawn Coss a un univers justement pas très jouasse.

Moi avant, j’étais topophobe et j’avais peur des classements. Ca se soigne.

Sources : Bored Panda, Instagram