Pour ceux qui n’ont pas la chance, que dis-je, l’honneur immense d’être parents, les petites victoires qui vont être citées peuvent paraitre complètement débiles et désuètes. Mais pour les autres, ceux qui ont enfanté dans la joie et dans la douleur, ça devrait vous parler un petit peu. Y’a pas de petites victoires, merde.

1. Réussir à ne pas choper la gastro de ton môme

Alors qu’il t’a littéralement gerbé dessus, que tu as du changer ses couches pleines de caca liquide pendant des jours, et qu’il te bave dessus sans se soucier une seule seconde des conséquences de la transmission de ses microbes. Malgré tout ça, t’as tenu bon, et tu l’as pas chopée. Victoire !

2. Voir le dernier poux de la tête de ton gamin sur le peigne

T’as tout essayé, les traitements agressifs comme les plus doux, et même vider un pot de mayonnaise en entier sur sa tête, mais les poux, ces sales petits batards, ne voulaient pas déloger. Quelle ne fut donc pas ta joie quand tu as pu enfin virer le tout dernier insecte de sa tête avec le super peigne spécial, sans pleurs, sans violences, mais avec une joie non dissimulée.

3. L’entendre dire qu’il ne veut plus de tétine

Tout seul, comme ça, pouf, sans prévenir. Un soir, il dit de lui-même qu’il ne veut plus sa tétine et que c’est mieux de la jeter, parce qu’il n’en a plus besoin. T’es partagé(e) entre la joie et la surprise, mais bon, tous les mystères du monde ne peuvent pas être expliqués, faut juste se contenter de kiffer.

4. Quand il s’endort en quelques minutes après avoir été couché

Sans demander encore un verre d’eau, ou à aller encore aux toilettes, ou à avoir encore un bisou, et un câlin, et des gratouilles sur la tête, et une autre histoire, et la porte de la chambre ouverte un peu plus, non non rien de tout ça, il s’est juste endormi en quelques minutes, et tu trouves ça même un peu suspect.

5. Quand il réclame le pot spontanément

Sans que tu lui en parles et que tu lui demandes pour la 36ème fois s’il a envie d’aller dessus, non là il le demande et y va seul, de son propre chef, et il fait même ses besoins dedans par la même occasion. Comme quoi, tout arrive hein, il allait quand même pas porter des couches jusqu’à ses 28 ans, mais ça fait bien plaisir quand même.

6. Quand il arrive à la fin de l’adolescence sans avoir mis une fille enceinte

Y’a pas de petites victoires, et surtout pas celle-là. Si ton môme a réussi à ne pas mettre sa copine enceinte ou si ta gamine n’a pas été engrossée pendant ses années lycée, tu pourras souffler un peu, ça sera ça en moins à gérer dans la montagne d’emmerdes qu’un ado peut apporter avec lui.

7. Quand il dit « bonjour » et « au revoir » spontanément en rentrant dans un magasin

Sans que tu doives lui dire « dis bonjour à la dame, Jason ». Non non, là il le dit de lui-même, à haute voix, comme un grand. Ça peut paraitre un peu faible comme victoire, mais en vrai c’est quand même énorme.

8. Quand il dit que Jul n’est pas de la musique et qu’il préfère écouter un bon vieux son des Stones

Là, il a gagné le droit à ton respect éternel. Déjà parce qu’il sait de lui même que Jul c’est de la merde, et parce qu’en plus il sait apprécier les morceaux qui ont bercé toute ta jeunesse. C’est beau la transmission.

9. Quand il ne vomit pas pendant tout un trajet en voiture

Le tout sans être shooté aux médocs avec un sac en plastique visé à son menton pendant toute la route. Non là il n’a même pas eu un haut-le-coeur, rien, que dalle, nada, et tu apprécies l’odeur non gerbante de ta bagnole, ça faisait des années que ça n’était pas arrivé.

10. Quand tu arrives à la fin du tunnel devoirs/bain/manger/dodo avant 20h00

Alors que tout parent sait que c’est franchement chaud à gérer, et encore plus si tu as eu l’idée saugrenue de faire plusieurs enfants. Si tu arrives à faire en sorte que tout le monde soit lavé, nourri et couché avant 20h sans crises de larmes et de nerfs, tu mérites officiellement une médaille.

Et vous, c’est quoi vos petites victoires en tant que parents ?