Trois heures d’attente ou de préparation, le froid que l’on affronte ou l’ennui, une envie croissante d’obtenir ce qu’on veut, et hop : en 2 minutes, c’est plié. La vie est une longue suite de moments nuls dans lesquels s’intercalent des secondes de plaisir. J’ai fait première L, c’est pour ça que je fais des aphorismes de ouf.

1. Une descente à skis

La petite combinaison violette, les skis à la main, le froid, le tire-fesses, l’attente, les gens qu’il faut supporter, on se met en position, on est content, on sourit même et, si on est nul, ça dure 5 minutes. 1 minute si c’est cool. Quand on ajoute à ça l’enfer du chalet, du mauvais vin chaud et des odeurs de raclette, ça donne une idée assez précise de la vie après la mort quand on est Bachar Al-Assad.

Source photo : Giphy

2. Manger des sushis

19h25 : appel chez Sakura (quelqu’un, au fond de la pièce, complique la conversation téléphonique en chantant « Como se llama, bonita, Sakura Sakura« ).

20h50 : arrivée des sushis.

20h57 : on a tout mangé.

3. Un saut en parachute

Je ne sais pas si le mot petit plaisir s’applique à cette petite expérience de mort. En tous les cas, entre le moment où l’on fait semblant de trouver que c’était un super cadeau d’anniversaire et le moment où l’on rend le matériel, il s’écoule généralement 1 an. Et entre le moment où l’on arrive au club pour s’équiper, se faire briefer et monter sur la falaise et celui où l’on s’apprête à sauter, il s’écoule généralement 2 heures. Et entre le moment où l’on saute et celui où l’on est au sol, il s’écoule généralement 2 minutes.

Source photo : Giphy

4. La retraite

On l’attend toute sa vie, fébrilement, observant d’un œil goguenard les réformes successives qui repoussent l’âge auquel on aura droit d’en profiter, on l’attend toute sa vie ; puis on meurt d’un cancer du pancréas au bout de 6 mois. Chienne de vie.

5. Un grand 8

2 heures de queue. Des enfants excités. 2 heures de migraine. Des musiques entêtantes qui te hurlent dans les oreilles. Des consignes de sécurité répétées en boucle dans 6 langues. Des touristes excités. On arrive. On s’installe. On se fait broyer les côtes par un harnais de sécurité en plastique. Excitation. C’est parti ! C’est parti pour 3 minutes !

Source photo : Giphy

6. Une tablette de chocolat

Temps moyen d’existence d’une tablette de chocolat Milka entr’ouverte sur une table : 5 minutes.

7. Une clope

On l’a attendue toute la journée. On l’a attendu, ce seul petit plaisir qui reste quand tous les autres se sont fait la malle. On l’a attendue toute la journée. On n’osait pas la demander à son voisin : c’est la fin du mois pour tout le monde. On saute le pas. On nous dit oui. On se faufile à l’extérieur. On tire dessus. La tête tourne. La tête n’a pas le temps d’arrêter de tourner qu’on l’a fini, le petit cancer.

Source photo : Giphy

8. Des draps tout propres

Quel bonheur que de se glisser, le soir, dans des draps propres. Des draps qui, dès demain, ne le seront plus. Il faudra alors, quand on aura le courage, à nouveau les laver, les faire sécher en y allant fort sur la facture de chauffage, les installer sur le lit (quelle plaie), reprendre un shoot de plaisir et tout recommencer.

9. Une victoire électorale

Ça n’arrive pas si souvent, de gagner. Il faut savourer : on savoure. On ouvre peut-être même le champagne. On est bien, là, on se sent légitime. Les déceptions arrivent après. Les déceptions arrivent dès la semaine suivante.

10. Le salaire en début de mois

Ce qu’on est content de le toucher, le salaire, après une semaine passée sans argent. On est tellement content qu’on a envie de fêter ça. De l’idée à l’action, sautons le pas : fêtons le retour de l’argent. En dépensant tout son argent.

Source photo : Giphy

11. Les 10 minutes de sommeil entre ton premier et on second réveil

Pourquoi avait-on mis le réveil à 8h, déjà ? 8h10, c’est bien suffisant. Le temps d’appuyer sur la touche Snooze, de s’emmitoufler à nouveau, de sombrer dans un début de sommeil réparateur, Wake me up before you go, go, se remet à chanter dans l’enceinte dégueulasse du téléphone.

12. Quand tu mets des lunettes pour la première fois, alors que ça fait 10 ans que t'as besoin de lunettes

Ensuite, ça fait mal au nez, et on s’habitue. Marche aussi avec une prothèse de jambe.

Source photo : Giphy

13. Pisser quand on a très très envie

Cela peut parfois faire plusieurs heures que l’on attend ça ; des heures passées à sautiller en essayant de penser à autre chose. Cela peut faire même toute une journée quand on n’a vraiment pas de chance. Alors enfin, vient le moment. Fier à bras devant la cuvette, on laisse aller. Libération. Décompte : 20-19-18… Ayé.

14. Une bouteille d'excellent vin

Il est un adage vérifié empiriquement selon lequel plus le vin est bon, plus sa durée de vie après ouverture est courte. Vérifié empiriquement, qu’on vous dit.

Source photo : Giphy

15. Toucher les seins d'une fille pour la première fois

Imaginez un peu le choc. On en a vu, des vidéos, on en a fait, des fantasmes, on a tourné, retourné le problème dans tous les sens, mais rien de vaut la pratique. Alors la fille fait glisser son t-shirt, on enlève le soutien-gorge et ça y’est : le Graal. Ouais, c’est cool. Ouais, mais on s’habitue, quoi.

16. Rebouffer un plat que t'adores après être parti en voyage très longtemps

Après s’être tapé de la nouille chinoise pendant 6 mois, le bœuf bourguignon du retour c’est le but de Dimitri Payet à la 80ème minute. Un truc libérateur, qui nous emplit d’une joie canine ; et puis bon, c’est comme tout, ça passe.

17. Te percer un bouton qui te faisait mal

Il a grossi depuis le matin. Il a grossi. Il gratte. Il tire. Il fait mal. Il prendra son tarif le moment venu. On gamberge, on imagine des paysages enneigés pour oublier un temps le bouton de l’enfer. Et enfin, l’heure est venue : « mouchoir », crie le chirurgien qui sommeille à l’intérieur de soi ; « mouchoir » répète l’infirmière qui partage sa couche. « Miroir ! » « Miroir ! » Allez, armons-nous de courage, pressons, pressons… SHLACK. Voilà. C’est fini.

18. Quand tu réussis un coup super dur au badminton

Avant de perdre le point, malgré la beauté de cette amortie de défense croisée rétro. Plaisir rapide. Plaisir quand même.

Source photo : Giphy

19. Une montée de MDMA

On est aux aguets depuis que l’on a avalé le petit parachute interdit dans son verre de whisky frelaté. Montera, montera pas ? Soudain, ça y est : on est amour. On est amour, bordel ! Je te l’ai dit, à toi, que je t’aimais ? Que je t’aimais d’amour ? Que nous étions trop beaux, tous, bordel, que c’est beau, c’est du Mozart, la vie, c’est du… Ah. C’est fini, déjà.

20. Lire un top

Si vous saviez le temps que ça nous prend, à nous, pour vous offrir 2 minutes de lecture. Il en faut de l’amour. Il en faut.

Le temps ne fait rien à l’affaire. Quand même un peu.

Et sinon, t'as 2 minutes (allez 3) ? Alors découvre notre dernière vidéo !